[Révolution égyptienne / Port-Saïd] Serait-ce le devenir des comicos partout ?

Un commissariat de Port Saïd incendié

Des manifestants ont mis le feu à un commissariat à Port Saïd samedi, alors que le secrétaire d’État américain John Kerry arrivait au Caire pour discuter avec responsables et opposants de la transition politique dans le pays en proie à la crise. Quelque 500 manifestants de cette ville du nord-est de l’Égypte ont lancé des cocktails molotov et des pierres sur le commissariat, provoquant un incendie, et bloqué l’accès aux pompiers, a indiqué le ministère de l’Intérieur.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/07.jpg

Les manifestants s’étaient rassemblés devant le commissariat après des affrontements au cours desquels deux hommes avaient été blessés quand un camion de police a heurté des personnes manifestant un peu plus tôt, a indiqué le ministère. (…)

Presse contre-révolutionnaire (Agence Faut Payer, 2 mars 2013)

 

Fire at a police building in Port Said amid increasing unrest

Unrest increases in Port Said, activists call for disobedience in all canal cities.

A police building in Salah Salem Street in Port Said was set on fire on Saturday morning. Residents suspect a police officer hiding in the building started the fire.

“It’s not confirmed yet whether it was the protesters or the police officer who started the fire to be able to run away,” said Mahmoud Qandil, a Port Said resident and one of the protesters.

The Ministry of Interior released a statement on Saturday saying that 500 protesters gathered in front of the police building and threw Molotov cocktails at it, causing the fire.

Tension between Port Said residents and security forces began on Saturday morning when a police car allegedly hit some protesters. Five were reportedly injured and one is in a critical condition.

“A march was going through Mohamed Ali Street chanting against the police and the interior ministry when a police car ran into them, injuring at least four,” said another protester, Tarek Al-Kotty.

The Ministry of Interior said in the statement that the protesters obstructed police cars transporting convicts to court. It added that they pelted the cars with stones, injuring four policemen and damaging two cars.

“The people chased the car after it hit the protesters, pelting it with stones; they caught two officers while the other two hid at the police building,” Qandil said.

He added that the people handed the two officers they caught to the armed forces, which were deployed in Port Said to protect vital installations. The army and the military police controlled the fire and removed the police officer from danger.

On Friday, writers from Cairo arrived in Port Said and marched with the protesters in support of the civil disobedience that started on 17 February.

“People from Alexandria and Domietta had arrived to join the marches in Port Said too,” Qandil said.

Revolutionary groups in Domietta had announced earlier they would join the civil disobedience in solidarity with Port Said. “Several revolutionary groups and party representatives in Domietta are holding a meeting on Saturday night to discuss disobedience plans,” said Ahmed Abo Omar, a Dostour party member in Domietta.

Calls for civil disobedience in the canal cities of Port Said, Ismailia, and Suez have been circulating for some weeks. Several political groups announced that total disobedience in the three cities will start on Sunday 3 March.

“People in Suez and Ismailia are unlikely to respond to such calls,” said Hassan Ghoneima, DNE correspondent in Suez.  He said the majority of people in these cities worked for the public sector and feared losing their jobs if they participated in civil disobedience.

Marches swept Port Said on 17 February when Ultras Green Eagles, fans of Al-Masry football club, called for civil disobedience along with other groups over the “injustices” endured by residents in the governorate.

The marches called for justice for protesters killed during clashes on 26 January. More than 30 people died in the clashes after Port Said Criminal Court sentenced 21 people to death for killing 74 football fans in February 2012; the remaining defendants will be tried on 9 March.

Presse contre-révolutionnaire (Nouran El-Behairy, DailyNewsEgypt.com, 2 mars 2013)

 

Heurts nocturnes en Égypte

Une personne a été tuée et une trentaine ont été blessées dans des accrochages nocturnes entre policiers et manifestants dans la ville de Mansoura au nord du Caire.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/05.jpg

Manifestation le 25 janvier 2013 à Mansoura

La police a tiré des gaz lacrymogènes vendredi soir sur les protestataires qui tentaient de prendre d’assaut le QG du gouvernorat à Mansoura, dans le Delta du Nil, où les manifestations anti-gouvernementales avaient commencé il y a une semaine. Selon des médias locaux, le manifestant est mort après s’être fait écraser par une fourgonnette de la police.

L’Égypte, en proie à une grave crise politique, est le théâtre depuis des mois de manifestations hostiles à la politique du président islamiste Mohamed Morsi, accusé d’accaparer le pouvoir et d’avoir échoué à régler les problèmes sociaux et économiques. Mansoura est la dernière en date des provinces du pays à lancer une campagne de désobéissance civile, après celles de Port Saïd, Ismaïliya et Suez.

L’opposition accuse M. Morsi d’avoir failli à la révolution de 2011 qui a renversé le président Hosni Moubarak et amené au pouvoir le premier président islamiste d’Égypte en juin 2012. Les violences depuis le début janvier en Égypte ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés.

Presse contre-révolutionnaire (LeFigaro.fr, 2 mars 2013)

 

L’autogestion de Port-Saïd et les luttes ouvrières

Le mouvement de protestation dans la ville de Port Saïd se poursuit sans interruption. Depuis le dimanche 17 février, il a pris une nouvelle tournure avec le blocage des routes, des accès aux entreprises, des administrations publiques et des écoles puis une grève des travailleurs de la zone portuaire touchant une trentaine d’entreprises.

Derrière l’appel à la désobéissance civile, c’est un début de prise en main de la ville par ses habitants qui semble se mettre en place.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/01.jpg

Une réalité sans précédent se déroule dans la ville de Port-Saïd : une autogestion complète, un rejet de tout ce qui représente l’autorité. Une réalité que les protagonistes de la lutte égyptienne en ce moment – les travailleurs – cherchent à reproduire dans d’autres villes.

Port-Saïd est devenu un lieu entièrement entre les mains du peuple. À l’entrée de la ville, si dans le passé, il y avait de nombreux barrages de police, on trouve maintenant un check-point formé par des habitants, surtout des travailleurs en grève, auto-proclamés « police populaire ». Il en va de même pour la circulation : plus de police, mais des jeunes, des étudiants et des travailleurs qui autogèrent la circulation urbaine.

Désobéissance civile : ce qui caractérise maintenant la ville est un rejet complet du gouvernement de Morsi sous toutes ses formes, d’où l’expulsion de la police, le refus du travail et du système scolaire gouvernemental.

En ce qui concerne l’aspect « sécurité », avec l’autogestion les rues sont devenues maintenant plus sûres que jamais. La semaine dernière, la police – à la suite des protestations de rue, de la colère populaire consécutive des 21 condamnations à mort liées au massacre de Port-Saïd et des 40 victimes des affrontements ultérieurs – a été contrainte d’accepter de laisser la ville dans les mains du peuple.

Le gouvernement de Morsi a accepté de rappeler la police, à la fois à cause des preuves vidéo irréfutables montrant des policiers du régime tirer et tuer les manifestants de sang-froid, mais aussi parce qu’il était convaincu qu’une ville toute seule ne pouvait pas s’autogérer et que Port Saïd aurait demandé l’intervention du gouvernement pour réprimer les probables révoltes. Mais la réalité est très différente et montre qu’une ville sans « forces de l’ordre » est plus sûre et vit mieux.

Ensuite, il y a un accord tacite qui permet à l’armée (majoritairement respectée par les gens car traditionnellement moins liée au régime que la police, cette dernière étant une émanation du pouvoir et des services secrets) de surveiller les points névralgiques de la ville, mais sans pouvoir intervenir.

Donc, la réalité est la suivante : les militaires non armés gardent des endroits tels que le tribunal et le port très important (actuellement en grève) et la « police populaire » s’occupe de la sécurité dans la ville.

Le refus de tout ce qui représente l’autorité se manifeste dans la pratique de ne pas payer les taxes gouvernementales et les factures, en refusant même toute communication avec le gouvernement qu’il soit central ou local.

La fermeture de l’administration centrale et l’auto-organisation des moyens et des modes de production, font de l’expérience de Port-Saïd une réalité sans précédent et l’expérimentation d’un nouveau mode de vivre, de produire, d’exister.

Les usines sont fermées, le trafic maritime est bloqué, il ne se produit que ce qui est utile et ne restent ouverts uniquement que les services nécessaires.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/02.jpg

Le pain est fabriqué (dans la photo ci-dessus, un magasin qui vend du pain à des prix populaires, les écriteaux indiquant les raisons de la protestation), les magasins d’alimentation, les hôpitaux et les pharmacies restent ouverts. Dans chaque usine, ce sont les travailleurs qui ont eu à décider de poursuivre ou non la production et la réponse générale est désormais NON. D’abord la justice, d’abord l’achèvement de la révolution et ensuite, au besoin, la production repartira.

Une nouvelle forme d’auto-organisation est en train d’être expérimentée dans les écoles. Celles-ci restent ouvertes, mais les familles de Port-Saïd elles-mêmes refusent d’envoyer leurs enfants dans les écoles du gouvernement. En ce moment même, des enseignants et des comités populaires essaient d’organiser des écoles populaires dans la place centrale, rebaptisée place Tahrir de Port-Saïd, où, en plus des matières scolaires, il y a la volonté d’enseigner la justice sociale et les valeurs de la révolution égyptienne.

Une réalité qui peut sembler impossible. Même dans les pages de ce portail, nous avons raconté dans le passé l’expérience de Port-Saïd avec d’autres yeux. Mais après la mort des 21 accusés pour le massacre du stade, une nouvelle conscience populaire a surgi dans cette ville, probablement très traditionaliste dans le passé. En fait, les 21 à être condamnés sont des jeunes, étudiants pour la plupart, alors que la responsabilité de ce massacre doit être recherchée dans la sphère politique ; la sentence semble avoir été une satisfaction accordée à ceux qui cherchent la justice. Aucun des accusés ne sont issus des rangs de la police ou de l’État et de ses services secrets. Port-Saïd l’a bien compris et dès que les condamnations à mort ont été prononcées, des manifestations importantes ont éclaté et ont conduit à la mort d’une quarantaine de manifestants, certains d’entre eux, même lors de l’enterrement des victimes des émeutes. De là a commencé la grève, la désobéissance civile.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/03.jpg

Une réalité que nous-mêmes, avant de la voir de nos propres yeux, n’aurions jamais imaginé.

Une colère, d’abord né d’un désir de justice pour la peine de mort et pour les 40 victimes consécutives, mais qui a grandi et est devenu politique. Le fort protagonisme ouvrier, la croissante prise de conscience de la population de Port-Saïd ont fait de cette contestation une lutte sans précédent qui fait trembler sérieusement le régime de Morsi. Une lutte qui, si elle s’étendait dans d’autres villes, pourrait vraiment mettre le régime à genoux.

Maintenant, les gens ne demandent plus, comme c’était encore le cas il y a une semaine, de ne pas punir les citoyens de Port-Saïd pour des crimes qui ont été commis par le régime. Maintenant, ce qui est demandé, c’est la justice pour toutes les victimes de la révolution ; maintenant, ce qui est demandé à haute voix c’est la chute du régime.

Dans la journée de lundi [25 février], une grande manifestation a eu lieu dans les rues de Port-Saïd : le syndicat indépendant des travailleurs, les étudiants, le mouvement révolutionnaire, ils sont nombreux à être descendus dans les rues, nombreux à être venus du Caire pour exprimer leur solidarité aux travailleurs et à la ville en lutte. Un grand cortège a envahi les rues de la ville, en appelant à une grève générale dans tout le pays.

Pendant ce temps, au cours des dernières semaines, d’autres villes égyptiennes ont connu de grandes grèves : à Mahalla, à Mansoura, à Suez, les travailleurs dans de nombreuses usines se sont croisés les bras pendant des semaines. De même, par centaines ils sont descendus dans les rues pour appeler à une grève générale dans tout le pays, de nombreuses écoles et universités ont annoncé une prochaine grève générale. Beaucoup de travailleurs et de secteurs sociaux qui sont en grève n’ont pas réussi – pour l’instant – à généraliser la grève et la lutte, comme cela s’est produit à Port-Saïd.

On ne sait pas comment cette expérience, appelée « la Commune de Paris égyptienne » va pouvoir se poursuivre. Il est certainement difficile de poursuivre une lutte de ce genre dans un moment où le gouvernement central pourrait couper l’eau et l’électricité ; pour le moment, s’il ne le fait pas, c’est seulement parce qu’il craint des explosions de rage majeures. En outre, la poursuite ou non de la grève des travailleurs est fortement liée à la possibilité qu’elle se généralise et se reproduise dans d’autres villes.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/04.jpg

Initialement, les habitants de Port-Saïd avaient annoncé leur intention de poursuivre la grève jusqu’au 9 mars prochain, date où seront confirmées les 21 condamnations à mort. Maintenant, avec l’entrée en mouvement des travailleurs, l’avenir est incertain, mais certainement riche de potentialité.

Les difficultés du moment peuvent sembler nombreuses, mais la prise de conscience de toutes les personnes (et pas seulement les travailleurs), la pratique du refus du régime, l’auto-organisation, sont autant d’éléments qui semblent donner des perspectives positives à ces luttes.

Le correspondant d’Infoaut dans l’aire moyen-orientale, 27 février 2013 – traduit de l’italien pour l’OCL

This entry was posted in L'insurrection égyptienne et ses suites and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.