[Nantes] « Techniquement, ce n’est pas du vol. Mais à tout le moins il s’agit là d’extorsion »

Nantes : un Carrefour fermé après une action d’« anti-capitalistes »

Environ cinquante militants ont investi l’hypermarché nantais mardi après-midi avant d’être évacués par les forces de l’ordre en début de soirée.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/01/04.jpg

Une cinquantaine de militants se disant « anti-capitalistes » ont investi un hypermarché nantais Carrefour mardi après-midi, entraînant sa fermeture au public à quelques heures du réveillon, avant d’en être évacués par les forces de l’ordre en début de soirée. Selon les témoignages de plusieurs clients, les manifestants, dont certains étaient déguisés et grimés avec des nez rouges, sont arrivés vers 15h15, groupés et avec des chariots vides qu’ils ont commencé à remplir en critiquant la société de consommation.

« Suite au blocage des caisses, une intervention de police a eu lieu et des violences ont été commises », a de son côté indiqué la préfecture de Loire-Atlantique. « Tous les moyens vont être mis en œuvre pour interpeller les auteurs de ces violences », a-t-on précisé de même source. À 18h45, une dizaine de véhicules de police étaient garés devant l’entrée principale de l’établissement, qui a été fermé au public à partir de 17h00. Seuls les clients déjà présents dans cet hypermarché situé au nord de Nantes ont été autorisés à finir leurs courses et à sortir.

Plusieurs commandes comme des plateaux de fruits de mer ont ensuite dû être servies aux clients à la porte du centre commercial par des employés qui revenaient escortés par les policiers. « Le magasin est fermé, ils ont tout foutu en l’air », a affirmé une responsable du magasin vers 18h30.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/01/03.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2014/01/02.jpg

Trois militants interpellés

Après l’arrivée d’un important renfort de gendarmerie portant l’effectif des forces de l’ordre sur place à plus d’une centaine d’hommes, une opération d’évacuation, un par un, des manifestants qui étaient restés bloqués dans l’hypermarché, a été menée à partir de 20h. À cette occasion, au moins l’un des manifestants a été blessé au visage. Trois militants ont été interpellés tandis que les manifestants, restés aux abords de l’entrée huaient les gendarmes et imitaient des cris de loups.

Plusieurs d’entre eux se sont dits « zadistes », surnom des opposants anticapitalistes à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes situé à une dizaine de km au nord de Nantes mais ils ont souligné que leur action, visant à dénoncer la société de consommation et à sensibiliser les clients à leur cause, n’était pas liée à l’aéroport. Vers 21h ils avaient tous été évacués du centre commercial mais plusieurs dizaines restaient devant l’entrée, face aux gendarmes.

Leur presse (LeFigaro.fr avec l’Agence Faut Payer, 31 décembre 2013)

 

Carrefour : réveillon gâché à Nantes

Les militants anti-capitalistes partisans de « l’auto-réduction » ont refait parler d’eux en investissant le Carrefour de Nantes – La Beaujoire le 31 décembre. Mais le magasin n’a pas cédé au racket. Résultat : la fermeture anticipée de l’hyper et l’intervention des forces de l’ordre.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/01/05.jpg

Les premiers manifestants sont arrivés dans l’hypermarché Carrefour de La Beaujoire en milieu d’après-midi mardi 31 décembre.

Dénonçant les dérives de la société de consommation (ainsi que le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes), ils ont rempli plusieurs chariots et ont commencé à bloquer les caisses. Ils exigeaient la gratuité des courses, mais la direction du magasin n’a pas cédé au chantage.

Même l’intervention des forces de l’ordre n’a pas fait renoncer les manifestants. Le magasin a dû fermer ses portes aux clients dès 16 heures 30 et il a fallu le renfort d’une centaine de gendarmes pour confiner et évacuer un par un les militants. L’opération ne s’est terminée que vers 21 heures et plusieurs cas de violence ont été signalés.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/01/01.jpgL’auto-réduction est née dans les années 1970 en Italie. Elle qualifiait alors des mouvements de consommateurs qui condamnaient la cherté de la vie. En se liguant pour refuser de payer, ils pouvaient obtenir l’annulation de certaines hausses de prix, voire la gratuité de produits ou de services. Le phénomène a trouvé un nouvel écho en Grèce ces dernières années.

Depuis 2008

Les partisans de l’auto-réduction ont fait parler d’eux en France à l’occasion du réveillon de 2008. À Paris, Rennes et Grenoble, ils avaient investi des Monoprix et des Galeries Lafayette. Le principe : remplir les chariots de denrées, bloquer les caisses en refusant de payer et négocier la gratuité des courses avec le directeur, pressé de libérer son magasin en ce jour d’achats importants. Techniquement, ce n’est pas du vol. Mais à tout le moins il s’agit là d’extorsion.

Dans de nombreuses villes étudiantes, des groupes de jeunes ont repris l’idée au cours du printemps 2009. Officiellement pour redistribuer des produits de bases aux populations précaires. En pratique pour faire le plein d’alcools et récupérer au passage quelques téléphones et lecteurs MP3.

Depuis, on ne dénombrait que quelques cas épisodiques d’auto-réduction, plus ou moins couronnés de succès et à peine relayés par la presse locale. Jusqu’à cet épisode, particulièrement violent, à Nantes.

Leur presse (B. Merlaud, Lineaires.com, 2 janvier 2014)

 

Occupation du magasin Carrefour : douze gardes à vue ce mercredi à Nantes

Hier soir, une soixantaine de personnes avait été évacuée du magasin Carrefour de la Beaujoire par les forces de l’ordre.

Six avaient été placées en garde à vue, pour « vol, violences et dégradations ».

Six autres devaient faire l’objet de vérifications d’identité. À 22h30, après avoir refusé de se soumettre aux prélèvements, elles ont elles aussi été placées en garde à vue.

Au total, ce mercredi matin, douze militants anti-capitalistes se trouvent donc en garde à vue, à Nantes.

Leur presse (PresseOcean.fr, 1er janvier 2014)

 

Carrefour/Anti-capitalistes : prison avec sursis

Trois hommes ont été condamnés aujourd’hui à de peines de quatre à six mois de prison avec sursis à la suite de l’action d’une cinquantaine d’anti-capitalistes qui ont contraint un hypermarché nantais à fermer ses portes à quelques heures du réveillon, mardi soir près de Nantes.

Les trois hommes ont été interpellés lors de l’intervention de plus d’une centaine de policiers et gendarmes appelés en renfort pour évacuer l’hypermarché.

Lors de l’audience ils ont expliqué qu’ils avaient agi dans le cadre d’une action anti-capitaliste dite « d’auto réduction », qui consiste à arriver à plusieurs personnes aux caisses d’un hypermarché avec des caddies pleins de produits de première nécessité, puis à se les faire remettre gratuitement pour les redistribuer à la sortie.

Comme leur action a été entravée par l’intervention des forces de l’ordre le tribunal a choisi jeudi de requalifier les faits de « tentative de vol en réunion » en « tentative d’extorsion en réunion ».

L’un des prévenus, âgé de 21 ans, a été condamné à six mois de prison avec sursis pour des violences en état d’ébriété ainsi qu’une « tentative d’extorsion » de marchandises en groupe. Ce chef d’accusation a été repris pour les deux autres prévenus, âgés de 28 et 19 ans et condamnés respectivement à cinq et quatre mois de prison.

Le tribunal correctionnel a en outre condamné solidairement les trois prévenus à assumer la responsabilité financière entière du préjudice commis à l’encontre de l’hypermarché Carrefour visé, situé au nord de Nantes, qui sera évaluée lors d’une audience civile le 18 avril prochain.

Plusieurs militants qui ont participé à cette action ont indiqué qu’ils venaient de la « zad », zone d’aménagement différé dédiée à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes sur laquelle ils se sont installés pour en empêcher la construction. Mais ils ont souligné que leur action visant à dénoncer la société de consommation et à sensibiliser les clients à leur cause n’était pas liée à l’aéroport.

Leur presse (LeFigaro.fr avec l’Agence Faut Payer, 2 janvier 2014)

This entry was posted in Aménagement du territoire - Urbanisme and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to [Nantes] « Techniquement, ce n’est pas du vol. Mais à tout le moins il s’agit là d’extorsion »

  1. Salaud d'argent says:

    Des précisions (via Infozone) qui démentent le contenu des articles de presse :
    Pour info,

    rectif d’infos sur l’autoréduction du 31/12 à la beaujoire:

    – plutôt environ 80 clowns et militants que 50, rejoints par qq
    clients / moins d’une heure après débarquement progressif d’une
    100aine de flics et gendarmes (municipale, nationale, bac, gm…)
    appelés par le directeur
    – hypermarché carrefour bloqué à partir de 16h, soit 3h avant sa
    fermeture officielle ce soir là, grilles baissées, issues de secours
    cadenassées… / dernières évacuations vers 21h
    – violence initiées par les flics et vigiles: altercations autour de
    caddies bloquant les caisses qui ont amené les coups de matraques et 2
    copains blessés + « dommages collatéraux », auxquels les non-clients ont
    répondu pacifiquement par le fait de s’asseoir et d’entonner une
    « méditation collective »
    – non pas un blessé, mais plusieurs, du côté des non-clients: 2 fronts
    ouverts, un coude cassé, une entorse, + coups de matraque à la volée +
    gaz au poivre + taser…
    – non pas 3 interpellations, mais 12: 9 sont ressortis le lendemain
    avec un rappel à la loi, 3 sont passés en comparution immédiate jeudi
    pour vol et dégradation, requalifié en extorsion de fonds, = entre 4
    et 6 mois avec sursis + jusqu’à 5000€ d’amende (à conf)

    Et un article sur Indy Nantes, assortis de photos
    http://nantes.indymedia.org/articles/28693

    « Tremblez, braves gens. Hier soir, ce ne sont pas moins d’une dizaine d’articles, traitant tous du même sujet, qui ont été publiés sur les sites internet de nos deux journaux policiers locaux.
    Le motif ?

    – « Une soixantaine de militants, anti-consommation et opposés à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, ont investi la grande surface [le carrefour de la beaujoire] vers 15 h 30, semant le trouble parmi le personnel et la clientèle. Ils mènent une opération de remplissage de chariots. Aucune violence n’est signalée. » (PO) »

    Et de quelques post dont :
     » Les patrons de la grande distrib’ essaient de suivre les conseils préfectoraux en refusant de concéder les marchandises lors de telles actions (ce qui interdit l’intervention de la police car il n’y a alors pas de délit).

    Ils se sont concertés pour essayer de faire passer de telles incursions sous le qualificatif pénal d' »extorsion »… Pour l’instant, que je sache, ils n’ont jamais réussi à obtenir des poursuites qui tiennent la route pour ce chef d’accusation. »

  2. un film sur une autoréduc’.

Comments are closed.