Tournée Intervento – Italie 70’s – mai 2013 – à l’est

Salut, en ce printemps l’équipe Intervento-aprile repart en tournée au nord-est à Nancy, Strasbourg, Besançon, Dijon. Ce sera du 6 au 16 mai avec des représentations de l' »Intervento » et discussions sur les mouvements révolutionnaires italiens des années 70’s et la manière dont on envisage des bouleversements au présent. On voyagera aussi avec un infokiosque et une expo de photos sur la ZAD et la résistance aux expulsions à Notre Dame des Landes.

Vous pouvez inviter vos amis dans ces coins-là — à bientôt sur la route !

http://juralib.noblogs.org/files/2013/05/122.jpg

Pour ne pas payer, face aux augmentations, c’est le seul moyen de faire ses courses !

 

Dates et présentation ci-dessous :

## Strasbourg

– Mardi 7 mai : 19h Bouffe prix libre, 20h Intervento, 23h Discussion large
– Mercredi 8 mai : 14h-18h Discussion plus approfondie

Le tout à Molodoï, 19 rue du Ban de la Roche, Strasbourg
Et le mercredi 19h, bouffe sans prix dehors, rue du Faubourg National.

## Nancy

– Jeudi 9 mai à 21h Intervento au Caveau du Grand Sauvoy, 17 route de Metz, 54320 Maxéville
– Samedi 11 mai à 15h Exposé-discussion sur les leçons de l’autonomie italienne au CCAN, 69 rue de Mon-désert – Nancy

## Besançon

– Dimanche 12 mai à 16h00 – Intervento dans les locaux de RADIO BIP, 14 rue de la Viotte (la petite rue juste en dessous de la gare).

La représentation sera suivie d’un apéro grignotage puis d’une discussion sur les liens entre les luttes des années 70 et les luttes actuelles.

## Dijon

– Mardi 14 mai à 19h à la grange rose Franca Rame – Intervento + Buffet et discussion 45 rue Ph. Guignard – Dijon – quartier des Lentillères
– Mercredi 15 mai à 18h aux Tanneries – exposé-discussion sur les leçons de l’autonomie italienne suivi d’un repas – 17 bvd de Chicago

 

Présentation :
Intervento – Luttes autonomes italiennes des 70’s

Mise en scène (en lectures, films, chansons…) sur les mouvements sociaux autonomes qui ont bouleversé l’Italie pendant les années 70 : luttes dans les usines, quartiers, prisons, occupations de logements et auto-réductions, féminisme, radio libres, action directe, groupes en armes et illégalisme…

Suivie d’une discussion sur ce que ces fragments d’histoires, leurs failles, leurs passions et leurs forces peuvent faire émerger dans des visions des luttes aujourd’hui.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/05/112.jpg

Carte des principaux centres sociaux à Milan (1975-1977)

 

Le mouvement autonome italien est peut-être l’un des mouvements de lutte les plus puissants de l’histoire récente occidentale. « Fort de liens inédits entre étudiants et ouvriers, « autonome » des partis et des syndicats, massif et violent dans ses modes d’actions, le « mouvement italien » a fait durer mai 68 pendant dix ans. Ce sont les « hordes païennes » de jeunes immigré.e.s du Sud qui paralysent les usines, revendiquant le refus du travail, remettant à l’ordre du jour les pratiques d’action directe qui avaient secoué les mêmes industries en 1920 avant de s’endormir sous le fascisme.

Ce sont des quartiers entiers qui, face à l’inflation, refusent de payer les loyers ou les factures, « auto-réduisent » les produits de supermarchés. C’est une irruption tonitruante des femmes, homosexuel-le-s, jeunes et chômeurs-ses sur la scène politique. Ce sont des « indiens métropolitains », des sabotages fracassants ou ludiques et des centres sociaux occupés. Ce sont des analyses précises et originales de la transformation de l’économie et de la valorisation des différentes facettes de l’existence. Ce sont des pratiques collectives et des appartements communautaires qui s’attachent à saper les fondements de la quotidienneté occidentale.  C’est une explosion des radios libres qui se font « la voix des sans-voix » tout en jonglant avec l’ironie et la philosophie. C’est enfin le tournant de 1977, les émeutes massives dans les grandes villes italiennes, les chars blindés à Bologne, la diffusion de la lutte armée et une répression féroce : un mouvement étranglé qui n’a plus d’autres issues que la fuite, l’héroïne ou la clandestinité.

Malgré ces défaites, le mouvement autonome italien demeure une source unique d’inspirations et d’interrogations sur les possibilités révolutionnaires aujourd’hui. »

Des lectures tirées de plus de 15 ouvrages différents et entrecoupées de sons et d’images permettront d’avoir un aperçu de l’atmosphère brûlante de l’époque et d’approcher les questions qu’elle nous pose aujourd’hui.

 

Les personnes qui vous offriront ces lectures restent anonymes. Elles ne sont pas dramaturges professionnelles mais chômeuses ou charpentières, elles parcourent vos rues comme mille autres visages en manif, elles portent des colères et des questions de fond, comme mille autres êtres vivants, comme vous, quant à la manière dont nous nous organisons pour vivre sur cette planète. Étonnées par les mythes du mouvement autonome italien qui circulent dans l’ombre de ce que Walter Benjamin nomme la « mémoire des vainqueurs », elles se sont renseignées par leurs propres moyens et ont compilé petit à petit un album d’écrits, de sons et d’images sur le sujet. Depuis plus de huit ans elles ramènent ces récits dans des des théâtres ou des universités occupées, des cinémas ou des locaux autogérés, avec la conviction qu’ils recèlent des inspirations et des interrogations précieuses pour les mouvements de résistance actuels.

Sans titre diffusion, 28 avril 2013

This entry was posted in Initiatives libertaires and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.