[Chronique de Youv derrière les barreaux] « Le révolutionnaire en 2012 c’est un facteur qui est fonctionnaire. C’est comme combattre le Front national tout en ayant la carte d’adhérent au FN »

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/0513.jpg[9 août 2012]
Mon manifeste

Bouche-toi les oreilles si tu es allergique à la dignité d’un immigré. Les moutons sont rentrés à la ferme en attendant l’AÏD. Ma liberté est limitée à quatre murs sales.

Finie la muselière, je rallume l’incendie. Au bal des accusés, je suis premier d’la classe. Décoré de la Légion du déshonneur de la patrie pour avoir désobéi à mes bourreaux.

J’ai vu Marianne manigancer l’assassinat d’un peuple. Même un condamné à mort a des droits.

Je suis passé du terrain de foot à un champ de ruines. Et de footballeur, je suis devenu braqueur.

Si tu veux me voir à genoux, passe aux heures de prière. La fierté des nôtres est le cauchemar des leurs.

Obligé de s’immoler pour voir son RSA reconnu.

À force d’entendre qu’on vaut pas mieux que ça, beaucoup ont fini par le croire.

Mon manifeste est réfléchi et légitime et prend parti. J’donne ma vision des choses car nos droits sont devenus une option.

Le révolutionnaire en 2012 c’est un facteur qui est fonctionnaire. C’est comme combattre le Front national tout en ayant la carte d’adhérent au FN.

Je mets ma plume où ça fait mal, je remue le couteau dans la plaie pour éviter qu’on se laisse mourir.

[La Chronique de Youv derrière les barreaux est disponible en téléchargement gratuit sur le site des Éditions Antisociales. Elle est à suivre sur le compte Facebook dédié.]

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle and tagged , . Bookmark the permalink.

2 Responses to [Chronique de Youv derrière les barreaux] « Le révolutionnaire en 2012 c’est un facteur qui est fonctionnaire. C’est comme combattre le Front national tout en ayant la carte d’adhérent au FN »

  1. x says:

    Un grand bravo pour ton commentaire super intéressant et de très haut niveau. Mais on peine à comprendre ce qui te gêne le plus : que la parole soit donnée à un braqueur, à un musulman, à un braqueur musulman ? Ou seulement que ledit braqueur musulman considère qu’on ne peut être à la fois révolutionnaire et agent de l’Etat ?

  2. Stan says:

    Super intéressant ! aujourd’hui juralib donne la parole a un braqueur musulman qui nous apprend qu’on ne peut pas être facteur et révolutionnaire !

    Un grand bravo ! c’est du très haut niveau !

Comments are closed.