[Genève] Double évasion à la Clairière

Il n’y a pas qu’en Italie que les prisonniers se font la belle durant les fêtes de fin d’année. Deux évasions ont eu lieu au Centre éducatif et d’observation de la Clairière (Genève) durant la dernière semaine de décembre. Les évadés, tous deux mineurs, sont ainsi parvenus à escalader un grillage de 5 mètres de hauteur. Leur acte est d’autant plus admirable que comme la plupart des taules, la Clairière est installée dans l’extrême périphérie des zones urbaines, entre une zone industrielle décrépie mais truffée de caméras et un vaste ensemble champêtre qui ne prête pas tellement à la fuite [La Clairière, située à la Route de Satigny, jouxte d’ailleurs directement la tristement célèbre prison de Frambois où sont enfermés les requérants d’asile déboutés.]. Malheureusement, les médias bourgeois ont rapporté que l’un des évadés s’est fait serrer par la police au centre-ville. L’autre évadé est en revanche toujours en cavale et nous ne pouvons que lui souhaiter qu’il le reste.

Il est aussi utile de rappeler que la prison de la Clairière a été au centre d’une polémique politicienne il y a bientôt un an à la suite de la publication d’un rapport traitant entre autres choses des conditions de détention à la Clairière. Ce rapport révèle que les gardiens laissaient les mineurs plus de 16 heures par jour dans leurs cellules et que la possession d’un simple crayon leur était refusée pour des raisons de « sécurité ».

SOLIDARITÉ AVEC LES TAULARD-E-S

ÉTAT, JUSTICE PÉNITENCIAIRE : TOUS COUPABLES

Le Réveil, 3 janvier 2012.

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle and tagged . Bookmark the permalink.