[Bombes fumigènes dans le métro de Montréal] Qui sont les terroristes ?

[Bombes fumigènes dans le métro de Montréal] Qui sont les terroristes ?

Le 10 mai au matin, des bombes fumigènes dans trois stations de métro ont paralysé le réseau au complet pendant plus de deux heures et demie en pleine heure de pointe.

La police de Montréal a appelée à la délation et les médias, entre autres la Presse, ont diffusé des photos de quatre personnes prises par des citoyens rats, ainsi que leurs identitées et leurs coordonnées.

Le lendemain matin les flics ont fait un raid dans un appart dans Hochelag. Plus tard, quatre personnes se sont livrées à la police. Les trois femmes et un homme ont été arrêté-e-s et demeurent détenu-e-s. Ils ont comparu samedi, le 12 mai, en après-midi par vidéo-conférence au palais de l’injustice de Montréal.

Ils/Elles sont accusé-e-s « d’incitation à craindre des activités terroristes » de complot et de méfaits de plus de 5000$.

Après avoir comparu-e-s lundi, sous les ovations du public qui se trouvait dans la salle d’audiences, elles/ils resteront otages de l’État au moins jusqu’au 23 mai.

À noter qu’une vigile d’appui avait lieu à l’extérieur pendant la comparution où les médias ont été confrontés et dénoncés pour les merdes qu’ils sont.

Des accusations de terrorisme quand personne n’a été blessé ni aucune vie n’a été mise en danger, venant de ceux dont le bras armé vise la tête des gens avec des balles de plastique et des grenades assourdissantes, laissant des gens hospitalisés avec des yeux en moins, des lésions graves, des contusions cérébrales, des fractures crâniennes, etc… etc… ajoutons à ça un projet de règlement municipal qui vise à rendre illégale toute manifestation qui ne donne pas de trajectoire, donc toute manifestation spontanée, improvisée, qui n’est pas dirigée, organisée et encadrée par un groupe qui collabore avec les flics en plus d’un règlement anti-masque dans une ville qui a foutu des caméras partout, qui comporte une police politique dédié au profilage politique des « anarchistes » et « marginaux » et où, pendant les manifs on se fait filmer et prendre en photos par des flics, des hélicos, des « journalistes » et les services de renseignements… et finalement des médias qui rendraient fier Joseph Goebbels…

Celles/Ceux qui n’enterrent pas leur tête dans le fond de leur propre cul voient bien que ce qui se cache derrière le voile de plus en plus mince de la démocratie c’est le totalitarisme, et comme tous les États totalitaires comme le nôtre qui ont appliqués les mêmes mesures pour écraser toute dissension, ils réussiront rien d’autre que d’amplifier et radicaliser la révolte.

Solidarité active avec les otages de l’État !

SabotageMedia, 15 mai 2012


Montréal : Semer la peur du terrorisme, un fumigène à la fois

En pleine grève étudiante, Montréal (Québec) a vu l’entièreté de son système de métro paralysé pendant près de 3 heures. Nous sommes le 10 mai, à l’heure de pointe matinale, lorsque trois canettes fumigènes déposées judicieusement dans trois stations centrales amènent les autorités à évacuer tous les usagers. S’en suivront trois heures de « chaos » de la circulation, générant plusieurs millions de dollars de pertes à l’économie de la ville.

En après-midi, la police diffuse des images de prétendus suspects, qu’aurait captés avec son téléphone une citoyen-flic, témoin de comportements louches de la part de quatre jeunes dans la rame de métro. Ces images seront reprises par tous les médias, et tourneront tout au long avec appel à la délation. En seulement quelques heures, la police rend publics quatre noms, qu’elle prétend avoir identifié grâce à la dénonciation « d’amis » des suspects. Il s’avèrera plus tard que l’un des noms révélés est en fait celui d’une personne ne se trouvant absolument pas sur les photos, mais peu importe, la police tient à montrer qu’elle a la situation bien en main. Le lendemain, l’appartement de deux des suspects est perquisitionné (apparemment sans mandat), pendant que les caméras de télévision rediffusent les images des policiers quittant les lieux les bras chargés de plusieurs cartons. Les médias s’en donnent également à cœur joie de révéler ce qu’ils considèrent comme les parcours des quatre suspects, bourré d’informations fausses. Suspects qui restent introuvables, jusqu’à qu’ils décident, à minuit, sous la pression médiatique, de se rendre d’eux-mêmes à la police. Il s’agit de Roxanne, Geneviève, Vanessa et François, des étudiants grévistes.

L’affaire continue de faire la Une de tous les journaux, alors qu’une équipe de télévision pousse le sadisme jusqu’à aller filmer les grands-parents en pleurs d’une des accusés. Les premiers chefs d’accusations déposés sont ceux, prévisibles, de méfaits de plus de 5000$ aggravés par la charge de complot, le tout passible de 10 ans de prison. Mais le lendemain, le procureur général décide d’ajouter le chef « d’incitation à craindre le terrorisme », faisant de facto basculer l’affaire dans les dispositions antiterroristes et rajoutant 5 ans de plus à la peine encourue.

Rapidement, plusieurs critiques se sont levés contre l’application d’une loi disproportionnée, votée dans la foulée de la psychose sécuritaire post-2001. Premièrement, parce que cette loi est tellement ambiguë qu’elle pourrait s’appliquer à tout acte de perturbation, qu’il mette ou non en danger la vie de qui que ce soit. De plus, la loi canadienne sur le terrorisme prévoit une dérogation contre les actes de perturbation (légaux ou non) commis dans le cadre d’une grève, du moment qu’ils ne visent pas à blesser ou tuer. Ainsi, il apparaît clair aujourd’hui que ce chef d’inculpation a été rajouté in extremis, afin de justifier de garder les quatre accusés en détention avant leur procès, détention préventive qui aurait été rendue plus difficile avec de simples accusations de méfait. De plus, la charge envoie évidemment un message répressif clair à l’ensemble du mouvement, pour qui serait tenté de porter au-delà des processions pacifistes le rapport de force.

Ce sera la première fois que cette loi se verra utilisée au Québec. Les spécialistes juridiques nous expliquent qu’elle aurait été votée au départ pour punir les menaces d’attentats et les appels à la bombe. C’est la raison pour laquelle ils s’opposent à son application pour le cas présent, parce que le la loi n’était pas prévue pour cela. Ce qu’ils oublient de mentionner, c’est que cette loi est le prototype même des dispositions antiterroristes actuelles, permettant de condamner à partir des intentions derrière les actes, sans qu’aucun fait brut n’ait à être produit par l’accusation. Même si personne ne s’est senti terrorisé par le blocage du métro, l’accusation n’aura qu’à plaider que les accusés avaient dans l’intention de produire de la crainte, puisque toute action politique non passive vise, par définition, à troubler l’ordre et la paix sociale.

Une stratégie claire se dessine derrière ses arrestations spectaculaires. Politiquement, il s’agit de mieux faire oublier à la population l’attitude terrible du gouvernement dans la grève actuelle. Comment effacer des mémoires le fait qu’un jeune homme a failli perdre la vie, que deux autres ont perdu des yeux, des dents, en plus du millier d’arrestations ? Tout simplement en s’emparant d’un acte de perturbation somme toute non dramatique, et en le montant, à l’aide des médias collaboratifs, en affaire terroriste. Au moment même où le gouvernement s’apprête à voter une loi spéciale pour criminaliser les grévistes, la lumière des médias est braquée sur les « groupuscules violents » qui prôneraient la violence, « ne laissant d’autre choix » au pouvoir que de les mater par l’état d’exception.

Au niveau policier, ces arrestations permettent à la police de consolider ses renseignements, en fouillant les domiciles, en saisissant les téléphones et ordinateurs des suspects. Elle espère évidemment faire parler les accusés afin de trouver tous ceux qui ont été impliqués dans l’action de blocage du métro. La première étape de cette cartographie policière des radicaux du mouvement étudiant a été d’associer les suspects au groupe Force Étudiante Critique, sous le prétexte qu’une des suspectes en aurait fait partie. Circonscrivant ainsi l’acte dans « la dérive d’un groupuscule d’extrême-gauche », elle espère couper l’appartenance de ce blocage à une radicalité dépassant largement les membres de Force Étudiante Critique, qui n’est que la partie visible de l’iceberg. Enfin, c’est peut-être au niveau du mouvement de grève que les dommages peuvent à long terme se révéler les plus graves. En réactivant le fétiche du terrorisme, la couverture médiatique a immédiatement créée de la dissociation de la part de tous les partis politiques et surtout, de la part du syndicat « de combat », la CLASSE, auquel appartiennent les suspects. Cet abandon public, pour une action qui s’inscrivait pourtant dans la stratégie de blocage de l’économie prôné par la CLASSE, n’est qu’un signe de plus de l’affaiblissement de cette organisation.

Les quatre accusés restent détenus jusqu’à l’audience de libération conditionnelle, le 23 mai 2012.

Depuis le début de la grève, il y a eu environ mille arrestations, plusieurs dizaines de blessés, des camarades en prison, d’autres sont sous le joug de lourdes poursuites.

Indymedia Paris, 16 mai 2012

This entry was posted in Éducation and tagged , . Bookmark the permalink.