[Fermeture de la gendarmerie de Sautron] « Va te faire cuire un keuf »

Fermeture surprise de la gendarmerie de Sautron

Se revendiquant d’un mouvement qui dénonce et s’organise contre les violences commises par la police et la gendarmerie, notamment après les yeux crevés à répétition et la mort de Rémi Fraisse, une cinquantaine de personnes ont mené une action symbolique de fermeture de la gendarmerie de Sautron vers neuf heures ce matin.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/12.png

« Ceci est une action symbolique et bon enfant, pas de panique ! » scandait leur porte-voix au mégaphone, pendant que d’autres cadenassaient le portail d’entrée et scellaient les portes de la gendarmerie au moyen d’une porte anti-squat, en chantant. Leur communiqué est le suivant :

Avis à la population

Présence d’un danger nommé « gendarme » dans votre ville

Suite aux récents débordements provoqués par les bandes organisées et armées nommées police et gendarmerie nationale ; Suite aux tentatives vaines mais répétées de réprimer le mouvement de révolte actuelle, et ceci malgré les centaines de manifestations et mobilisations, et blocages de lycées à travers toute la France et au-delà ; Suite aux nombreux blessés et morts causés par cette association de malfaiteurs au service de l’État. Il a été décidé : la mise en quarantaine de la gendarmerie de Sautron pour une durée indéterminée. Toute personne ou groupe encore indemne de propagande étatique, n’ayant pas encore trop visionné NCIS, Julie Lescaut ou Enquête d’Action, est appelé à appliquer des mesures similaires avec ingéniosité, et fermeté.

Il faut croire que la maréchaussée n’a pas compris le caractère symbolique de notre action. Pourtant, dans une atmosphère bon enfant, après les sommations d’usage de notre porte-voix, nous avons simplement cadenassé le portail, et scellé l’entrée de la gendarmerie au moyen d’une porte anti-squat, et recoloré ce triste bâtiment.

Manifestement stressés par leurs existences misérables, les hommes armés ont immédiatement gazé et menacé les personnes présentes, et fous de rage n’ont pas hésité à volontairement percuter une voiture. Malgré l’action déterminée des manifestants, 5 personnes ont été kidnappées, et sont toujours retenues en otage. Aujourd’hui, dans l’absence de revendications des kidnappeurs en uniforme, nous leur transmettons cet avertissement :

Vous filez un mauvais coton les enfants ! Si ça continue, nous allons devoir sévir. Poil à frire.

Allez, à demain !

Cette action suit un appel national à fermer les gendarmeries et les commissariats, et à perturber les infrastructures du maintien de l’ordre. Elle s’inscrit dans la mobilisation de milliers de manifestants ces dernières semaines, et notamment lors de la journée nationale contre la police demain 22 novembre à 14h à Nantes, et partout en France.

Master LOCK & TORDJMAN associé.e.s – Indymedia Nantes, 21 novembre 2014

 

Dégradations sur une gendarmerie près de ND-des-Landes, cinq interpellations

Une quarantaine de personnes, venues du site du projet contesté d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, ont maculé de peinture vendredi matin la gendarmerie de Sautron (Loire-Atlantique), près de Nantes, et cinq d’entre elles ont été interpellées, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/094.jpg

Venues à bord d’une dizaine de véhicules de la «zone d’aménagement différé» (Zad) prévue pour le projet et occupée par des opposants à l’aéroport, elles ont jeté de la peinture et tagué la façade de la gendarmerie, avant de «quitter le secteur», a indiqué cette même source.

La façade de la gendarmerie, où a été inscrit à un angle «Va te faire cuire un keuf», a été barbouillée de peinture orange et une grosse flaque de peinture rouge était présente devant l’entrée du bâtiment, dont le pas de la porte était obstrué par une plaque en fer, a constaté un photographe de l’AFP.

Les services de l’identité criminelle de la gendarmerie étaient en train d’effectuer des prélèvements, sous les yeux de badauds.

Un dispositif de sécurité a été mis en place et plus d’une trentaine de gendarmes ont été déployés.

«À ce stade, cinq interpellations ont eu lieu ce matin», a déclaré la source proche de l’enquête.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/132.jpg

La maire divers droite de cette commune de la banlieue nantaise, Marie-Cécile Gessant, s’est dite «indignée» par cet acte «inadmissible, intolérable».

Selon elle, un groupe de personnes est d’abord passé par la mairie avant de «foncer sur la gendarmerie», recouvrant «toute la façade de peinture» et lançant des fumigènes.

«C’est la première fois que la gendarmerie est visée. (…) Heureusement, il n’y a pas eu d’atteinte humaine, mais on ne doit pas vivre avec la peur au ventre sous prétexte que quelques hurluberlus viennent casser», a affirmé Mme Gessant, demandant à l’État de prendre «ses responsabilités sur ce problème de Zad» car «on ne peut pas continuer à tolérer des gens qui ne respectent pas la loi».

La gendarmerie est «un bâtiment communal et bien entendu nous allons déposer plainte», a-t-elle ajouté.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Agence Faut Payer, 21 novembre 2014)

 

Zadistes à Sautron. Une action surprise ce matin à la gendarmerie

Des zadistes ont débarqué ce vendredi matin devant la gendarmerie de Sautron avec bombes de peinture et fumigènes. Ils réclament la libération de leurs amis en garde à vue.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/11.jpeg

Dans la nuit de jeudi à vendredi, les gendarmes ont interpellé des zadistes (nom donné aux occupants de la zone du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes), suspectés de voler du carburant. Ils ont été placés en garde à vue à la gendarmerie.

Ce vendredi matin, aux environs de 9 h, un groupe d’une quarantaine de personnes venues avec une dizaine de véhicules ayant tous la même plaque d’immatriculation, en provenance de la Zad (zone à défendre), est arrivé devant la gendarmerie de Sautron, avec des fumigènes et des bombes de peinture. Ils réclament la libération de leurs amis.
Ce matin, la gendarmerie de Sautron a été vandalisée.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/104.jpg

Cinq personnes ont été interpellées par les gendarmes, peu après cette action surprise. Une trentaine de militaires se sont postés aux alentours de Sautron pour procéder au contrôle des véhicules. Le dispositif est toujours en cours [9h53].

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Agence Faut Payer, 21 novembre 2014)

 

Sautron : la gendarmerie cible d’une action « coup de poing » des zadistes

Ce vendredi matin vers 9 heures, une cinquantaine de zadistes cagoulés, gantés et munis de bombes de peinture ont mené une action coup de poing sur la gendarmerie de Sautron, près de Nantes. Ils réclamaient la libération de leurs camarades gardés à vue à la gendarmerie.

Il était 9 heures environ lorsque les zadistes sont arrivés à bord d’une dizaine de véhicules devant la gendarmerie de Sautron.
Les zadistes ont copieusement arrosé la façade du bâtiment de peinture orange et taggué « Va te faire cuire un keuf ».
Ils ont aussi cadenassé une grille de la gendarmerie et osbtrué la porte d’accès aux lieux avec une plaque de métal.
Les gendarmes ont aussitôt riposté avec leurs moyens sur place. Une trentaine d’hommes ont ainsi été déployés.

Cinq personnes ont été interpellées suite à cette action des zadistes. Une action menée en représailles à des arrestations opérées cette nuit par les gendarmes.

(…)

Cette action intervient à la veille de la manifestation contre les violences policières prévue à Nantes. Les organisateurs, dont des comités anti Notre-Dame-des-Landes et des collectifs anti-répression, appellent à « reprendre la rue en masse » pour « ne pas la laisser à la police », tout en demandant de « considérer comme un enjeu de s’abstenir de répondre aux provocations des flics ou s’en prendre aux biens matériels ».

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Fabienne Béranger, france3-regions.francetvinfo.fr, 21 novembre 2014)

 

(…) «Aux environs de 09H00, une cinquantaine de zadistes très déterminés, cagoulés, gantés, protégés par des vêtements amples sont intervenus en convoi d’une dizaine de véhicules contre la brigade territoriale visiblement avec l’envie d’en découdre», a expliqué sur place le commandant de gendarmerie des Pays de la Loire, le colonel Didier Marconnet.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/142.jpg

Un des véhicules de gendarmerie «a été percuté pour éviter les interpellations et un autre véhicule a été attaqué à coups de marteau», a-t-il poursuivi, décrivant «une violence relativement extrême».

Dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a condamné «très fermement les exactions commises ce matin par une quarantaine d’individus encagoulés» qui «après avoir forcé le cadenas de la grille d’accès et pénétré dans l’enceinte des locaux de la brigade, (…) ont couvert les murs d’insultes à l’égard des forces de l’ordre et jeté un fumigène avant de s’enfuir». (…)

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/152.jpg

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Agence Faut Payer, 21 novembre 2014)

This entry was posted in Aménagement du territoire - Urbanisme, La police travaille, Répression de la "mouvance anarcho-autonome" en France (2007-...), Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.