La police travaille à Paris

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/015.jpgParis : prison avec sursis pour le policier accusé de violences

Un brigadier de la police parisienne a été condamné vendredi à quatre mois de prison avec sursis pour avoir frappé un jeune homme lors d’une altercation à l’occasion d’un contrôle.

Le 28 février 2012 rue Saint-Denis à Paris (Ier arrondissement), la victime, qui se trouvait avec son cousin et un ami, avait protesté après avoir été contrôlée à deux reprises par la police, qui leur reprochait de consommer de l’alcool sur la voie publique.

Le jeune homme avait reçu un coup de poing de la part du brigadier puis un coup de radio sur la tête alors qu’il était ceinturé par d’autres policiers. Il s’était vu prescrire deux jours d’incapacité totale de travail (ITT).

Également reconnu coupable de faux en écriture

Le policier a également été reconnu coupable de faux en écriture publique pour avoir rédigé des mentions mensongères dans le registre de main courante. Il y indiquait que la victime avait voulu lui porter un coup.

Le fonctionnaire a affirmé qu’il avait seulement été incomplet. Il a reconnu avoir porté le premier coup mais a affirmé que celui qui a été porté avec la radio était involontaire.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (LeParisien.fr, 21 juin 2013)

This entry was posted in La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged . Bookmark the permalink.