[Notre-Dame-des-Landes] Chacun peut vérifier que les promoteurs de l’aéroport ont recours à la force armée

ND Landes : contre un « camp retranché »

Les pouvoirs publics cherchent à empêcher la constitution d’un « camp retranché » à Notre-Dame-des-Landes, où 500 gendarmes intervenaient aujourd’hui  pour déloger les opposants au futur aéroport de Nantes, a expliqué le préfet de Loire-Atlantique.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/118.jpg

« Cette opération consiste à empêcher la reconstitution d’un camp retranché. Il s’agissait de ne pas laisser fortifier ce genre de camp », a déclaré à l’AFP le préfet Christian de Lavernée.

L’intervention se concentre sur l’ouest de la zone d’aménagement différé (ZAD), réoccupée samedi dernier lors d’une manifestation qui a réuni entre 13.000 et 40.000 personnes. Environ 500 militants, qui seraient encore sur place, ont été encerclés à l’aube par autant de gendarmes.

« Aujourd’hui, la ferme du Rosier va être expulsée et déconstruite, ainsi que les cabanes dans les arbres dans le bois de Rohanne qui avaient déjà fait l’objet d’une expulsion il y a 15 jours, car c’est un cas de réoccupation », a annoncé le préfet.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur Pierre-Henry Brandet, présent sur place, a dit de son côté n’avoir constaté aucun incident ni heurts à 8h30. « On reste extrêmement prudents car chacun peut vérifier à quel point l’opposition radicale à l’aéroport a appelé à la violence », a-t-il déclaré.

« Les forces de l’ordre doivent franchir des tranchées, des barricades de plus de 2,5 mètres de haut, dont certaines peut-être piégées d’engins artisanaux », a souligné le porte-parole du ministère. « Ces opposants les plus radicaux sont résolus à mener une véritable guérilla pour freiner le chantier de l’aéroport ».

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Agence Faut Payer, 23 novembre 2012 – 10h12)


Du gaz lacrymogène enveloppe désormais la campagne autour de Notre-Dame-des-Landes, où une grosse opération d’expulsion est en cours depuis ce matin. (…)

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/186.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2012/11/211.jpeghttp://juralib.noblogs.org/files/2012/11/20.jpeghttp://juralib.noblogs.org/files/2012/11/263.jpg

(…) Les opposants au projet d’aéroport font valoir que le secteur visé vendredi par les forces de l’ordre est couvert par un accord passé en mai entre les propriétaires des terres et les collectivités locales pour suspendre les expulsions tant que les recours juridiques ne sont pas tranchés. Mais pour le préfet, le code de l’urbanisme autorise à « mettre un coup d’arrêt à une construction illégale ».

La loi autorise le préfet à prendre par arrêté une injonction d’interruption de travaux qui permet la saisine des matériaux de construction et du matériel de chantier, a déclaré M. de Lavernée. « Parallèlement, Aéroport du Grand Ouest introduira dès lundi sur la base du code de l’urbanisme une demande en référé pour obtenir la démolition de ces constructions », a-t-il dit.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/22.jpeghttp://juralib.noblogs.org/files/2012/11/23.jpeg

« En tout état de cause l’accord de mai 2012 suspendant les expulsions des occupants légaux à la fin des recours contre le projet d’aéroport concernait des personnes et non des terres », a ajouté le préfet. (…)

Publié par des larbins de la maison Poulaga (PresseOcean.fr, 23 novembre 2012 – 11h24)


« Force du droit »
Notre-Dame-des-Landes : opération policière « juridiquement bancale »

Stupéfaction parmi les militants anti-aéroport ce vendredi matin : la police ne s’est pas contentée de pénétrer dans la maison du Rosier, expulsable depuis le 15 novembre. Elle est intervenue sur une propriété privée, celle d’un agriculteur qui n’a pas encore été exproprié, ce qui est contraire aux accords signés en mai à l’issue de la grève de la faim.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/301.jpg

« Il est hors de question de laisser un kyste s’organiser, nous mettrons tout en œuvre pour que la loi soit respectée (…) pour que les travaux puissent avoir lieu », a affirmé le ministre de l’Intérieur Manuel Valls aujourd’hui lors d’un déplacement à Lorient, à propos de l’opération d’expulsion en cours à Notre-Dame-des-Landes des squatteurs opposés au projet d’aéroport. (Leur presse – Agence Faut Payer, 23 novembre 2012 – 13h36)

Quelque 500 policiers ont été mobilisés pour l’opération, qui a tourné aux heurts en début d’après-midi et fait trois blessés, selon la journaliste de l’AFP présente sur place.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/312.jpg

Après avoir dégagé les barricades et les tracteurs de la route, les forces de l’ordre ont atteint les constructions érigées lors de la manifestation de réoccupation du 17 novembre, au bois de la Châtaigneraie. Les manifestants avaient justement choisi cette propriété privée pour être à l’abri…

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/321.jpg

L’avocat de l’agriculteur propriétaire du terrain, maître Étienne Boittin, a envoyé un huissier de justice constater ce qui semble être une « voie de fait », car :

« La parcelle appartient à un agriculteur en voie d’expropriation. Il a reçu son ordonnance d’expropriation en février 2012, le jugement définitif est tombé en juillet, mais tant que les indemnités ne sont pas payées par Aéroport du Grand-Ouest (AGO), mon client reste propriétaire.

Le chèque reçu est arrivé au courrier de ce matin, après l’intervention, AGO a dû se rendre compte qu’il avait fait une boulette. L’intervention est bancale juridiquement. »

« Force à la loi » dit Hollande…

À la préfecture, on affirme que l’opération est « parfaitement légale » et qu’« il a fallu une semaine pour border l’affaire sur le plan juridique ». Un arrêté préfectoral a permis cette opération, mais la préfecture refuse de le communiquer car « c’est un acte juridique individuel ».

Le problème, c’est que le propriétaire du terrain concerné n’en dispose pas non plus. Son avocat envisage d’attaquer cet arrêté au tribunal administratif.

La représentante des du Collectif d’élus doutant de la pertinence de l’aéroport, le Cédpa, l’élue du Front de Gauche Françoise Verchère, n’en revient pas :

« Pas de décision de justice, juste un arrêté préfectoral, c’est formidable !

Force du droit, dit le gouvernement, eh ben bravo ! Depuis quand le préfet se substitue-t-il à un juge pour dire que la maison est illégale ? »

Une plainte à venir contre la gendarmerie

Michel Tarin, un autre agriculteur en voie d’expropriation, opposant depuis quarante ans à l’aéroport, rappelle que le week-end dernier, ce n’étaient pas des cabanes, mais « de beaux bâtiments de 80 m² avec du bois tout neuf et bien isolés » que les manifestants avaient érigés :

« Ils font comme avec les Roms, ils considèrent que puisque la maison est construite sans autorisation, peu importe que le terrain soit privé. »

L’avocat maître Raphaël Romi, actuellement sur place avec un huissier pour faire constater les faits, affirme qu’il va déposer plainte pour « dégradation » contre les forces de l’ordre.

Leur presse (Sophie Caillat, Rue89, 23 novembre 2012)

This entry was posted in Aménagement du territoire - Urbanisme and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

1 Response to [Notre-Dame-des-Landes] Chacun peut vérifier que les promoteurs de l’aéroport ont recours à la force armée

  1. Pingback: [Notre-Dame-des-Landes] Chacun peut vérifier que les promoteurs de l’aéroport ont recours à la force armée ! Sus à l’occupation militaire de la ZAD! | blog du collectif de lutte contre l'aéroport de Notre Dame des Lande

Comments are closed.