On aime le poulet grillé à Marseille

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/015.jpg

Des cocktails molotov devant le commissariat du 3e

Des incidents violents ont éclaté cette nuit entre minuit et une heure du matin devant le commissariat du 3e arrondissement de Marseille, collé à la cité Félix Pyat. Plusieurs individus ont lancé des cocktails molotov vers le bâtiment.

Trois projectiles de ce genre ont été dénombrés et un véhicule sérigraphié a été partiellement détruit par le feu. Les locaux n’ont pas été touchés. Ces violences feraient suite à l’interpellation d’un garçon d’une vingtaine d’années, dans la cité Félix-Pyat, en possession d’un pistolet 9mm et de plusieurs pochons de cocaïne, devant l’un des points de vente de drogue de ce ensemble HLM.

Le préfet de police, Jean-Paul Bonnetain, est actuellement sur les lieux, pour mesurer l’ampleur des dégâts et pour apporter son soutien aux fonctionnaires de police.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (LaProvence.com, 22 novembre 2013)

 

Marseille : un commissariat attaqué

Plusieurs bouteilles d’alcool enflammées ont été jetées cette nuit  contre un commissariat des quartiers nord de Marseille, causant des dégâts « relativement légers », selon une source proche de l’enquête.

Le bâtiment public, siège de la police dans le 3e arrondissement de la ville, est inséré dans l’une des cités les plus sensibles de Marseille, la cité Felix-Pyat, au coeur de la zone de sécurité prioritaire (ZSP) des quartiers nord.

Hier vers 23h00, sept cocktails molotov ainsi que des pierres ont atteint le commissariat qui abrite plusieurs unités de la Sécurité publique, causant une vive émotion parmi le personnel présent. « C’est probablement l’arrestation dans l’après-midi de deux habitants de la cité qui a suscité la colère des autres jeunes ».

Les nombreuses patrouilles effectuées dans la nuit autour de « Fort Chabrol », le surnom local de ce commissariat, n’ont pas permis de procéder à des interpellations. Les enquêteurs doivent visionner les enregistrements des caméras de surveillance pour tenter d’itentifier les auteurs de cette attaque.

L’édifice est régulierement la cible d’actes malveillants ; en juillet 2009 une grenade avait été lancée contre les grilles. Six véhicules de police avaient été endommagés et de nombreux impacts avaient été retrouvés jusque sur la baie vitrée de l’école maternelle qui jouxte le commissariat. L’enquête sur ces actes, confiée alors à la police judiciaire, n’avait pas permis de retrouver les auteurs de cet attentat.

« Le jet de cocktails molotov sur un commissariat est un acte grave il ne peut pas être banalisé », a réagi ce matin le délégué zonal adjoint du syndicat Alliance, David-Olivier Reverdy. « Déjà dans l’après-midi, il y a eu jeudi des échauffourées avec les forces de l’ordre et certains de nos collègues ont été blessés. Manifestement des petits caïds de la cité n’acceptent pas que les services de l’État fassent leur travail dans cette copropriété très degradée », a estimé le responsable syndical.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (LeFigaro.fr avec l’Agence Faut Payer, 22 novembre 2013)

This entry was posted in La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , , . Bookmark the permalink.