[Affaire Merah] Comme le poisson, l’État pourrit par la tête

Manuel Valls n’a toujours pas accès au dossier Merah

Le ministre de l’Intérieur n’a toujours pas eu accès au dossier de Mohamed Merah, le tueur de Toulouse. Selon Le Canard Enchaîné, Manuel Valls, persuadé qu’il y a eu des dysfonctionnements, a demandé à consulter les notes classées « secret défense » ou « confidentiel défense » concernant l’affaire.

On lui promet alors qu’elles lui seront présentées à la fin du mois de juin. Le nouveau locataire de la Place Beauvau les attend toujours. Un contretemps qui inquiète un haut-fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, cité par l’hebdomadaire. « Soit ils n’ont rien, et c’est grave. Soit ils veulent cacher quelque chose, et c’est encore plus grave », lâche-t-il à propos des services secrets. (…)

Presse estivale (francetv.info, 11 juillet 2012)


EXCLUSIF. La DCRI téléphone à Merah 2 heures après la tuerie d’Ozar-Hatorah

Les fadettes de Mohamed Merah ont parlé. Les factures détaillées de son numéro de portable apportent leurs lots de révélations. On y apprend que la DCRI a eu huit contacts téléphoniques avec le tueur de Toulouse et Montauban entre le 22 octobre 2011 et le 19 mars 2012, jour où le djihadiste a assassiné quatre personnes, dont trois enfants, à l’école confessionnelle Ozar-Hatorah à Toulouse.

Ce 19 mars 2012, alors que le terroriste venait de commettre ses crimes, il reçoit deux appels qui sont directement transférés sur son répondeur, l’un à 10h49, l’autre à 12h2, soit quelques heures seulement après l’effroyable tuerie. (…)

Presse estivale (Le Point, 10 juillet 2012)

This entry was posted in Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , . Bookmark the permalink.