[Résistance contre les expulsions] Péage gratuit à Toulouse

Communiqué de presse de l’action du lundi 28 mai

Dans le cadre de la semaine d’action en soutien au CREA, nous avons mené une opération de gratuité au péage nord de Toulouse. Nous sommes restés prés d’une heure, barrières levées, afin d’informer sur la situation du Centre Social Autogéré en procédure d’expulsion et en procès le vendredi 1er juin. Nous avons aussi exprimé notre solidarité aux résistances de Notre-Dame-des-Landes et de la LGV Lyon-Turin face à la société Vinci également propriétaires des autoroutes.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1338273254.png

Nos villes et nos campagnes nous appartiennent, ici comme partout : Tout pour tou-te-s, pouvoir au peuple!

D’autres actions auront lieu tous les jours jusqu’au procès : rdv tous les jours à 14h au CREA.
Marche contre toutes les expulsions : mercredi 30 mai à 14h au CREA
Soirée de soutien : mercredi 30 mai à 19h au Communard (14 place Arnaud Bernard)
Rassemblement devant le tribunal administratif (68 rue Raymond IV) : vendredi 1er juin dès 8h place Jeanne d’Arc puis devant le T.A.

CREA (70 allée des Demoiselles, 31400 Toulouse)
MailBlog


L’expulsion comme horizon

Ils savent depuis mardi dernier qu’ils sont convoqués le 1er juin devant le tribunal et ont décidé de faire un barouf de tous les diables. Les habitants du 70, allées des Demoiselles — une quarantaine en tout dont huit familles — s’activent et recherchent des soutiens pour échapper, ou au moins surseoir, à l’inéluctable : l’expulsion.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1338272656.jpgLundi, ils ont sensibilisé les Toulousains en menant une opération péage gratuit.

Trois ministres ont été alertés, le maire de Toulouse a tendu l’oreille et une pétition électronique a été lancée.

Cette immense bâtiment vide, propriété de l’État, est occupé depuis le 6 avril 2011. Un collectif, le CREA, l’a transformé en « Centre social autogéré ». Il y accueille, dans la limite de places disponibles, les familles à la rue. « Il y a des cours de français, d’espagnol. Un atelier cuisine le mercredi midi pour les enfants. Ils sont même partis une semaine à la campagne, faire du fromage de chèvre, dans un autre lieu autogéré. Tout fonctionne bien », raconte, Thomas, un habitant qui refuse de « vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête ».

Leur presse (20minutes.fr, 29 mai 2012)

 

Expulsions. Le CREA appelle à la résistance

Il y a plus d’un an, le CREA (Collectif pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion) a réquisitionné le bâtiment d’État du 70, allée des Demoiselles. Plus de quarante personnes, dont sept familles qui vivaient dans la rue, y sont installées. Les enfants sont scolarisés et les familles profitent d’espace pour reprendre leur vie en main.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1338273008.jpg

Le 1er juin à 9 heures, le CREA sera au tribunal administratif de Toulouse pour le procès du 70, allée des Demoiselles. Le propriétaire, le ministère des affaires sociales, demande l’expulsion du bâtiment qu’il veut se réapproprier afin d’y créer un centre d’hébergement d’urgence pour sans domicile fixe. Le CREA dénonce ce projet qui va renvoyer quarante personnes à la rue.

Leur presse (LaDepeche.fr, 28 mai 2012)

This entry was posted in Aménagement du territoire - Urbanisme, Luttes du logement and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.