[Opération Pandore en Espagne] « La provocation vis-à-vis des libertaires, bonnes gens qui ne se laissent pas intimider facilement, est le premier pas d’une stratégie de la tension qui vise plus loin »

La sécurité n’est pas un crime

Mardi 16 décembre, une opération policière d’envergure a eu lieu en Espagne. 14 domiciles et centres sociaux ont été perquisitionnés à Barcelone, Sabadell, Manresa et Madrid. Livres, brochures et ordinateurs ont été saisis. 11 personnes ont été arrêtées et déférées devant l’Audiencia Nacional espagnole, un haut tribunal à Madrid s’occupant des affaires d’“intérêt national”. Elles sont accusées de recrutement, promotion, organisation et appartenance à une organisation terroriste. Toutefois, les avocats de la défense dénoncent un manque de transparence, précisant que leurs client·es ont été interrogé·es sans savoir de quoi ils ou elles étaient accusé·es. “[Ils] parlent de terrorisme sans préciser les crimes reprochés, ni même les actes individuels attribués à chacun d’entre eux”. Interrogé, le juge Bermúdez répond : “Je n’enquête pas sur des faits spécifiques, j’enquête sur l’organisation, et le danger qu’ils peuvent représenter à l’avenir” ; créant ainsi un nouvel exemple d’arrestation préventive.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/014.jpg

« Nous ne sommes pas tou-te-s là, il manque les prisonnier-e-s ! »

Quatre des détenu·es ont été libéré·es, mais 7 restent en détention préventive pour leur procès à venir. Les motifs présentés par le juge pour leur incarcération sont la détention de certains livres, “la production de publications et de moyens de communication”, et le fait que les accusé·es “utilisent les emails avec des mesures de sécurité extrêmes, comme les serveurs RISE UP”.

Nous rejetons cette criminalisation kafkaïenne des mouvements sociaux, ainsi que l’implication que la protection de la vie privée sur internet est équivalente au terrorisme. Cela est absurde et extrêmement alarmant.

Riseup, comme d’autres fournisseurs de courrier électronique, a l’obligation de protéger la confidentialité de ses utilisateurs et utilisatrices. Beaucoup des “mesures de sécurité extrêmes” utilisées par Riseup sont de bonnes pratiques communément admises en termes de sécurité sur Internet et sont aussi utilisées par des fournisseurs de services comme Hotmail, GMail ou Facebook. Toutefois, contrairement à ces fournisseurs, Riseup ne veut pas permettre la mise en place de portes dérobées illégales, ni vendre les données de ses utilisateurs et utilisatrices à des tierces parties.

Le rapport du  Parlement européen sur le programme de surveillance de la NSA “souligne que le respect de la vie privée n’est pas un droit de luxe, mais constitue la pierre angulaire d’une société libre et démocratique”. Des révélations récentes sur l’étendue des violations de la vie privée par les États montrent que tout ce qui peut être épié le sera. De plus, nous savons que la criminalisation de l’usage des outils de protection de la vie privée a un effet dissuasif sur toutes et tous, en particulier les défenseurs des droits humains, les journalistes et les activistes. Abandonner ses droits fondamentaux à la vie privée par peur d’être identifié·e comme terroriste est inacceptable.

Riseup newsletter, 6 janvier 2015

 

Que dissimule l’Opération Pandora ?

S’il est une chose dont nous sommes certains, c’est que le gouvernement espagnol ne vit pas ses meilleurs jours. Englué jusqu’au cou dans un marécage de corruption et incapable de résoudre, d’une part, la restructuration imposée par la sauvegarde de la souveraineté de l’État espagnol et, d’autre part, les problèmes économiques urgents qui noient des secteurs de plus en plus larges de la population, il craint que son manque de crédibilité et son impuissance n’aboutissent à une crise d’État qui, si la réaction populaire ne se limite pas au vote, aurait pour lui de dangereuses conséquences.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/021.png

L’État se durcit, comme le montre la tentative du ministère de l’Intérieur de créer un fichier de personnes arbitrairement qualifiées de « suspectes » et d’imposer une Ley de Seguridad Ciudadana [La Ley de Seguridad Ciudadana a reçu le sobriquet de « ley Mordaza » (bâillon)] qui donne les mains libres à la police pour réprimer n’importe quel mouvement de protestation de la rue. Face à ceux qui se proposent de le réformer constitutionnellement, ou même de le « démocratiser » pour le sauver, il y a un secteur politique qui prétend le cuirasser avec toute une série de mesures répressives. Derrière lui se dissimule la majorité des pouvoirs de fait qui ont beaucoup à perdre dans la crise. Ils ont commencé à paniquer, et c’est pour cela que l’État se dispose à donner un coup de gouvernail sécuritaire, avec pour objectif de préparer le terrain. Les médias ont été les premiers à se mettre à la tâche, bien avant les policiers et les juges. Des nouvelles fantastiques concernant de mystérieux voyageurs internationaux, messagers de l’anarchie, circulent depuis un moment, tandis que d’autres, du même niveau alarmiste, visent à criminaliser l’unique milieu opaque au Pouvoir qui existe, ce qui en soi est déjà scandaleux, celui des squats, des athénées libertaires et des centres autogérés.

Le message est clair : nous ou le chaos. Les stratèges du Pouvoir ne croient pas que les libertaires et les squats soient leurs ennemis les plus redoutables, bien qu’ils gardent à l’esprit l’exemple de Can Vies ; bien au contraire, ils estiment que ce maillon est assez faible pour leur servir de bouc émissaire, comme une sorte de rappel à l’ordre aux opposants officiels. Le montage grossier du juge de l’Audience nationale, Gómez Bermúdez, n’est pas une simple manœuvre d’intimidation contre eux et les éventuels conflits que pourrait susciter la défense de la banque expropriée de Gràcia [Banc expropiat de Gràcia : il s’agit d’une agence bancaire vide qui fut occupée il y a trois ans par des jeunes, des chômeurs, des retraités ou simplement des habitants du quartier barcelonais de Gràcia, et où s’organisent des activités culturelles, des ateliers et une cantine populaire], menacée d’expulsion. Il n’est pas nécessaire de savoir lire entre les lignes : l’arrestation d’une douzaine de jeunes, presque tous de Barcelone, la vieille Rosa de Foc [Rosa de Foc (Rose de feu) : nom donné à Barcelone par un journaliste hispano-argentin, Antonio Loredo, qui, en août 1909, écrivit dans le journal La Protesta un éloge de la ville des révoltes], sous le prétexte que trois pétards ont éclaté, il y a deux ans, dans des distributeurs automatiques, actes ridiculement qualifiés de « terroristes », ou le déploiement de quatre cents « mossos » autour de la Kasa de la Muntanya [La Kasa de la Muntanya est un très ancien squat], sont des faits si incongrus et disproportionnés qu’ils ne peuvent dissimuler une intention infâme. Il y a déjà eu des faits similaires, il n’y a pas si longtemps.

Soit ceux qui tirent les fils d’une trame si évidente sont des imbéciles ou des cinglés, soit ils essaient seulement d’avertir les autres – l’opposition légale – qu’ils devront abandonner les balivernes, applaudir la « loi Mordaza » et faire front commun avec le système. Il est possible que les deux choses soient vraies. La provocation vis-à-vis des libertaires, bonnes gens qui ne se laissent pas intimider facilement, est le premier pas d’une stratégie de la tension qui vise plus loin. Le Pouvoir encourage le vacarme pour introduire la peur chez le citoyen téléspectateur. L’État affaibli craint pour sa stabilité, il est au bord de la crise de nerfs, et c’est pourquoi il compte sur la multiplication de troubles mineurs pour forger l’unité du parti de l’ordre. À en juger par les manifestations dans plusieurs villes, et principalement l’énorme manifestation d’hier dans le quartier de Gràcia, nous doutons qu’il l’obtienne.

Liberté pour les détenus !

Revue Argelaga, le 17 décembre 2014

 

Directorio de presos

Estad atentos a los posibles cambios, ya que uno de ellos está de paso y es posible que a los demás también los trasladen. Para más información :

efectopandora.wordpress.com

Beatriz Isabel Velazquez Dávila
Lisa Sandra Dorfer
P. Madrid VII – Estremera
Ctra. M-241
28595 Estremera
Madrid
España

Alba Gracia Martínez
Noemí Cuadrado Carvajal
Anna Hernandez del Blanco
P. Madrid V – Soto del Real
Carretera M-609, Km 3,5
28791 Soto del Real
Madrid
España

Enrique Balaguer Pérez
P. Madrid VI – Aranjuez
Ctra. Nacional 400, Km. 28
28300 Aranjuez
Madrid
España

David Juan Fernández
P. Madrid III – Valdemoro
Ctra. Pinto-San Martín de la Vega, km. 4,5
28340 Valdemoro
Madrid
España

Mónica Andrea Caballero Sepúlveda
Ávila-Prisión Provincial
Ctra. de Vicolozano s/n Apdo. 206
05194 Brieva (Ávila)
España

Francisco Javier Solar Domínguez
C.P. de Villabona Finca Tabladiello
33480 Villabona-Llanera (Asturias)
España

This entry was posted in Cybernétique, España en el corazón, La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.