Le communisme, c’est les Soviets plus l’électricité

Électricité : les tarifs vont bien grimper de 30 % en cinq ans

C’est une phrase qui a le mérite de la clarté : « La CRE prévoit une augmentation sensible des prix de l’électricité pour tous les consommateurs dans les cinq prochaines années ». Dans un rapport publié lundi, la Commission de Régulation de l’Énergie, l’autorité administrative indépendante chargée de veiller au bon fonctionnement des marchés de l’électricité et du gaz en France, table sur une progression de 30 % des tarifs réglementés d’EDF de 2012 à 2017. L’explication ? L’essor des énergies renouvelables et des investissements dans les réseaux à financer.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/23.jpeg

Manifestation contre les factures élevées de l’électricité, le 17 février 2013 à Sofia, en Bulgarie

La nouvelle n’est pas une surprise. Il y a un an, la CRE tablait déjà sur une hausse de 30 % des prix du courant de début 2012 à fin 2016. Lundi, en actualisant ses prévisions pour la période allant de mi-2012 à mi-2017, elle aboutit aux mêmes conclusions.

La CRE explique s’attendre à une hausse moyenne de 30,1% des factures d’électricité pour les clients au tarif dit bleu, réservé aux particuliers proposé par EDF et une poignée de fournisseurs historiques locaux.

Une hausse moindre pour les gros consommateurs

Cette forte hausse « sera due pour plus du tiers à l’augmentation de la CSPE (contribution au service public de l’électricité, taxe qui finance entre autres l’énergie solaire et éolienne), laquelle s’explique pour l’essentiel par le développement des énergies renouvelables », prévient la CRE. « Pour les autres clients, ayant une consommation supérieure, les hausses de prix seront moindres : 23,7 % pour les clients au tarif jaune et 16 % pour les clients au tarif vert », poursuit la Commission.

Le gouvernement s’est engagé le mois dernier à résorber d’ici à 5 ans une ardoise de près de 5 milliards d’euros liée à l’essor des énergies renouvelables, qui s’était accumulée depuis plusieurs années dans les comptes d’EDF, via des augmentations progressives de la CSPE. La CRE a basé ses calculs sur l’hypothèse d’une hausse de la CSPE qui resterait plafonnée à 3 euros par an, comme c’est actuellement le cas. Aujourd’hui, cette taxe représente environ 70 €  par an et par foyer.

12 milliards d’investissements à financer cette année

En outre, la CRE anticipe une inflation de 2% par an, un prix de marché de l’électricité supérieur d’un point à l’inflation et une hausse équivalente à l’inflation de l’Arenh (mécanisme qui oblige EDF à revendre à ses concurrents un quart de sa production d’électricité nucléaire, à un prix régulé), dont les règles d’évolution doivent être revues cette année.

La CRE anticipe aussi des hausses bien supérieures à l’inflation du tarif d’accès au réseau électrique (ou Turpe), se basant sur les niveaux demandés par les gestionnaires de réseaux RTE et ERDF, engagés dans de lourds programmes de renouvellement et de développement des lignes électriques.

La semaine dernière, EDF avait de nouveau défendu des hausses de tarifs « raisonnées », tenant compte des problèmes de pouvoir d’achat et de compétitivité, pour couvrir ses énormes investissements maintenus à 12 milliards d’euros cette année.

Leur presse (LeParisien.fr avec l’Agence Faut Payer, 18 février 2013)

 

Bulgarie/électricité : les manifestations se poursuivent

Sofia – Les manifestations en Bulgarie contre les grands groupes du secteur de l’électricité, lesquelles avaient rassemblé des dizaines de milliers de participants dimanche, se sont poursuivies lundi à une moindre échelle, avec des slogans anti-gouvernementaux.

À Sofia, environ 2.000 manifestants ont défilé en centre-ville, se félicitant du limogeage lundi du ministre des Finances, Simeon Djankov. Ils scandaient Mafia, Démission, Djankov est parti, c’est le tour de Boïko Borissov, le Premier ministre conservateur. Les manifestants ont jeté des pierres et des bouteilles sur le Parlement, cassant des vitres. Un manifestant a été blessé et au moins quatre personnes ont été interpellées, selon la police.

Des manifestations se sont tenues également dans une dizaine d’autres villes dont Varna (est), Blagoevgrad (sud-ouest) et Plovdiv (sud).

Les factures d’électricité de janvier, dont le montant a plus que doublé par rapport à celles de décembre, avaient déclenché ces protestations quotidiennes dans tout le pays qui durent depuis neuf jours.

Leur presse (Agence Faut Payer, 18 février 2013)

 

(…) Le gouvernement avait limogé fin janvier le président de la Commission d’État de régulation de l’énergie (DKEVR) Anguel Semerdjiev. Uliana Ivanova, qui lui avait succédé, a démissionné dimanche, prise dans un scandale de vente illégale de cigarettes sur un site internet où elle détenait des parts.

(…) au lendemain de manifestations qui ont réuni des dizaines de milliers de citoyens dans tout le pays contre les factures élevées d’électricité reçues à la fin janvier, alors que le gouvernement tarde à libéraliser le marché de l’énergie.

Ce sont les premières protestations massives spontanées, non organisées par des partis, depuis la fin du communisme en Bulgarie.

Le risque de voir ces manifestations dégénérer « en violence incontrôlable » est important, selon plusieurs politologues, alors que des incidents entre manifestants et policiers à Sofia ont éclaté en cours de défilé.

Les manifestants ont réclamé une « nationalisation » des trois entreprises de distribution d’énergie qui se partagent le territoire bulgare : l’autrichienne EVN et les tchèques CEZ et Enero Pro, une idée à laquelle M. Djankov s’est fermement opposé. (…)

Leur presse (Agence Faut Payer via Liberation.fr, 18 février 2013)

This entry was posted in General and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.