[Police = Mafia] Le très serviable flic des quartiers chics

Soupçonné de corruption, un commissaire parisien en garde à vue

Jean-Yves Adam, haut responsable de la police parisienne et chargé de mission à la préfecture de police de Paris, a été placé en garde à vue, mercredi 5 février, dans les locaux de l’Inspection générale de la police nationale.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/02/11.jpg

Au Luxury Racing (sic) de Monza en 2011

Selon une source policière, ce sont, entre autres, ses liens avec un certain nombre de sociétés gravitant autour de l’automobile, notamment de location, qui sont visées par l’information judiciaire ouverte pour « corruption active et passive et violation du secret professionnel ».

« C’EST UN TYPE UN PEU SULFUREUX »

Âgé de 61 ans, M. Adam a le grade de contrôleur général, le deuxième plus élevé chez les commissaires. C’est une personnalité atypique dans la haute hiérarchie policière. Très impliqué dans le milieu des courses automobiles, pilote lui-même, il avait même pris une disponibilité, de 1990 à 1996, pour s’adonner pleinement à son hobby, après une première partie de carrière aux renseignements généraux (RG) dans le sud de la France.

En 2005, il est nommé commissaire du 8e arrondissement, également patron du 1er district de la police parisienne (1er, 2e, 3e, 4e, 8e, 9e, 16e, 17e arrondissements). Il reste neuf ans à ce poste, une durée inhabituellement longue.

Au début de 2013, le nouveau patron de la police de l’agglomération parisienne, Jacques Méric, tente d’obtenir sa tête. Il n’arrive à ses fins qu’en novembre 2013. M. Adam est alors  nommé chargé de mission. Sans qu’on lui affecte de mission particulière… « C’est un type un peu sulfureux, commente un policier parisien. L’administration a eu tort de le laisser aussi longtemps à ce poste. »

Communiqué officieux de la Maison Poulaga (signé Laurent Borredon, LeMonde.fr, 5 février 2014)

 

Soupçons « d’indulgences » sur un haut policier de Paris

Le contrôleur général de police Jean-Yves Adam, 61 ans, qui a patronné les flics en tenue du 1er district de Paris (six premiers arrondissements parisiens) de 2005 à 2013, a été placé hier en garde à vue dans une enquête ouverte « pour corruption active et passive, violation du secret professionnel et recel ».

La police des polices (IGPN) et un juge d’instruction le suspectent de certaines dérives, comme « sa pratique des indulgences », ces « demandes de classement de contraventions » et « de faits plus graves encore », selon un proche du dossier. Il « sentait le soufre » et a été placardisé en décembre, chargé de mission à la préfecture de police de Paris.

Ex des Renseignements généraux (RG) à Toulon en 1979, à Marseille de 1981 à 1990 puis en disponibilité, le commissaire Adam est revenu en 1996, mais en sécurité publique : Essonne, Val-de-Marne. Ce chef du 1er district fit la chasse aux vendeurs à la sauvette sous la tour Eiffel, aux mendiants sur les Champs-Élysées et aux prostituées du bois de Vincennes.

Communiqué officieux de la Maison Poulaga (signé Patricia Tourancheau, Libération.fr, 5 février 2014)

This entry was posted in La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.