[Avignon] Faut pas payer

Avignon : les intermittents passent aux caisses de Casino sans payer

Aujourd’hui, en milieu de journée, une cinquantaine d’intermittents du spectacle du CIP (Collectif des Intermittents et Précaires), en colère contre l’agrément du 22 mars sur la convention de l’assurance-chômage, a fait une action forte dans un supermarché de l’extra-muros avignonnais.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/07/03bis.jpg

Les intermittents sont sortis sans payer les articles.

Aux alentours de 12h30, des dizaines d’intermittents qui, au préalable, avaient rempli caddies et paniers dans le Casino du quartier Saint-Lazare, sont passés aux caisses sans payer. « Nous avons des besoins matériels » indiquait Boris, de la Coordination nationale du CIP.

« Certains ont des problèmes pour manger », expliquait Élise, venue du Limousin. L’action a été précédée d’un moment de flou à l’Université. Les intermittents présents avaient, devant les médias, voté à main levée pour savoir si la presse allait les suivre dans cette nouvelle opération choc. Et ce après que les journalistes aient été dûment invités à ce rendez-vous… Il était finalement décidé que les médias ne suivraient pas, sauf que tout ce petit monde s’est retrouvé quelques minutes plus tard dans le Casino, qui reste un espace public.

Ce type d’actions est-il contre-productif pour le combat des intermittents ?

Depuis plusieurs semaines, à Avignon, le CIP (Collectif des Intermittents et Précaires) organise des actions-choc : envahissement pendant six heures de la Chambre de commerce pour intimer à son président de joindre le ministre du Travail François Rebsmanen [sic] ou venue dans les locaux d’AF&C, l’association qui encadre le Festival Off. Jusque-là, à chaque fois, ils n’étaient qu’une dizaine à se mobiliser mais à la veille du début du Festival In, ils ont été rejoints par des délégations CIP de la France entière.

Après l’opération du passage en caisse au Casino, les intermittents devaient se retrouver à la Maison Manon, un local qui leur a été alloué par le maire d’Avignon Cécile Helle. Ce type d’actions est-il contre-productif pour le combat des intermittents ? La question devrait se poser dans les heures et les jours qui viennent.

Presse vendue (Fabien Bonnieux, LaProvence.com, 3 juillet 2014)

This entry was posted in Luttes des chômeurs et précaires and tagged , , , , . Bookmark the permalink.