[« On a face à nous un invisible » / Jura] Les pandores travaillent

Cambriolages : les gendarmes appellent les seniors à l’aide

Lons-le-Saunier. Les gendarmes de la brigade de Lons-Clairvaux ont fait, hier, un test pour la lutte contre les cambriolages : ils ont lancé un appel aux seniors du secteur. Cinquante personnes ont répondu présent.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/016.jpg

La première réunion a eu lieu à la salle polyvalente de Montaigu.

La compagnie de gendarmerie de Lons-le-Saunier avait déjà fait connaître sa politique de collaboration avec les communes dans la lutte contre la délinquance. L’année 2012 ayant été particulièrement marquée par les cambriolages (dans le Jura comme sur le secteur), la communauté de brigades de Lons-Clairvaux (compétente en zone gendarmerie de Montaigu à Clairvaux-les-Lacs) est allée plus loin, en demandant le « renfort » des seniors. La première réunion « test » a eu lieu hier après-midi à Montaigu, en présence d’une cinquantaine de personnes des clubs du troisième âge de Montaigu, Conliège et Revigny. D’autres devraient être programmées prochainement sur d’autres communes comme Macornay ou Courbouzon.

« On a eu, depuis juillet, 88 cambriolages, quasiment tous sur votre secteur. Les chiffres ont été multipliés par deux. Nous sommes 18 pour veiller sur 58 communes et on a face à nous un invisible. On patrouille, on est présents sur place et on en a élucidé un tiers mais nous ne sommes pas magiciens, leur a lancé en ouverture le lieutenant Éric Louvet, commandant de la communauté de brigades de Lons-Clairvaux. Il nous faut de l’aide, et cette aide c’est vous, seniors, qui êtes souvent chez vous à la journée, maires et toute la population. On compte sur vous pour en parler dans tous les villages et activer le bouche-à-oreille. On cherchait une solution, on a trouvé ces réunions. Soyez attentifs à ce qui se passe dans vos villages et n’hésitez pas à nous appeler. » Sans « vouloir leur faire peur », ils leur ont exposé les différents cas de délinquance dont ils pourraient être victimes et leur ont donné des astuces.

Être des relais

« Le phénomène de cambriolages se calme un peu ces dernières semaines, mais il faut rester vigilants » a insisté son adjoint, l’adjudant-chef Marc Joaquin, commandant de la brigade de Lons. « Relevez des comportements suspects et appeler la mairie et les gendarmes n’est pas de la délation mais de la précaution », a ajouté le maire Martial Vincent. « C’est même du civisme », a renchéri le lieutenant Louvet. Les seniors se sont dits déjà très « méfiants » et « avertis » (ils ont été récemment approchés par des vendeurs de pommes par tonnes et des entreprises qui prétendaient les débarrasser des capricornes). En tout cas prêts à être des relais.

Tous restent néanmoins marqués par cette vague de cambriolages ; plusieurs présents ont été victimes ces derniers mois. « L’initiative est bonne, mais est-ce qu’on peut vraiment y faire quelque chose ? » nous a répondu une dame qui a vu la maison de ses parents cambriolée en novembre et n’a toujours pas réussi à retourner y mettre de l’ordre.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Delphine Givord, LeProgres.fr, 12 février 2013)

This entry was posted in La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.