[Jurançon] Expulsion du Nid béarnais

La Croix rouge expulse le Nid béarnais

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/075.jpg

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/086.jpg

Nid biarnés, 13 février 2013

 

Jurançon : des squatteurs expulsés du Nid béarnais au petit matin

Les squatteurs du Nid béarnais ont reçu, mercredi matin, la visite des forces de l’ordre. Cette propriété de la Croix -Rouge est en vente depuis 2007.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/114.jpg

Le jour se lève, hier mercredi, sur la lugubre forêt d’hiver des coteaux de Jurançon. Squatté depuis quatre mois, le Nid béarnais dort encore. Les véhicules de 35 CRS de Marseille et d’une vingtaine de policiers de Pau empruntent le chemin qui mène à cette propriété de la Croix -Rouge en vente depuis 2007. L’expulsion annoncée vient de commencer.

Tandis que l’accès au site reste interdit aux curieux, les forces de l’ordre procèdent aux fouilles des nombreux bâtiments. Des chiens aboient. Au bout d’une heure, six jeunes gens finissent par être identifiés. Ils sont sommés de débarrasser les lieux et ne sont qu’à moitié étonnés. « On savait qu’ils allaient débarquer. Mais franchement, on ne s’attendait pas à voir autant de flics ».

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/136.jpg

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/17.jpg

Laboratoire culturel

L’un d’entre eux, tête baissée, rassemble ses affaires dans un chariot à roulettes. Impuissant, un autre regarde son fourgon se faire hisser sur le plateau d’un camion. À cause d’un défaut d’assurance, son propriétaire ne pourra pas l’utiliser pour déménager. Le réveil est tout aussi rude que résigné. « Ils auraient pu attendre la fin de l’hiver », lâche celui-ci sans opposer de résistance.

« Ils vident ma maison, là. Je ne sais pas trop quoi dire. On n’a pas vu le coup venir », ajoute Flo, un des membres de la communauté qui s’était formée, ici, au fil du temps. Ils avaient fini par créer « Lo nid biarnes », un « laboratoire culturel, social et artistique » soutenu par le mouvement Libertad. « Notre but était de créer un lieu d’échange, de partage et d’entraide. On y trouvait des fringues ou de la nourriture sans que le fric soit un problème. C’était une manière, pour nous, de désengorger les centres sociaux », poursuit Flo, sans quitter des yeux le camion qui transporte son fourgon. « Ils brassent des millions sur le dos de la misère. Nous, on ne demandait rien à personne », grogne son voisin.

Le Nid béarnais était, en effet, devenu un rendez-vous comparable, dans une certaine mesure, à La Goutte d’eau, en Aspe. Les jeunes au look de « travellers » s’y croisaient pour y faire la fête et refaire le monde. Avec l’appui des réseaux sociaux, des « flyers » circulaient pour lancer des invitations à des soirées thématiques dans le but de soutenir les résidents. Au début du mois, étaient ainsi organisés des concerts rock ou punk, un carnaval ou encore un débat sur la « lutte en Argentine ». Il était possible d’y croiser plusieurs dizaines de personnes.

Occupation illégale

Leur rêve s’est heurté à la notion de propriété privée retenue par la décision de justice qui vient de leur être rappelée. « L’occupation était illégale même si elle concerne des habitations de la Croix-Rouge. Le propriétaire a souhaité récupérer le bien, c’est simple », commente le maire de Jurançon, Michel Bernos.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/125.jpg

Patrick Lepeault, directeur régional de la Croix Rouge

« Au départ, il n’y avait qu’une seule personne. D’autres l’ont rejoint. Nous avons tout entrepris pour tenter de trouver une solution. Nous leur avons proposé des relogements. Ils ont tout refusé en bloc », explique les responsables régionaux de la Croix-Rouge, Patrick Lepaud et Thierry Boutrand. « Ils vivaient dans une forte précarité, sans eau, sans sanitaire. On les a encore rencontrés il y a une dizaine de jours. Sans résultat. »

Dans ces maisons abandonnées au milieu de plusieurs hectares, les « marginaux » ont beau rappeler qu’ils ont remis en état le plus de choses possibles : les voilà condamnés, aujourd’hui, à refaire le monde ailleurs.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/191.jpg

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Patrice Sanchez, SudOuest.fr, 14 février 2013)

 

Jurançon : expulsion au Nid béarnais

Une cinquantaine de policiers et de CRS sont intervenus ce mercredi matin.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/18.jpg

À Jurançon, ce mercredi matin, vers 7h30, une trentaine de CRS et une vingtaine de policiers ont procédé, dans le calme,  à l’expulsion de six personnes qui squattaient, depuis quatre mois, les locaux de l’ancien Nid béarnais, une propriété de la Croix rouge en vente depuis 2007.

Suite à une décision de justice, l’usage de la force publique avait pour but de permettre à  la Croix rouge de récupérer son bien.

« Le Nid béarnais accueillait des enfants handicapés. Il a finalement été vendu. Le produit de cette vente doit servir au montage financier de notre nouvelle implantation de structure qui est fonctionne déjà près de l’hôpital de Pau. Il y avait aussi urgence pour nous », explique Thierry Boutrand, le chargé de communication de la Croix-Rouge.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/143.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/02/152.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/02/16.jpg

« On savait qu’ils allaient débarquer mais là, on n’a pas vu le coup venir. On ne s’attendait pas à voir autant de flics », commente Flo, un des membres du site rebaptisé « Lo nid biarnès » destiné, selon ses défenseurs, à devenir un lieu alternatif « d’utilité publique ».

« Nous les avons rencontrés pour tenter de trouver des solutions de relogement. Ils ont repoussé toutes nos offres », explique le directeur régional de la Croix rouge, Patrick Lepault.

Les serrures ont été changées et l’empierrement du chemin d’accès bloquera d’éventuels retour sur le site.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Patrice Sanchez, SudOuest.fr, 13 février 2013)

 

Jurançon : la justice ordonne l’expulsion des squatteurs

Les squatteurs du Nid Béarnais ont quinze jours pour faire appel.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/067.jpg

Les anciens locaux du Nid Béarnais appartenant à la Croix Rouge

Saisi en référé par la Croix Rouge, le tribunal d’instance de Pau a ordonné, ce mardi matin, l’expulsion des squatteurs des anciens locaux du Nid béarnais situés à Jurançon.

Ces locaux à l’abandon appartiennent à l’association qui envisage de les revendre. Ils sont squattés par une dizaine de personnes depuis le 1er novembre. Une occupation qu’ils affirment politique, visant à revendiquer leur droit au logement.

Les squatteurs ont quinze jours pour faire appel et ne peuvent être expulsés avant l’expiration de ce délai.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (SudOuest.fr, 15 janvier 2013)

This entry was posted in Aménagement du territoire - Urbanisme, Luttes du logement and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.