Y’a de la grève dans l’air pépère

Moscovici évoque une nouvelle réforme des retraites

Il faudra de nouveau revoir les régimes de retraite sous ce quinquennat pour les ramener à l’équilibre financier, a annoncé mercredi 19 décembre le ministre de l’économie et des finances français, Pierre Moscovici.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/12/01110.jpg

À Bruxelles, les ministres des finances vont devoir travailler « d’arrache-pied » selon Pierre Moscovici, le ministre de l’économie, pour boucler les négociations destinées à mettre en place une supervision intégrée des banques de la zone euro.

Malgré la réforme de 2010, le déficit des régimes de retraite devrait atteindre 18,8 milliards d’euros en 2017, contre 14 milliards en 2011, estime le Conseil d’orientation des retraites (COR), qui doit dévoiler ses prévisions ce mercredi. « Il me semble qu’il faudra en effet revenir sur le sujet », a déclaré Pierre Moscovici sur RTL.

« Oui, il y aura sans doute une [réforme], mais il faudra que ses paramètres soient des paramètres justes », a-t-il ajouté, disant vouloir prendre en compte les paramètres financiers et de fond, et soulignant qu’une nouvelle réforme n’aurait pas la « même philosophie » que celle du gouvernement de François Fillon. La précédente majorité avait décidé en 2010 de relever progressivement l’âge minimum légal à 62 ans pour effacer le déficit des régimes de retraite à l’horizon 2018.

Pour rétablir les comptes, le COR avance plusieurs pistes : soit une augmentation de 1,1 % des prélèvements, soit une baisse de 5 % du rapport entre la pension moyenne et le revenu moyen, soit un recul de six mois supplémentaires de l’âge effectif de départ.

La présidente du Medef, Laurence Parisot, plaide, quant à elle, pour un nouvel allongement de l’âge de départ à la retraite à 63 ans et l’augmentation de la durée de cotisation à au moins 43 annuités. Elle s’oppose en revanche à une hausse des cotisations, des entreprises comme des salariés. Le ministre de l’économie et des finances a annoncé mercredi qu’il y aurait une concertation sur le sujet d’ici la mi-2013.

Presse esclavagiste (LeMonde.fr avec l’Agence Faut Payer, 19 décembre 2012)


Laurence Parisot prône la retraite à 63 ans

La présidente du Medef a proposé, mardi 18 décembre, que l’âge légal de départ à la retraite soit relevé à 63 ans, et la durée de cotisation portée à 43 annuités. Un moyen de rééquilibrer le système alors que le déficit du régime atteindra près de 19 milliards en 2017.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/12/0228.jpg

Mercredi 19 décembre, le Conseil d’orientation des retraites (COR) rendra public ses prévisions de déficit. Elles sont déjà connue : le trou dans les caisses s’élèverait à 18,8 milliards d’euros à l’horizon 2017.

L’occasion pour la patronne des patrons de communiquer sur le sujet. Ce mardi 18 décembre, Laurence Parisot appelle le gouvernement à repousser l’âge légal à 63 ans d’ici deux ans avec 43 ans de cotisations au lieu de 41.

La présidente du Medef ne veut pas entendre parler « d’augmentation des cotisations, que ce soit côté entreprises ou salariés ». Une telle mesure « ne ferait qu’aggraver » l’écart de coût du travail avec « nos principaux concurrents », a-t-elle expliqué.

La réforme de 2010 insuffisante

La seule solution pour Laurence Parisot consiste donc à relever l’âge légal et la durée de cotisation. Pour mettre en place une nouvelle réforme, elle préconise l’organisation d’un « Grenelle des retraites », ou bien d’une « conférence des retraites ».

En 2020, le déficit du système de retraite pourrait atteindre entre 20 et 25 milliards, selon un premier document remis, lundi, par le Conseil d’orientation des retraites à ses membres. Une aggravation du déficit alors que la réforme de 2010, votée sous Nicolas Sarkozy, prévoyait un retour à l’équilibre à cette date. Elle fixait à 62 ans l’âge légal de départ à la retraite, et à 41,5 les annuités pour les actifs nés après 1955.

La réforme de 2010 :
> Relèvement progressif en 6 ans de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans.
> relèvement progressif de 65 à 67 ans de l’âge de départ sans décote
> Durée de cotisation portée à 41 ans puis 41,5 ans

Presse esclavagiste (Nina Godart, Agence Faut Payer, 18 décembre 2012)

This entry was posted in General and tagged , , , , . Bookmark the permalink.