[Chronique de Youv derrière les barreaux] « Les huissiers ont fait demi-tour car dans mon ascenseur ça puait la pisse »

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/0513.jpg[1er octobre 2012]
Résister est un devoir

Celui qui n’a pas le courage de se rebeller, n’a pas le droit de se lamenter a dit CHE GUEVARA. Je garde le poing levé comme ces athlètes blacks américains en pleins J.O. J’ai dissimulé dans la paume de ma main un stylo pour immortaliser et ne jamais oublier.

Si j’étais là en 1700, j’aurais coupé la tête à Marie-Antoinette car la dernière fois que j’suis passé au Château de Versailles, j’ai pris neuf ans. Ils nous ont fait tout le Kâma-Sûtra. Les huissiers ont fait demi-tour car dans mon ascenseur ça puait la pisse. Dix ans enfermés dans des toilettes. Je suis né dans le désert pourtant je n’ai jamais vu d’oasis à part chez l’épicier arabe du coin.

Dans ma cité, il y a trop de tensions, quand on fait le compte, le décompte, trop de frères en détention, pourtant nos mères nous avaient mis en garde, nous avaient dit de faire attention.

Imagine Mamadou dans un meeting de Jean-Marie Le Pen !!! STOOOOOOOOOP stop l’imagination. Plus besoin d’imaginer ce cauchemar est devenu réalité. J’ai plus de souffle mais plus rien ne m’étonne. En 2002, on avait le droit entre la droite et la droite de la droite. Je suis gaucher de naissance mais loin d’être socialiste, rien de social dans ma rue. 17 % en 2002 de votes pour le porc, ma mère avait fait les valises, qu’elle n’avait jamais vraiment défaites en quarante ans.

« C’est à Fresnes que Fleury la Santé. » Il suffisait d’un rien pour qu’on y croie, une chose est sûre, c’est à Bois-d’Arcy que beaucoup trop de nos frères sont morts.

« Celui qui n’a pas le courage de se rebeller, n’a pas le droit de se lamenter. » (Ernesto CHE GUEVARA)

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/04.png

[La Chronique de Youv derrière les barreaux est disponible en téléchargement gratuit sur le site des Éditions Antisociales. Elle est à suivre sur le compte Facebook dédié.]

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle and tagged , . Bookmark the permalink.