[Rome] Surveillance et répression en vue de la manifestation du 19 octobre 2013

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/015.jpg

Nous apprenons par les médias locaux qu’un dispositif massif de surveillance est mis en place afin de verrouiller la capitale en vue du cortège appelé pour demain, ainsi que pour les diverses initiatives qui l’accompagnent.

Nous reproduisons ici quelques extraits, invitant quiquonque ayant plus d’information à les communiquer et les diffuser.

Cinq compagnons français ont été arrêtés dans la soirée du 17 octobre à Rome par les forces de l’ordre surveillant les quartiers par où doit passer le cortège de samedi. Selon les autoriés ils sont « proches d’un des lieux sensibles qui est impliqué dans la manifestation des NoTav de demain. Ils n’avaient pas de téléphones pour ne pas être interceptés par les forces de l’ordre ». Plus simplement ils étaient signalés par les services de sécurité français et italen : à ce qu’il paraît deux d’entre eux pour une enquête « antiterroriste » en France, les autres pour avoir contribué à la resistance No Tav.

La police et les gendarmes ont saisi des matraques, des extincteurs et des billes métalliques dispersées le long du parcours de la manifestation des Cobas (ndt : syndicat de base). Les agents du commissariat San Lorenzo ont également bloqué et controlé un camion suspect viale Regina Elena. Des matraques téléscopiques, quelques billes métalliques tout juste achetées, un marteau brise-vitres et divers matériel pouvant servir à causer des dégâts matériels ont été trouvés à l’intérieur.

Dans la nuit de jeudi 17 les gendarmes, à côté de l’université La Sapienza, ont séquestré 3 extincteurs tandis que via Prenestina un Italien de 24 ans a été arrêté au volant de sa voiture avec une batte de baseball dans le coffre (il y avait aussi des cricks mais les gendarmes ne les ont pas saisi).

Vendredi 18 octobre, à moins d’un kilomètre du cortège des syndicats de base, qui défilaient ce jour-là à Rome, la Digos a intercepté un groupe de quelques dizaines d’anarchistes dont certains avaient le visage couvert par des capuches. Ce groupe s’est dispersé à l’arrivée des agents. Selon les les enquêteurs il s’agit de groupes de diverses parties de l’Italie arrivés dans la capitale pour participer à la manifestation de demain. Le groupe d’anarchistes s’est ensuite dispersé dans les rues du Pigneto, un quartier de Rome adjacent à San Giovanni. Quelques squatteurs de Rome faisaient partie du groupe. Les anarchistes ont été interceptés dans une rue proche du marché Rionale générant de la peur parmi les commercants et les passants.

[En rapport à ce fait certains sites rapportent un message twitter : « coup de matraque au hasard sur activistes et passants durant un tractage »].

Traduit de l’italien (Informa-Azione, 18 octobre 2013 – 19h50)

This entry was posted in La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , . Bookmark the permalink.