[J-3] L’Égypte de toutes les tensions

La campagne « Tamarod » (Rébellion) initiée par l’opposition mais dont s’est saisie une foule de jeunes et citoyens ordinaires en en faisant tout autre chose, a réussi à réunir 15 millions de signatures désavouant la légitimité électorale de Morsi qui n’a été été élu que par 13,2 millions d’électeurs.

Les divers animateurs de cette campagne ont convié les Égyptiens à manifester le 30 juin pour exiger le départ de Morsi. Les dirigeants de l’opposition du FSN demandent pour cela des élections présidentielles anticipées tandis qu’une multitude de groupements de jeunes et de révolutionnaires affirment qu’ils ne quitteront pas la rue tant que le président n’aura pas quitté ses fonctions. Les premiers voient dans le 30 juin une fin à but institutionnel, pendant que les seconds y voient, eux, un début de la démocratie directe, le début de la fin.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/162.jpeg

Queue comme il y en a partout à une station service au Caire aujourd’hui, après que le ministre ait dit qu’il n’y avait pas de problème de pénurie d’essence.

Alors que les Égyptiens subissent une forte pénurie d’essence (qui amène certains automobilistes à faire trois jours de queue pour un plein), de gaz, d’eau, de nombreuses coupures d’électricité et d’eau, des hausses de prix très importantes des produits de première nécessité et que les grèves et manifestations à caractère social ou économique battent des records historiques, la perspective du 30 juin semble pouvoir cristalliser pour cette période toutes les colères en un seul mouvement.

À trois jours de cette échéance qui paraît déterminante pour des millions d’Égyptiens, les tensions ne cessent de monter et de se fédérer pendant que bien des autorités institutionnelles quittent le navire présidentiel ou prennent des distances avec lui, alors qu’ils le soutenaient jusque là clairement ou à leur corps défendant.

Ainsi le pape des coptes a autorisé ses fidèles à se rendre au 30 juin, la prestigieuse université islamiste Al Ahzar a pris ses distances pendant que ses sheicks appellent ouvertement à manifester contre les faux musulmans au pouvoir, le principal parti salafiste Al Nour a déclaré qu’il ne participerait pas aux contre-manifestations de soutien à Morsi, le dirigeant des chiites égyptiens, Hasheni, a appelé ses ouailles à se venger des sunnites (les Frères Musulmans) car quatre d’entre eux viennent d’être assassinés par ces derniers et enfin le leader dissident des frères Musulmans, Al Fotouh (4e aux Présidentielles) dans une position jusque là de soutien critique, a appelé également à la manifestation du 30 juin.

En même temps, l’armée qui était silencieuse depuis l’échec de sa tentative de coup d’État en juin 2012 et qui avait laissé la place aux Frères Musulmans, s’est réinvitée dans le débat politique par le biais de son homme fort, le ministre de la Défense Al Sissi, en déclarant qu’elle ne laisserait pas l’Égypte sombrer dans le chaos en défendant les institutions d’État contre tous ceux qui veulent les saper ou les détruire. Son discours a été interprété par l’opposition comme un lâchage des Frères Musulmans et par ces derniers, au contraire, comme un soutien.

Ces derniers mois, plusieurs petites manifestations de soutien à l’armée initiées par des anciens du parti de Moubarak mais avec le soutien d’un certain nombre de libéraux ou démocrates ont montré que le retour de l’armée au pouvoir était une possibilité envisagée par certains notables dans cette situation de dangereuse montée sociale pour eux et où les Frères Musulmans et la religion ne pourraient plus être suffisants comme gardiens de l’ordre. En effet, ils ont été discrédités par un an de pouvoir, ayant perdu tous leurs soutiens traditionnels dans les syndicats professionnels des classes moyennes, des médecins aux ingénieurs en passant par les enseignants, pharmaciens, avocats ou journalistes et surtout les étudiants et n’en ayant jamais réellement eu chez les ouvriers.

Aussi, après la déclaration menaçante de Al Sissi, on a vu non seulement Morsi déclarer 5 fois dans son discours d’hier 26 juin, que c’était lui le chef de l’armée, style méthode Coué, et les principaux dirigeants du FSN dire leur indéfectible attachement à l’armée y compris le dirigeant démocrate du mouvement du 6 avril qui n’est décidément plus ce qu’il était tout comme Hamdeen Sabbahi, dirigeant socialiste nassérien, arrivé troisième aux élections présidentielles, qui s’est abaissé à dénoncer ceux qui avaient critiqué l’armée quand elle était au pouvoir comme étant les responsables de la crise actuelle. À la plus grande surprise et au plus grand dam de ses partisans…

De son côté, étayant les craintes des possédants, la Fédération égyptienne des syndicats indépendants revendiquant plus d’un million de membres, vient de faire paraître un communiqué signé en commun avec le groupe trotskyste des Socialistes Révolutionnaires appelant tous deux au 30 juin, déclarant « nous sommes à la veille d’une nouvelle révolution populaire » […] rappelant « les jours avant la chute de Moubarak ». Ce communiqué a tout de suite été interprété par la presse comme un appel des syndicats ouvriers à une deuxième révolution. Le syndicat des journalistes s’est aussitôt associé à la démarche appelant lui aussi au 30 juin.

Les groupes défendant les droits des femmes ont été plus loin appelant les femmes d’Égypte non seulement à manifester le 30 juin mais aussi à s’armer d’aiguilles à matelas (de la taille de véritables couteaux) pour se protéger de tout harcèlement.

En même temps, 18 groupes islamistes soutenant le gouvernement, ont appelé à des contre manifestations du 21, puis du 28 au 30 juin, certains d’entre eux menaçant de mort les manifestants anti Morsi, disant clairement qu’ils formeraient leurs milices d’auto-défense et le
montrant ouvertement le 21 juin, défilant avec gourdins, boucliers et casques et encore hier 26 juin à Monofiya… Mais hélas pour eux, arrosés par les habitants des rues où ils défilaient, de jets d’objets divers, eau ou urine.

Dans cette montée des tensions, la nomination par Morsi la semaine passée de 6 nouveaux gouverneurs des Frères Musulmans et celle d’un dirigeant de l’organisation terroriste Al Jamaa Al Islamiya mettait le feu aux poudres. Les sièges des gouvernorats étaient assiégés et des manifestations ont eu lieu à Fayoum, Mansoura, Mahalla, Suez, Port Saïd, Alexandrie, Le Caire, Fouah, Gizah, Luxor… faisant de nombreux blessés. Depuis, le gouverneur de Luxor d’Al Jamaa al Islamiya, a renoncé mais les manifestations continuent. Mercredi 26 juin, de très violents affrontements opposaient anti et pro Morsi à Tanta, faisant 157 blessés mais surtout à Mansoura où deux Frères Musulmans ont trouvé la mort et 250 personnes ont été blessées. En même temps plusieurs véhicules ou magasins appartenant à des Frères Musulmans ont été brûlés dans cette ville et un supermarché de la chaine Zad appartenant au fils de Khayrat al-Shaker, multimillionnaire et homme fort des Frères Musulmans, a été pillé, ses marchandises jetées dans la rue.

À Zarqiya, deux manifestations bloquaient mercredi 26 juin le siège du gouverneur et la maison de Morsi, après que déjà mardi, le siège du Parti de la Justice et la Liberté (Frères Musulmans) ait été brûlé. On notait 56 blessés dans les affrontements à Zagazig. Neuf l’étaient également hier place Tahrir par balles de revolver.

Dans ce climat, des rumeurs de toutes sortes circulent pendant que des nouvelles plus ou moins contrôlées sont publiées dans la presse. Un dissident des Frères Musulmans affire que ces derniers ont programmé pour les jours qui viennent l’assassinat ciblé de leaders de l’opposition, une mère islamiste dénonce son fils à la police parce qu’il préparait en quantité des cocktails molotov pour le 30 juin, les étrangers fuient l’Égypte, les routes menant à l’aéroport du Caire étant totalement embouteillées, les employés du journal El Watan (celui qui avait fait campagne contre le Canard Enchaîné au sujet des caricatures de Mahomet) ont quitté leurs locaux ayant été menacés d’incendie. Des blocs de ciments ont été placés aux entrées du palais présidentiel par la garde présidentielle.

C’est dans ce contexte que hier mercredi 26 juin, de nombreux chars de l’armée ainsi que des parachutistes ont pris position aux abords des bâtiments officiels ou des zones « sensibles » de nombreuses villes « pour protéger la population », dit-elle, et que des hélicoptères « Apaches » volaient à basse altitude au dessus des cités, contribuant un peu plus à faire monter la tension.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/14.jpeg

21 h, 26 juin, la foule sur la place Tahrir attendant le discours de Morsi et en train de crier et chanter contre lui.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/151.jpeg

Les manifestants place Tahrir le 26 juin écoutent le discours de Morsi en montrant leurs chaussures (en signe d’insulte).

Les jeunes animateurs de la campagne Tamarod ont déclaré qu’ils ne voulaient en aucun cas que l’armée prenne le pouvoir pendant que place Tahrir hier soir, 26 juin, la foule qui s’était rassemblée pour écouter le discours présidentiel télévisé était unanime pour conspuer Morsi, lui demander de « dégager », lui montrer ses chaussures, et le traiter de « clown », « paranoïaque », ou déclarer qu’il faudrait « vendre son cerveau à la science » pour combler les dettes de l’Égypte tellement c’était un phénomène psychiatrique unique… Par contre elle se divisait sur l’armée certains chantaient le vieux slogan des débuts de la révolution « le peuple et l’armée une seule main » pendant que d’autres la dénonçaient, notamment les Socialistes Révolutionnaires, scandant « ni Frères ni Armée ».

Jacques Chastaing, 27 juin 2013

 

Heurts en Égypte : 2 morts et 90 blessés

Le président Mohamed Morsi a estimé aujourd’hui que l’affrontement politique actuel menaçait la démocratie et risquait de plonger l’Égypte dans le chaos. Peu de temps avant, des heurts ont fait au moins deux morts et 90 blessés entre partisans et opposants à Morsi à Mansoura, dans le delta du Nil.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/0619.jpg

« La polarisation politique et les conflits ont atteint un stade qui menace notre expérience démocratique naissante et qui menace d’entraîner l’ensemble de la nation dans un état de paralysie et de chaos », a déclaré le président lors d’un discours télévisé devant un parterre de dirigeants et de partisans.

Le président égyptien a reconnu avoir commis des erreurs, mais il a également accusé sans les nommer des « ennemis de l’Égypte » coupables à ses yeux de vouloir saboter le système démocratique issu de la révolution de 2011. Le chef de l’État a commencé son discours à l’heure, en exprimant en préambule ses meilleurs vœux au peuple égyptien à l’approche du ramadan, qui débute dans environ deux semaines. « Je suis devant vous non comme détenteur d’une charge, mais en tant que citoyen égyptien qui est inquiet pour son pays », a-t-il déclaré avant d’indiquer qu’il ferait le bilan de la première année de sa présidence. L’opposition a choisi cette date anniversaire, le 30 juin, pour organiser dimanche des manifestations et réclamer la démission du chef de l’État.

« Aujourd’hui, je préside à un audit de ma première année, en toute transparence, conformément à la feuille de route. Certaines choses ont été accomplies, d’autres pas. J’ai fait des erreurs sur un certain nombre de sujets », a dit encore Mohamed Morsi, sans entrer dans les détails lors de son discours, interrompu à plusieurs reprises par les vivats de ses supporters. Sur la place Tahrir du Caire, haut lieu de la révolution, des centaines d’opposants ont suivi l’intervention présidentielle sur un écran géant.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/0522.jpg

La crainte d’une confrontation violente et durable entre les opposants et les partisans islamistes du chef de l’État, qui prévoient une manifestation de soutien ce même dimanche, a poussé de nombreux Égyptiens à constituer des stocks d’essence et de nourriture. L’armée, que certains opposants aimeraient voir reprendre le pouvoir, a commencé de son côté à se déployer dans les grandes rues et à ériger des barrières autour des bâtiments publics, prévenant qu’elle ne tolérerait pas le chaos.

Certains observateurs pensent que l’Égypte est au bord d’une nouvelle éruption de l’ampleur de celle qui avait fait chuterc en février 2011, en raison d’une combinaison explosive de polarisation politique exacerbée et de crise économique chaque jour plus pesante. Si certains manifestants dénoncent une dérive autoritaire du président Morsi et la volonté qu’ils prêtent aux Frères musulmans, et plus largement aux islamistes, de monopoliser le pouvoir, beaucoup sont simplement excédés par la dégradation de leurs conditions de vie depuis la « révolution du Nil ».

Leur presse (LeFigaro.fr avec Reuters, 26 juin 2013)

This entry was posted in L'insurrection égyptienne et ses suites and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.