[« Votre course, un crime »] Hamad dégage !

Bahreïn : manifestation contre un prix F1

La police a fait usage de gaz lacrymogène et de bombes assourdissantes pour disperser des centaines de personnes qui manifestaient près de Manama contre le Grand Prix de Formule 1 de Bahreïn, ont indiqué aujourd’hui des témoins.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/036.jpg

Peinture murale contre le Grand Prix de Bahrein, dans le village de Barbar, près de Manama, le 31 mars.

« Votre course, un crime », ont scandé hier soir les protestataires dans les rues du village chiite de Khamis. La nouvelle édition du GP de F1 est prévue du 19 au 21 avril sur le circuit de Sakhir, au sud de Manama. « Le peuple veut la chute du régime », « À bas Hamad », le souverain bahreïni, a aussi chanté la foule, qui répondait à un appel du Mouvement du 14 février, un groupe radical qui organise la contestation sur les réseaux sociaux.

Des heurts ont éclaté lorsque les forces anti-émeutes sont intervenues pour disperser la manifestation. Des manifestants ont riposté en lançant des cocktails molotov contre elles, selon les témoins. Lors de l’édition 2012 du GP, l’opposition chiite avait organisé des manifestations, parfois violentes, pour attirer l’attention sur ses demandes de réformes politiques, mais sans entraver le déroulement de la course. Celle-ci avait été néanmoins annulée en 2011 en raison des troubles.

Publié par le savoir-faire français (Agence Faut Payer, 12 avril 2013)

 

Bahreïn : Perquisitions ciblées et détentions arbitraires

Les autorités ont mené plusieurs opérations avant la tenue du Grand Prix de Formule 1.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/026.jpg

Des policiers anti-émeute patrouillent dans une rue de Manama le 19 avril 2012, lors d’un rassemblement anti-gouvernemental qui a lieu le même jour que le Grand Prix automobile de Formule 1 de Bahreïn.

(Beyrouth, le 10 avril 2013) – Selon des informations fournies par diverses sources locales, les autorités bahreïnies sont en train de mener des perquisitions à domicile et de procéder à des arrestations arbitraires d’opposants dans les jours qui précèdent le Grand Prix automobile de Formule 1 qui se tiendra du 19 au 21 avril,  a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

Ces sources ont affirmé à Human Rights Watch que des groupes de policiers en civil masqués ont effectué des descentes ciblées dans la nuit et à l’aube dans plusieurs localités situées à proximité du circuit de la course automobile. Vingt personnes, dont des personnes connues pour avoir dirigé des manifestations contre le gouvernement, ont été arrêtées. Selon les sources de Human Rights Watch,  les policiers procédant à ces opérations n’ont toutefois présenté aucun mandat d’arrestation ou de perquisition, ou justifiant la confiscation de matériel, malgré l’obligation de le faire selon la loi de Bahreïn. Les autorités ont également refusé aux détenus le droit à une assistance juridique lors de leur premier interrogatoire formel par des procureurs.

« Cette nouvelle vague de répression et la manière dont elle est menée soulève des questions quant à l’engagement des autorités de Bahreïn en faveur de réformes », a commenté Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. « Ces perquisitions et arrestations semblent indiquer que les autorités sont plus soucieuses d’éloigner les militants lors de la course de Formule 1 que de répondre aux revendications légitimes qui ont conduit tant de Bahreïnis à descendre dans la rue. »

Human Rights Watch, 10 avril 2013

 

Attaque aux cocktails Molotov contre le ministère des AE à Bahreïn

Des inconnus ont lancé dans la nuit de lundi à mardi des cocktails Molotov sur le ministère des Affaires étrangères à Bahreïn sans faire de dégâts ni de victime, ont annoncé les autorités.

Il s’agit de la première attaque du genre depuis le déclenchement en février 2011 d’un mouvement de contestation mené par l’opposition chiite dans ce petit royaume du Golfe. Des attaques avaient déjà visé les forces de sécurité dans les villages chiites entourant Manama.

Selon le ministère de l’Intérieur, « un groupe de terroristes » a attaqué le bâtiment, dans le centre de Manama, qui abrite également des bureaux de la présidence du Conseil. « Les gardes du bâtiment se sont opposés à cette attaque et aucun dégât n’a été signalé », a précisé le ministère sur son compte Twitter.

Des images circulant sur des sites internet ont montré des individus masqués attaquant à l’aide de cocktails Molotov le bâtiment.

Selon des témoins, les forces de sécurité ont mené mardi à l’aube des perquisitions dans plusieurs habitations à Manama et procédé à des arrestations.

Le ministère de l’Intérieur a annoncé par la suite que quatre personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’attaque avaient été arrêtées. « Les recherches sont en cours pour retrouver d’autres suspects », a ajouté le ministère, dans un communiqué.

Bahreïn est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par des chiites contre la dynastie sunnite des Al-Khalifa au pouvoir.

Selon la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), au moins 80 personnes ont été tuées depuis le début de la contestation. L’opposition et le gouvernement ont entamé le 10 février une nouvelle session du dialogue national, mais les discussions piétinent.

Publié par le savoir-faire français (Agence Faut Payer, 9 avril 2013)

This entry was posted in General and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.