[Chronique de Youv derrière les barreaux] « Tellement la dalle que chez moi ça brûle des voitures pour faire un barbeuc »

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/0513.jpg[26 septembre 2012]
Et si tout ça c’était pour rire ?

Et si toutes nos douleurs n’étaient qu’un leurre ? Pardon ? Si ma rime te choque clik clik clik m’a dit mon Glock. Tellement la dalle que chez moi ça brûle des voitures pour faire un barbeuc.

Trop de tombes à fleurir, mais ça ce n’est pas pour rire. Le chômage nous a pris en otages, voici ma fable, ma vision du monde où il est interdit d’être faible. Ça pactise avec le diable oublie que Dieu seul juge adolescence vécue, survécue sur une bécane de cross, crosse à la ceinture avant la puberté, dépucelage dans une cave désaffectée va faire la morale à une hyène et avale le jet de bombe lacrymogène.

Le jeune insoumis va t’aider à reprendre tes esprits. Je t’invite dans mon bloc mais chuchote les perquises on finit par nouer le cœur de nos mères.

Mes associés se sont associés à Lucifer ils s’en battent les couilles de l’enfer, ils espèrent la repentance avant la date limite en oubliant que la potence n’est pas qu’un mythe.

30 ans et rien de positif j’me rappelle y a quinze ans dans ma rue on ne vivait que pour rire, quinze ans plus tard ça risque sa vie ivre sur l’autoroute de l’illicite on a tous été jeune et con, mais ce que l’on savait pas c’est que l’on finirait vieux et con.

Pour me faire oublier l’île de Gorée ils m’ont offert un lit superposé. AH LÀ LÀ sacrilège j’ai osé contester Babylone, j’ai un fou rire assis sur le banc des accusés en cour d’assises.

Si les brunes ne comptent pas pour des prunes les renois ne comptent même pas dans leur schéma. L’État une énorme blague, je ne peux pas croire que tout ce qu’ils nous font soit réel.

Et si ce n’était que pour rire je me suis tellement pincé et j’ai bien peur que tout soit vrai, mais quand je les écoute je ne peux m’empêcher de rire.

[La Chronique de Youv derrière les barreaux est disponible en téléchargement gratuit sur le site des Éditions Antisociales. Elle est à suivre sur le compte Facebook dédié.]

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle and tagged , . Bookmark the permalink.

1 Response to [Chronique de Youv derrière les barreaux] « Tellement la dalle que chez moi ça brûle des voitures pour faire un barbeuc »

  1. ... says:

    CA SENT LA PUNCHLINE …
    ca fait plaisir, a la sortie, un skeud/scud, missile!

Comments are closed.