[Révolution tunisienne] « On n’a pas peur, c’est le peuple qui est ici » (3)

Les manifestations touchent plusieurs régions de la Tunisie

Les manifestations contre la violence subie par les manifestants à Tunis continuent à travers le pays.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1334068811.jpg

Monastir

En effet, des mouvements de protestation ont été observés hier, lundi 9 avril 2012, à Sfax, Sousse, Monastir, Mahdia et Sidi Bouzid. Ce mardi 10 avril, les mouvements continuent et touchent de nouvelles régions dont Kasserine, Jebeniana, Kelibia et Sidi Bouzid où les cours ont été interrompus.

Rappelons que plusieurs manifestants ont été tabassés dans le centre-ville de Tunis au cours d’une manifestation organisée pour la commémoration de la journée des martyrs et des bombes de gaz lacrymogène ont été lancées en masse pour disperser la foule.

De même, plusieurs politiciens qui étaient sur les lieux ont indiqué que des milices qui n’appartiennent pas aux forces de l’ordre ont attaqué les manifestants tandis que de l’autre coté, le ministre de l’Intérieur a dément la présence de telles milices.

Publié par des ennemis de la révolution (Tixup.com, 10 avril 2012)


Plusieurs établissements secondaires ont manifesté en Tunisie pour dénoncer les événements sur l’Avenue Bourguiba

De nombreux établissements secondaires à travers la Tunisie ont observé un mouvement de grève, mardi 10 avril 2012, ont rapporté des sources de TunisieNumerique.

Ces mouvements sont organisés, selon ces mêmes sources, en protestation contre la répression policière à l’égard de la manifestation organisée lundi sur l’Avenue Habib Bourguiba en vue de célébrer la journée des Martyrs du 9 avril.

Quelques établissements à Tunis dont celui de l’Ariana et de Menzah VI ainsi qu’à Sfax ont observé mardi un mouvement de protestation.

Publié par des ennemis de la révolution (Tunisie Numérique, 10 avril 2012)


Tunisie : Des partisans du PCOT manifestent à Jebeniana

Plusieurs citoyens de la délégation de Jebeniana gouvernorat de Sfax ont organisé, mardi 10 avril 2012, une manifestation de protestation dénonçant l’assaut donné, hier lundi, contre le siège du Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie (PCOT) ont rapporté des sources de TunisieNumerique.

Les partisans du PCOT ont fait le tour des lycées et collèges de la ville pour faire sortir les élèves avant de se diriger vers le siège de la délégation pour y tenir un sit-in, précisent ces mêmes sources.

Le slogans des manifestants dénoncent la connivence entre les barbus et le RCD et condamnent l’agression perpétrée contre le siège du PCOT à Tunis.

Des renforts de militaires ont été dépêchés à la délégation de la ville où une forte présence des forces de sécurité est perceptible.

Publié par des ennemis de la révolution (Tunisie Numérique, 10 avril 2012)


Tunisie : journée de la colère à Sidi Bouzid et à Kasserine !

Le comité de protection de la Révolution et les forces progressistes ont programmé, lundi soir 9 avril 2012, une « Journée de la colère » à Sidi Bouzid et à Kasserine.

Selon Jawhara FM, les Kassrinois et les Bouzidois entendent protester contre le chômage et le manque de développement régional, comme ils ont été révoltés par les violences de la fête des martyrs.

Les coordinateurs du mouvement de protestation ont décrété une grève générale dans la région, voire la désobéissance civile, si leurs demandes ne sont pas concrétisées.

Les protestataires ont incendié et détruit les portes principales du bureau d’accueil du district de la sûreté nationale. Ils ont saccagé et pillé le poste de la police municipale.

Les manifestants ont, aussi, brûlé des pneus et détruit 4 voitures de police ainsi que des panneaux de signalisation et des enseignes publicitaires dans les artères de la ville. Ils ont pillé des espaces commerciaux et endommagé les vitres des véhicules garés, ajoute la même source.

Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants.

Publié par des ennemis de la révolution (Investir En Tunisie, 10 avril 2012)


Tunisie : Accrochages entre citoyens et forces de l’ordre dans plusieurs villes

La journée et la soirée de ce lundi 9 avril 2012 ont été marquées par une hausse du ton entre les citoyens et les forces de l’ordre dans plusieurs villes du pays.

Dès le début de la journée, des manifestants à Tunis, voulant célébrer la fête des martyrs et manifester contre la décision du ministre de l’Intérieur de fermer l’avenue Habib Bourguiba – Tunis devant toutes les manifestations, ont été violemment repoussés par les forces de l’ordre.

Un usage excessif de gaz lacrymogènes et de violence, selon les correspondants de TunisieNumerique dépêchés sur place,  ont marqué l’intervention des forces de l’ordre pour repousser les manifestants.

Les manifestants n’ont pas accepté l’interdiction de manifester à l’avenue Habib Bourguiba, une artère devenue symbole depuis le 14 janvier 2011.

En solidarité avec les manifestants repoussés et agressés à Tunis, par les agents de l’ordre et même des intervenants qualifiés par certains de « Milice nahdhaouie », des manifestations avaient marqué la fin de la journée et la soirée dans plusieurs villes dont : Ben Guerdane, Gafsa, Sidi Bouzid et Monastir.

Des confrontations ont opposé les forces de l’ordre à des manifestants dans ces différentes villes.

Publié par des ennemis de la révolution (Tunisie Numérique, 10 avril 2012)


Tunisie : Manifestations et affrontements dans plusieurs villes

Suite aux mouvements de violence par les forces de l’ordre qui ont eu lieu ce lundi 9 avril 2012 au centre-ville de Tunis contre des manifestants, plusieurs mouvements de protestations se sont déclenchés à travers la Tunisie.

Les habitants de Monastir, Sfax, Sousse et Sidi Bouzid sont sortis manifester à la fin de la journée pour dénoncer les agressions subis par les manifestants de la part des agents de l’ordre et l’utilisation excessive des bombes de gaz lacrymogène.

Dans la ville du Monastir, un bureau du parti du Mouvement Ennahdha a été incendié. De même, des affrontements sont partis à Sidi Bouzid entre les habitants et les forces de l’ordre qui ont utilisé des bombes de gaz lacrymogène pour disperser la foule tandis que des unités de l’armée protègent le siège du gouvernorat selon la radio Shems Fm.

Publié par des ennemis de la révolution (Tixup.com, 9 avril 2012)

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.