[Toulouse] « On ne peut pas être fier d’être précaire »

Les sans-emploi s’organisent en « Précaire Pride »

Une centaine de personnes ont défilé à la « Précaire Pride » hier en début d’après-midi rue d’Alsace-Lorraine, « nom provocateur, on ne peut pas être fier d’être précaire », ironise Guy Molinier d’Act-Up 31. Plusieurs associations rattachées à la cause des demandeurs d’emploi se sont unies sous la bannière « Ni pauvres, ni soumis ». Militants, mal-logés et sans-emploi ont renommé l’artère commerçante de Toulouse « Le Boulevard de la Révolte qui gronde », ainsi que quelques rues adjacentes.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/05/132.jpg

Les militants en lutte contre la hausse du chômage place Esquirol hier après-midi.

Un an après l’élection de François Hollande, « il ne se passe rien », s’indigne Patricia Marrocq, membre de l’association Avenir, pour la réinsertion sociale des chômeurs. « La situation est catastrophique depuis 2008 », appuie Marie Lacoste du Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP), seule association représentative des sans-emploi à Toulouse, « mais ce n’est pas une question de droite ou de gauche, c’est une continuité », ajoute-t-elle.

Alors que le chômage augmente en métropole avec 10,6 % à la mi-2013 contre 10,2 % en 2012, la région toulousaine n’est pas épargnée. D’après un rapport de Pôle emploi paru le 2 mai 2013, la demande d’emploi à la fin du mois de mars a augmenté de 9,7 % par rapport à mars 2012, ainsi que de 0,8 % depuis le début de l’année. Les associations présentes ont répondu à l’appel de l’Association des Paralysés de France 31 (APF 31). Le but étant de mettre en exergue la situation des personnes handicapées également touchée par le chômage et victimes d’une baisse des Allocations aux Adultes Handicapés (AAH) leur étant dédiées. « Nous désirons que tous les individus ne pouvant pas travailler bénéficient d’un “revenu d’existence” à hauteur d’un SMIC brut, assorti des cotisations sociales » explique Odile Maurin, représentante départementale de l’AFP 31. La population des personnes en situation de handicap souffre deux fois plus du chômage que les personnes valides avec 22 % de chômeurs chez les handicapés aptes à travailler.

« 200’000 emplois sont disponibles dans les domaines de la restauration, service à la personne, ou le nettoyage, mais face à ces emplois sous payés et contraignants physiquement, les employeurs ne trouvent pas preneur et avec 60 millions de chômeurs, Pôle Emploi est débordé… », se désole Marie Lacoste.

Presse esclavagiste (Paul Lorgerie, LaDepeche.fr, 8 mai 2013)

This entry was posted in Luttes des chômeurs et précaires and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to [Toulouse] « On ne peut pas être fier d’être précaire »

  1. colporteur says:

    Feignasse – Un journal et une fête des chômeurs.
    Au sommaire du N°0 de Feignasse, le papier des sans emploi, précaires et tous ceux qui sont privés de moyens d’existence
    • Chômeur pas chien
    • Le mythe économique
    • Les comptes sont truqués
    • Policemploi
    • L’austérité construite sur une erreur de calcul
    • Chômeur immolé
    les pdf sur http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6621

  2. colporteur says:

    Arrogance décomplexée des dominants, modestie discrète et invisibilité des dominés, quelle sale époque. Pour s’en remettre en partie, une petite plongée dans une toute autre ambiance avec ce tract des Fugitifs, publié lors de la grande grève de 1995, qui, déjà s’opposait à l’allongement de la vie précaire : …Krânes d’oeufs gouvernement/TV toujours exiger nous sacrifices pour ECONOMIE. Toujours résultat zéro. Jamais prêtres économistes réussir voir avenir. Ancêtres chasser pharaons, chasser roi, chasser curés. (…)
    Système plonger nous précarité pour punir révolte parents 68 . Eux fatigués maintenant , bien mériter retraite…
    Nous vouloir le pouvoir, Nous pouvoir le vouloir – Les fugitifs
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6617

Comments are closed.