[Serait-ce le devenir des comicos partout ?] « On était une trentaine à mettre le feu au poste »

Tunisie : un poste de police incendié par des manifestants près de Siliana

Des manifestants ont incendié jeudi un poste des forces de l’ordre tunisiennes à Kesra, à 40 km de la ville de Siliana frappée la veille par de graves violences, a constaté une journaliste de l’AFP.

La façade du poste portait les traces de flammes et deux véhicules de police calcinés gisaient dans les environs. Plus aucun policier n’était présent sur les lieux après l’attaque et quelques jeunes se tenaient aux abords du bâtiment.

On était une trentaine à mettre le feu au poste le matin, a raconté à l’AFP, Ali 17 ans.

Le calme semblait par ailleurs régner vers 12H30 GMT dans cette localité de 18.000 habitants.

Des témoins, interrogés par l’AFP, avaient indiqué plus tôt que plusieurs dizaines de manifestants s’étaient rassemblés devant ce poste et avaient tenté de le prendre d’assaut. Les forces de l’ordre avaient répliqué avec des tirs de gaz lacrymogènes.

Aucune source hospitalière ou policière n’était en mesure de dresser un bilan dans l’immédiat. (…)

Publié par le savoir-faire français (Agence Faut Payer, 29 novembre 2012)


Tunisie : manifestations dans la région de Siliana, affrontements sporadiques

Des affrontements sporadiques ont opposé protestataires et policiers jeudi dans la région de Siliana où de graves violences ont fait plus de 250 blessés la veille parmi les manifestants qui réclament le départ du gouverneur et de meilleures conditions de vie.

La principale centrale syndicale tunisienne, l’UGTT, avait maintenu son appel à une troisième journée de grève générale dans la région et la ville de Siliana (120 km au sud-ouest de Tunis).

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/265.jpg

Des manifestations ont été émaillés de violences dans des localités alentours, mais les débordements étaient bien moins graves que la veille. (…)

Dans la localité de Gaâfour, des manifestants ont jeté des pierres sur des camions des forces de l’ordre et de l’armée qui ont alors rebroussé chemin, selon des témoins.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/272.jpeg

À Siliana, chef lieu de la région éponyme, une manifestation de quelque 2.000 personnes s’est déroulée dans le calme, contrairement à la veille. Aucun incident n’y a eu lieu, selon les journalistes de l’AFP. (…)

En milieu de journée, des policiers et des militaires étaient présents en petit nombre dans les rues de Siliana. Les vestiges des barricades et des violences de mardi et mercredi jonchaient par contre le sol, tels des pierres, des pneus calcinés et même des troncs d’arbres abattus. Tous les commerces étaient fermés jeudi, comme la veille. (…)

Le ministère a par contre publié sur sa page Facebook un bilan matériel des violences de la veille qui s’étaient répandues dans cinq localités proches de Siliana : plus d’une demie douzaine de bâtiments publics ont été incendiés, dont quatre postes des forces de l’ordre. (…)

Publié par le savoir-faire français (Agence Faut Payer, 29 novembre 2012)


Violences à Siliana : Grève générale et rassemblement devant le siège du gouvernement

Un calme précaire régnait jeudi matin à Siliana où une grève générale est observée pour le troisième jours consécutifs.

Quelques pharmacies, boulangeries et l’hôpital régional ont gardé leurs portes ouvertes, a constaté le correspondant de l’Agence TAP dans la région.

Les magistrats et les avocats ont rejoint ce mouvement de grève générale.

Des milliers d’habitants venus de différentes délégations du gouvernorat se sont rassemblés, depuis jeudi matin, devant l’union régionale du travail et se sont dirigés par la suite vers le siège du gouvernorat pour réclamer le départ du gouverneur, Ahmed Ezzine Mahjoubi, en l’absence de tout renfort sécuritaire.

Les protestataires ont procédé jeudi matin à la fermeture des locaux du parti Ennahdha à Siliana et Bargou.

Mercredi, le siège d’Ennahdha à Errouhia a été incendié alors que les locaux du parti à Sidi Bourouis, Kesra et Makthar, ont été fermés sans aucun incidents.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/282.jpg

Le ministère de l’intérieur a recensé, dans un communiqué publié jeudi, les dégâts enregistrés suite au mouvement de protestation survenu mercredi dans le gouvernorat de Siliana. Le ministère relève que les vitres du siège du gouvernorat de Siliana ont été brisés, le poste de police et le siège de la délégation de Makthar incendiés et la recette des finances pillée. Dans la délégation de Bouarada, le poste de police a été incendié, un dépôt de denrées alimentaires pillé ainsi que la recette des finances. À Bourouis, le poste de la garde nationale a été incendié. Dans la délégation d’Errouhia, le poste de police, le siège de la délégation, le logement de fonction du délégué, une partie du siège de la municipalité et un dépôt appartenant aux services de l’assurance sociale, ont été incendiés.

Les affrontements survenus mercredi entre manifestants et forces de l’ordre ont fait plus de 250 blessés dont 19 cas atteints au niveau des yeux ont été transférés vers l’institut d’ophtalmologie Hédi Raies à Tunis. Parmi ces blessés un jeune a perdu la vue, ont indiqué des sources proches de la victime au correspondant de l’Agence TAP dans la région.

Presse à balles réelles (WMC/TAP, 29 novembre 2012)

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.