[Bulgarie] « Une situation révolutionnaire commence à se créer. Les gens refusent d’être gouvernés par quelques monopolistes et oligarques »

Nouvelles violences en Bulgarie

Dix personnes ont été hospitalisées ce soir après des heurts à Sofia entre police et manifestants protestant contre la cherté de l’électricité, a annoncé l’hôpital des urgences Pirogov. Trois policiers ont par ailleurs été blessés et onze manifestants ont été interpellés, selon le directeur adjoint de la police à Sofia, Christo Terziyski.

Un millier de personnes, pour la plupart des jeunes, ont manifesté dans la capitale, pour le dixième jour consécutif, contre les prix élevés de l’électricité. Visé par des jets de pierres et de pétards, des policiers ont réagi en repoussant les manifestants à coups de matraque.

Des jeunes ont continué à déambuler dans la ville, dégradant des voitures, dont des véhicules policiers, et cassant des vitrines.

Lundi soir, onze personnes dont 6 policiers avaient été blessées lors d’une manifestation à Sofia.

Des manifestations se sont tenues aujourd’hui dans dix autres villes du pays, sans incidents majeurs. (…)

Presse contre-révolutionnaire (Agence Faut Payer, 19 février 2013 – 22h13)

 

Sofia baisse les prix de l’électricité pour calmer la rue

Confronté à une vague de mécontentement populaire face à la hausse des factures d’électricité, le Premier ministre bulgare Boïko Borissov a annoncé mardi une forte baisse des prix et sa volonté de sanctionner les compagnies d’électricité étrangères, au risque d’un incident diplomatique avec la République tchèque.

Les Bulgares, qui manifestent par centaines depuis plusieurs jours, demandent la démission du gouvernement et la renationalisation des compagnies de distribution d’électricité. (…)

Après avoir limogé son ministre des Finances lundi, Boïko Borissov a annoncé mardi l’annulation de la licence de la compagnie tchèque d’électricité CEZ et des amendes pour les autres compagnies.

Il s’est dit opposé à la nationalisation des compagnies de distribution d’électricité, qui sont au nombre de trois : CEZ, Energo-Pro, société tchèque cotée à Sofia, et l’autrichienne EVN.

Le gouvernement propose à la place une baisse de 8% des prix de l’électricité à partir de mars. La licence de CEZ, qui dessert 1,9 million de clients dans l’ouest de la Bulgarie, sera révoquée mardi soir.

Le Premier ministre tchèque Petr Necas a demandé des explications, dénonçant une décision politique à l’approche des élections législatives. CEZ est détenue à 70% par l’État tchèque.

Boïko Borissov cherche à éviter le sort du gouvernement socialiste qui avait dû démissionner en 1997, après la prise d’assaut du parlement par la population, en pleine crise bancaire et de flambée des prix.

À quatre mois des élections de juillet, le parti du Premier ministre, le Gerb, a perdu pratiquement toute l’avance dont il disposait dans les sondages sur l’opposition socialiste.

Le salaire moyen s’élève à 800 levs (400 euros) par mois en Bulgarie.

Presse contre-révolutionnaire (ZoneBourse.com, 19 février 2013 – 19h05)

 

Bulgarie : violences lors de manifestations contre le prix de l’électricité

SOFIA – Onze personnes, dont cinq policiers, ont été blessées au cours des manifestations anti-gouvernementales contre l’envolée du prix de l’électricité lundi soir à Sofia et des dégradations ont été commises, a annoncé mardi matin le directeur de la police de la capitale, Valeri Yordanov.

Cinq policiers et six manifestants ont subi des examens médicaux, aucun d’eux n’étant grièvement blessé, a-t-il déclaré à la radio publique BNR.

Onze personnes ont été interpellées pour des actes de vandalisme, a-t-il ajouté.

Des manifestants — pour la plupart des jeunes — ont jeté des pierres et des bouteilles sur le Parlement, cassant des vitres. Six véhicules de la police et des vitrines de magasins ont été endommagés, selon le commissaire Valeri Yordanov. Par ailleurs, quatre véhicules du groupe énergétique autrichien EVN ont été incendiés à Plovdiv (sud), a indiqué la chaîne de télévision privée Nova.

Les factures d’électricité de janvier, dont le montant a plus que doublé par rapport à celles de décembre, ont déclenché des protestations quotidiennes dans tout le pays depuis neuf jours. Les slogans anti-gouvernementaux se sont multipliés lundi, à l’occasion du limogeage du vice-Premier ministre et ministre des Finances, Simeon Djankov.

Une situation révolutionnaire commence à se créer. Les gens refusent d’être gouvernés par quelques monopolistes et oligarques, a estimé mardi le politologue Evgueni Daynov à la télévision Nova. (…)

Jusqu’à présent, en dehors du limogeage de son ministre des Finances, Boïko Borissov n’a pas publiquement commenté l’aggravation des tensions dans le pays, notamment après la journée du dimanche où des dizaines de milliers de manifestants ont manifesté dans tout le pays. (…)

Presse contre-révolutionnaire (Agence Faut Payer, 19 février 2013 – 9h21)

This entry was posted in General and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

1 Response to [Bulgarie] « Une situation révolutionnaire commence à se créer. Les gens refusent d’être gouvernés par quelques monopolistes et oligarques »

  1. Pingback: Cette mauvaise Europe ! | Calami, ite !

Comments are closed.