[Nos médias] Radios Libres en Périgord

Radio : ils sont bien décidés à repartir

L’association Radios Libres en Périgord a besoin d’aide.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/05/063.jpg

Mary Heudebourg et Robert Kaminker ont présenté leur projet, hier, au café associatif des Thétards.

« C’est la journée du Phénix qui renaît de ses cendres », a déclaré hier Mary Heudebourg, présidente de l’association Radios libres en Périgord. En effet, il y a un an, le 7 mai 2012, Radio Périgueux 103 et Radio Plaizance cessaient d’émettre : l’Association pour le développement de la communication en Périgord, qui les gérait, était mise en liquidation judiciaire à la suite de difficultés financières. Aujourd’hui, l’association Radio Libres en Périgord annonce sa volonté de relancer l’aventure. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel lui a attribué la fréquence de 102,3 MHz, celle de feu Radio Périgueux 103. « Il nous reste seulement à finaliser la convention avec la CSA. »

Le plus vite possible

L’association est composée d’anciens et de sympathisants de Radio Périgueux 103. Elle a comme vice-président Robert Kaminker, et comme secrétaire-trésorière Aïda Degeix. Elle compte une dizaine de membres dans son conseil d’administration.

« L’objectif est de redémarrer le plus vite possible », ajoute Mary Heudebourg. L’esprit sera très proche de celui de Radio Périgueux 103 : « Une radio plus d’expression que d’information, ouverte aux domaines sociaux, économiques et culturels. » Elle entretiendra les liens avec les associations qui participaient à Radio Périgueux 103.

Toutes les bonnes volontés

Mais le problème, c’est que Radio Libres en Périgord n’a pour le moment « ni local, ni finances ». Elle repart de zéro. Alors, elle lance un appel pour trouver un lieu dans l’agglomération périgourdine, au moins une piste. « Il nous faudrait quelque chose qu’on nous prête ou avec un loyer symbolique. Cela nous permettrait de nous lancer. »

Les animateurs doivent se procurer du matériel, trouver quelqu’un pour le faire fonctionner, résoudre la question de l’émetteur. Ils vont faire des demandes de subvention au Fonds de solidarité à l’expression radiophonique, aux pouvoirs publics. Ils comptent sur toutes les bonnes volontés.

Leur presse (Chantal Gibert, SudOuest.fr, 8 mai 2013)

 

Un local pour émettre

L’association Radios Libres en Périgord a obtenu une fréquence. Mais il lui faut des aides.

Cela fait un an que Radio Périgueux 103 a cessé d’émettre : elle s’est tue le 7 mai 2012, tout comme Radio Plaizance. Toutes deux étaient gérées par l’Association pour le développement de la communication en Périgord (ADCP), mise en liquidation judiciaire à la suite de difficultés financières.

Ne voulant pas en rester là, des anciens et sympathisants de Radio Périgueux 103 ont créé un comité de soutien. Puis l’association Radios Libres en Périgord a vu le jour, en octobre dernier.

En novembre, le Conseil supérieur de l’audiovisuel lui a mis des fréquences à disposition. Mais tenant à émettre, comme autrefois, en 102,3 mhz, Radios Libres en Périgord a monté dans l’urgence un dossier à l’attention du CSA, motivant sa nouvelle demande.

La réponse, arrivée en mars, fut positive. Mais… « Elle est conditionnée par le fait que nous ayons un local. Or, nous n’avons que très peu de moyens », explique Mary Heudebourg, présidente de l’association.

Aussi, un appel est-il lancé à ceux qui pourraient aider Radios Libres en Périgord à trouver rapidement un local, « même petit, même un garage, temporairement gratuit ou avec un loyer symbolique. Il est important que cette fréquence reste dans le domaine associatif. »

Contact

Leur presse (Chantal Gibert, SudOuest.fr, 7 mai 2013)

 

Un SOS pour relancer Radio Périgueux 103

L’association est à la recherche d’un local temporairement gratuit ou à petit prix. Elle a le feu vert du CSA pour récupérer sa fréquence.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/05/07.jpg

La radio associative périgourdine a cessé d’émettre le 7 mai 2012 (Archives).

Radio Périgueux 103 va-t-elle pouvoir revenir sur les ondes ? En tout cas, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a donné son feu vert pour qu’elle récupère sa fréquence, 102.3 mhz. Du coup, un appel est lancé à ceux qui pourraient aider Radios libres en Périgord et lui trouver rapidement un local « même petit, même un garage, temporairement gratuit ou avec un loyer symbolique. Il est important que cette fréquence reste dans le domaine associatif ». On peut envoyer un e-mail à l’association.

Cela fait un an que Radio Périgueux 103 a cessé d’émettre. Elle s’est tue le 7 mai 2012, tout comme Radio Plaizance. Elles étaient gérées toutes les deux par l’ADCP qui a été mise en liquidation judiciaire à la suite de difficultés financières.

Ne voulant pas en rester là, des anciens et sympathisants de Radio Périgueux 103 ont créé un comité de soutien. Puis Radios Libres en Périgord a vu le jour en octobre 2012.

En novembre, le CSA a mis à disposition les fréquences concernées. L’association qui s ‘est lancée dans l’étude d’un  nouveau projet, a monté un dossier dans l’urgence pour pouvoir récupérer la fréquence 102,3 mhz. La réponse, arrivée en mars, est donc positive. « Elle est conditionnée par le fait que nous ayons un local. Mais nous n’avons que très peu de moyens » explique Mary Heudebourg, présidente de l’association.

Leur presse (Chantal Gibert, SudOuest.fr, 6 mai 2013)

 

Radio : 103, c’est vraiment fini

Le mobilier et le matériel de la station installée rue Arago à Périgueux ont été dispersés. Si la page se tourne, un projet de web radio est à l’étude.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/05/082.jpg

Une réunion d’associations sur le sort de Périgueux 103, en mai 2012.

Radio Périgueux 103, c’est vraiment fini. La toute dernière page vient de se tourner. Les meubles de bureau et le matériel radio qui se trouvaient dans les locaux de la rue Arago, à Périgueux, ont été mis aux enchères mercredi matin.

Cette vente fait suite à la liquidation judiciaire de l’Association pour le développement de la communication en Périgord qui gérait Radio Périgueux 103 et Radio Plaizance. À la suite de quoi, les deux radios ont cessé d’émettre, le 7 mai dernier.

Tout est parti

Mercredi matin, la vente qui était organisée par Me Bertrand Miallon, commissaire-priseur, a duré un peu plus d’une heure. Parmi les présents, il y avait un des anciens bénévoles de la radio, attristé d’assister à une telle fin.

Certains ont acheté, d’autres pas. Mais tout est parti. Un ordinateur portable pour 200 euros, un studio mobile de radio pour 800 euros, du petit matériel, un lot de CD. Le montant total de la vente qui servira à réduire le passif, s’élève à 4000 euros.

Pour une web radio

Une autre radio associative pourra-t-elle renaître ? C’est l’objectif de plusieurs réunions qui se sont tenues depuis la disparition de Périgueux 103.

Un pas nouveau a été franchi. Une association vient d’être créée et elle a tenu son premier conseil d’administration. Intitulée Radio libre en Périgord, elle réunit anciens animateurs et sympathisants.

Elle s’est dotée d’un bureau avec comme président Jean-Marc Juin, secrétaire Joseph Zudas et trésorière, Mme Deloubes.

« Il ne s’agit pas de revenir en arrière », précise Joseph Zudas. Le but de l’association est de créer une web radio puis, plus tard, une web TV.

« Nous sommes en train de réfléchir au projet pour fédérer ceux qui étaient partie prenante de Radio Périgueux 103 ». À ce sujet, un questionnaire va être envoyé aux quelque soixante associations qui s’exprimaient sur les ondes.

Leur presse (SudOuest.fr, 5 octobre 2012)

 

Radios libres : nouvelle réunion en septembre

Le groupe de travail, désigné par le comité de soutien pour préparer des statuts d’une future association qui gérera les radios libres et associatives et convoquer une assemblée générale constitutive pour la créer officiellement, s’est réuni mardi dernier.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/05/125.jpg

Les discussions n’ont pas abouti.

Lors de la constitution du conseil d’administration, seules deux personnes ont posé leurs candidatures. Or, il en faut trois au minimum. Les participants, au nombre de 17, ont donc décidé de repousser cette assemblée au mardi 25 septembre.

Leur presse (Joël Larivière, SudOuest.fr, 17 juillet 2012)

This entry was posted in Critique des médias and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.