Qui sème le vent récolte la tempête : après l’appel des policiers coupables de la mort d’Abdelhakim Ajimi

Nous empruntons cette citation à M. Baudoux, avocat de deux des trois agents de police reconnus coupables de la mise à mort publique d’Abdelhakim Ajimi le 9 mai 2008 à Grasse. Lui-même l’empruntait à la « sagesse » populaire lors de sa plaidoirie mardi 15 janvier dernier, à l’occasion de l’appel des trois policiers susdits devant la Cour d’Aix-en-Provence.

Pour un compte-rendu détaillé de cette mauvaise comédie institutionnelle, nous vous invitons à lire l’article rédigé par des membres du Collectif Angles Morts, disponible sur : « On vous laisse entre vous » Retour sur le procès des meurtriers d’Hakim Ajimi | État d’Exception

Note : le Procureur de la République a demandé à ce que soient confirmées les peines des deux agents de la Brigade Anti Criminalité :

Walter Lebeaupin : 24 mois de prison avec sursis pour homicide involontaire et non assistance à personne en péril ;

Jean-Michel Moinier : 18 mois de prison avec sursis pour homicide involontaire.

Quant à Jim Manach, policier municipal reconnu coupable de non assistance à personne en péril, il pourrait voir sa peine initiale de 6 mois de prison avec sursis amoindrie à 4 mois.

Le verdict sera connu lundi 11 février 2013.

Pour mémoire, une analyse du procès proposée par R. Chekkat est également consultable sur : « Hardcore jusqu’à la mort » Sur les suites judiciaires de la mort publique d’Abdelhakim Ajimi | État d’Exception

Nous remercions celles et ceux qui, une fois de plus, ont tenu à manifester leur soutien à la famille Ajimi.

Comité Vérité et Justice pour Abdelhakim Ajimi, 17 janvier 2013

This entry was posted in La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.