[Opération « Vengeance » en vue du procès de Clichy-sous-Bois à Rennes] Les larbins de la maison Poulaga travaillent

Rennes. L’extrême gauche diffuse des photos de policiers avec leurs enfants

L’extrême gauche rennaise s’est faite depuis plusieurs années une spécialité de ficher, de dénoncer, de stigmatiser tous ceux qui ne pensent pas comme elle, mais aussi ceux qui cherchent à mettre fin aux violences qui émaillent chaque grande manifestation « anti-tout ». Elle vient de franchir une nouvelle étape dans la délation en publiant un site Internet sur lequel on trouve des photos, identités et coordonnées de fonctionnaires de police rennais, mais aussi d’employés de l’administration pénitentiaire.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/03/14.jpg

Opération « Vengeance »

Outre ce qui ressemble fort à un appel au lynchage et à l’exaction – non signé comme le sont chaque actions de cette mouvance radicale pourtant bien identifiée et localisée à Rennes – des photos de policiers avec leurs enfants sont également diffusées. « On atteint les sommets en terme d’ignominie », nous confie un policier rennais.

Le site Internet, dont nous ne révélerons pas l’adresse par respect de l’anonymat des personnes visées, est hébergé en Italie, par l’association Investici, basée à Pise. Cet hébergeur accueille tout ce que l’Europe compte de sites d’ultragauche, antifascistes, « anticapitalistes » etc.

Indymedia Nantes, site pilote et relais de toute la mouvance radicale, n’a pas hésité à diffuser l’adresse du site – avant de subitement l’enlever hier, bien qu’il soit toujours visible dans le cache de Google – une forme de complicité puisque le site Internet publie l’adresse e-mail où les individus peuvent envoyer les informations qu’ils possèdent sur les fonctionnaires mis en cause.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/03/20.jpg

Opération « Vengeance », mode d’emploi

Dans un communiqué, Unité-police SGP-FO (second syndicat de gardiens de la paix) a «fermement condamné la recrudescence de menaces contre les policiers».

Le ministère de l’Intérieur ainsi que le ministère de la Justice – ministère de tutelle pour les fonctionnaires de prison – ont été saisis. Au sein de la police rennaise, tous les fonctionnaires attendent désormais une réaction force de la place Beauvau et de la Justice. « Si des responsables de la police ou même des responsables politiques voyaient leur vie privée ainsi bafouée et leur sécurité menacée, il est évident que ce site Internet aurait déjà été fermé et que ses auteurs seraient en passe d’être arrêtés » nous confie un autre policier, qui espère « que le même travail sera réalisé pour des fonctionnaires qui ne sont pas forcément hauts placés dans la hiérarchie ».

À l’heure actuelle, le site est en effet toujours en ligne. La direction générale de la police (DGPN) dit « avoir saisi » les services spécialisés de lutte contre la cybercriminalité de la direction centrale de la police judiciaire. Elle invite aussi les fonctionnaires à faire attention sur l’utilisation de Facebook.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/03/24.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2015/03/25.jpg

Du côté des gardiens de prison, l’émotion est également très forte : « quand on sait qu’à la prison de Vezin, il y a certains détenus islamistes, et non des moindres avec Djamel Beghal, mentor des frères Kouachi, on craint effectivement pour notre sécurité » confie l’un d’entre eux sous couvert d’anonymat.

Ce site Internet apparaît alors que les derniers mois ont été agités à Rennes, sur fond de manifestations d’extrême-gauche « contre les violences policières » mais aussi à quelques jours du procès en appel de deux policiers dans l’affaire Zyed et Bouna, du nom de ces deux individus décédés pour avoir pénétré dans un local EDF de Clichy-sous-Bois pour échapper à un banal contrôle policier. Les deux fonctionnaires sont poursuivis pour n’avoir pas averti les deux adolescents des dangers encourus dans ce local EDF…

http://juralib.noblogs.org/files/2015/03/28.jpg

Maison de la Grève

Une partie de la mouvance violente d’extrême gauche à Rennes – vers qui tous les soupçons se tournent aujourd’hui – a pris ses quartiers à « La Maison de la grève », dans un local en location situé 37 rue Legraverend. Ces militants appellent d’ailleurs à une semaine de mobilisation à l’occasion du procès des deux policiers, et notamment à une manifestation, mercredi 18 mars, à 15h, au départ de la Cité Judiciaire.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Breizh-info.com, 12 mars 2015)

 

Zyed et Bouna : Rennes sous pression à quelques jours du procès

Un site fichant les policiers, tags anti-flics et appels à manifester se succèdent autour de la ville qui accueille, à partir de lundi, le procès de la mort des deux adolescents à Clichy-sous-Bois, en 2005.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/03/29.jpg

Il y a dix ans, la mort de Zyed et Bouna, à Clichy-sous-Bois, avait embrasé les banlieues françaises. Aujourd’hui, alors que s’ouvre le procès de cette affaire lundi à Rennes, le dossier reste sensible. Deux policiers comparaissent pour non-assistance à personne en danger lors de la mort des deux adolescents, électrocutés sur un site EDF alors qu’ils fuyaient la police. Le procès, à l’issue duquel ils encourent au maximum cinq ans de prison et 75’000 euros d’amende, doit durer cinq jours. Et à Rennes, la pression commence déjà à monter.

Un site fichant la police et des tags anti-flics. Mardi, un syndicat de policiers alertait la direction de la police de l’existence d’un blog « fichant » des policiers et gardiens de prison autour de Rennes. Une enquête a dans la foulée été confiée à la police judiciaire et aux services spécialisés dans la cybercriminalité. Ce site intitulé « vengeance » présentait des photos de policiers et de surveillants. Certains de ces clichés étaient également accompagnés des coordonnées et de renseignements précis sur les fonctionnaires et leurs familles. Des informations notamment glanées directement sur les pages Facebook des fonctionnaires.

Autre élément qui inquiète fortement les syndicats de police, une trentaine de tags ont été relevés sur des immeubles et des bâtiments publics du quartier populaire et étudiant de Villejean, à Rennes. Dont certains faisant directement allusion à Zyed et Bouna.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/03/30.jpg

L’ultra-gauche rennaise appelle à la mobilisation. La mouvance d’extrême-gauche et anarchiste rennaise, faisant le lien avec la mort de Rémi Fraisse à Sivens à l’automne 2014, appelle à une « semaine de réflexion », à partir de lundi et l’ouverture du procès.

Un collectif nommé « novembre 2005 » annonce ainsi organiser tous les midis des « cantines-rassemblements » devant la Cité judicaire de la ville, où se tient le procès. Une manifestation est également programmée au départ du palais de justice mercredi en milieu d’après-midi. Autant d’éléments dans cette ville qui avaient été marquées à l’automne par de nombreux débordements lors de manifestations contre les violences policières, après la mort de Rémi Fraisse.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Europe 1, 13 mars 2015) via Brèves du désordre

 

Rennes. Policiers et surveillants de prison fichés sur Internet

Colère parmi les policiers de Rennes. Sur Internet, des inconnus ont diffusé un fichier avec des photos de policiers, de leurs familles ainsi que leurs adresses personnelles.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/03/23.jpg

Rennes, février 2015

« Est ce que c’est normal qu’un site affichant des photos de policiers et de leurs familles avec des menaces explicites soit toujours accessible? », s’insurge David Leveau [sic – NdJL] du syndicat SGP FO de Rennes.

Photos privées, adresses, numéros de téléphones…

Depuis lundi, un site internet publie plusieurs pages où figurent des photos mais aussi les adresses personnelles et les numéros de téléphone de fonctionnaires de police de Rennes, et aussi de membres de l’administration pénitentiaire.

Des photos qui datent de quelques années mais avec des adresses qui sont souvent toujours les bonnes. « On y voit des policiers mais aussi leurs épouses, leurs enfants… » Des photos privées sans doutes extraites de comptes sur des réseaux sociaux.

« Et si des terroristes se procurent ce fichier ? »

« C’est inquiétant si ça tombe dans les mains de quelqu’un qui veut faire un coup d’éclat pour se faire un flic ou sa famille. Surtout en cette période où l’on sait que les policiers sont des cibles. Et si des terroristes se procurent ce fichier ? »

Directeur départemental de la sécurité publique d’Ille-et-Vilaine, Patrick Chaudet s’est aussi avoué choqué par ces images. « La direction générale de la police nationale s’est saisie du dossier et l’a transmis aux services spécialisées de lutte contre la cybercriminalité de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). »

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Ouest-France.fr, 11 mars 2015)

This entry was posted in La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.