[Metaltemple, Fumel] « … Si nous devons disparaître »

Les salariés menacent de faire sauter leur usine

Les salariés de l’usine Metaltemple de Fumel (Lot-et-Garonne), en grève depuis cinq jours, brandissent la menace de faire exploser des bouteilles de gaz dans l’entreprise s’ils n’obtiennent pas des indemnités satisfaisantes dans le cadre d’un futur plan social. « Aujourd’hui, nous n’avons plus rien à perdre. C’est pour cela que nous avons placé autour du bâtiment qui abrite une machine de Watt une dizaine de bonbonnes de gaz reliées entre elles et prêtes à exploser. Cette machine à vapeur de 1850, classée à l’inventaire des monuments historiques, disparaîtra si nous devons disparaître », a assuré à un correspondant de l’AFP Claude Garimbay, délégué CGT de Metaltemple.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/113.jpg

Le tribunal de commerce de Chambéry (Savoie), où se trouve le siège du groupe dont l’actionnaire principal est un ressortissant italien, Gianpiero Colla, doit se prononcer lundi sur une offre de reprise qui ne garderait que 29 salariés sur les 136 actuels. Si cette offre est rejetée, le tribunal pourrait prononcer la liquidation de cet ancien fleuron de l’industrie métallurgique française, basé à Fumel depuis 1847 et qui a employé directement ou indirectement jusqu’à 5500 personnes après-guerre, sous la bannière de Pont-à-Mousson, puis de Saint-Gobain. L’entreprise est en redressement judiciaire depuis novembre 2013 et 80 postes ont déjà été supprimés dans le cadre d’un Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Rassemblée vendredi après-midi devant la mairie de Fumel, une centaine de salariés sont venus crier leur colère au député-maire UMP de la ville, Jean-Louis Costes : « Nous lui demandons de mettre la main à la poche pour aider les familles des salariés qui vont se retrouver sans rien. Et à travers lui nous interpellons l’ensemble des élus, les pouvoirs publics et les services de l’État ainsi que l’actuel actionnaire. Ils doivent tous se mobiliser pour proposer un plan social qui soit à la hauteur de la casse sociale à venir », a indiqué José Gonzalez, porte-parole de l’intersyndicale, qui réclame la mise en place d’indemnités supra-légales.

Leur presse (LeFigaro.fr avec l’Agence Faut Payer, 20 février 2015)

This entry was posted in Radicalisation des luttes ouvrières and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.