Nouvelles de Tunisie

Mater : Des protestations et une route bloquée pour avoir de l’eau potable

Les habitants des délégations de Boumkhila, El Arima et Mseffine protestent depuis le début de cette semaine contre leur privation de l’eau potable et ont fini par bloquer la route reliant Mater à Joumine.

Cette protestation vient suite à la terrible nouvelle qui a secoué la région : une femme et son fils ont été heurtés par un bus alors qu’ils traversaient la route pour aller chercher de l’eau. Les habitants de la région souffrent depuis de longues années de cette situation misérable. D’après les témoignages, on leur a promis de l’eau potable par les temps de Ben Ali mais jusqu’à ce jour ils en sont privés.

Ces habitants sont obligés de parcourir des kilomètres pour ramener de l’eau puisque la seule source d’eau à laquelle ils ont accès est polluée. D’ailleurs plusieurs de ces habitants souffrent d’insuffisance rénale.

Il est à noter que quoique le barrage de Joumine déborde d’eau, les habitants n’en bénéficient pas ! Ces gens sont assoiffés et pendant l’hiver et pendant l’été alors que les eaux du barrage sont un « privilège » dont seuls les habitants des gouvernorats de Sousse et de Nabeul sont  bénéficiaires.  Et mis à part le manque d’eau et le taux de chômage qui touche le plafond, ces régions n’ont ni électricité ni routes.

Leur presse (Tuniscope, 17 novembre 2011)


Compagnie des phosphates de Gafsa : Les activités des unités de production interrompues

Toutes les activités d’extraction, de  transformation et de transport du phosphate ont été interrompues, hier, à Métlaoui et Oum Larayès, dans le gouvernorat de Gafsa, en raison des mouvements de protestation et des sit-in observés par des jeunes revendiquant la proclamation rapide des résultats du concours lancé par la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG),  en mars dernier, pour le recrutement de 2.588 personnes.

Une source de la CPG a souligné, dans une déclaration à l’agence TAP, « le souci de la compagnie de voir s’achever, avant la fin  de l’année, les opérations de tri des 14 mille demandes de  candidature, menées par le ministère de la Formation professionnelle et de l’Emploi ». Le programme de recrutement de la compagnie prévoit, également, l’intégration de 1.400 demandeurs d’emploi dans les sociétés chargées de l’environnement et du boisement.

Selon la même source, l’interruption de l’activité de la CPG engendre, quotidiennement, une baisse de 1,5 million de dinars du chiffre d’affaires de la compagnie.

Leur presse (La Presse de Tunisie, 15 novembre 2011)


Tunisie : Des échauffourées suite à un mouvement de protestation social à Jendouba

Plusieurs habitants du gouvernorat de Jendouba se sont rassemblés, lundi 14 novembre 2011, devant les sièges des délégations de Jendouba et de Jendouba nord pour revendiquer leur droit à l’emploi, la prolongation de leurs contrats de travail et le versement de leurs salaires.

Plusieurs de ces contestataires ont barré la route nationale 17, reliant la délégation de Jendouba nord à celle de Fernana, devant l’hôpital régional de Jendouba et empêché le passage des voitures. Ils ont, également, brûlé des pneus et lancé des pierres sur les agents de sécurité, ce qui a contraint les forces de l’ordre à intervenir pour les disperser, en utilisant du gaz lacrymogène, après l’échec de toute tentative de dialogue. Les forces de l’ordre ont procédé, aussi, à l’arrestation de plusieurs protestataires.

Des manifestants ont affirmé qu’ils poursuivront leur mouvement de protestation, jusqu’à satisfaction de leurs revendications. Ils ont, en outre, dénoncé les longues tergiversations pour répondre à leurs revendications.

Le gouverneur de Jendouba Bechir Khedhiri a indiqué à l’agence TAP que les autorités compétences sont en train d’examiner certains cas afin de leur fournir un emploi dans des chantiers temporaires. Il a, d’autre part, affirmé que des commissions sont à pied d’œuvre pour identifier les besoins en matière d’emploi et préparer les annonces des appels dans les différentes activités liées aux petits métiers ainsi qu’aux secteurs de l’agriculture et de l’artisanat. Le gouvernorat de Jendouba a lancé, récemment, un appel d’offres pour l’achat de cinq mille têtes de bétail. Il est, également, en train de préparer un autre appel d’offres pour l’acquisition d’équipements de couture et d’artisanat.

Leur presse (Business News, 15 novembre 2011)

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites and tagged , . Bookmark the permalink.