[La guerre politique en Tunisie] L’État dévore la révolution ?

Les protagonistes : l’ancien régime, les islamistes et Hamadi Jebali

L’ANCIEN RÉGIME
Zied El Heni, journaliste et membre du bureau exécutif du Syndicat national des journalistes tunisiens a été entendu aujourd’hui par le juge d’instruction du 13e bureau au tribunal de première instance de Tunis Rappelons que sur la chaîne Nessma TV, le vendredi 8 février 2013, Zied El Heni avait déclaré avoir été contacté par une source sécuritaire qui lui aurait révélé l’implication du ministère de l’Intérieur dans l’assassinat de Chokri Belaid. Selon Zieh El Heni, le responsable de l’assassinat serait le directeur général des services spéciaux Mehrez Zouari, décrit comme l’homme fort d’Ennahdha au sein du ministère de l’Intérieur. (…)

Winston Smith, Nawaat

 

LES ISLAMISTES
Jaziri ministre du #TnGov pose la question « Qui a les épées ? » Vous avez le MI et la justice ya sillakhra!!! #9pm
[Traduction : Lors de l’émission politique « 9pm » sur la chaîne Attounisiya, Jaziri, ministre islamiste du gouvernement tunisien, pose la question : « Qui a les épées ? Vous avez le ministère de l’intérieur et la justice, espèce de merdeux !!! »]

@MorsiChaari, sur Twitter

 

HAMADI JEBALI
— En Tunisie comme en Égypte, le pouvoir islamiste est à l’épreuve. Comment l’analysez-vous ?
Ce n’est pas propre aux islamistes. Comment concilier la révolution, l’État et ses réalités ? La plupart du temps, cela échoue parce que l’État dévore la révolution. (…)

Propos recueillis par la journaflic Isabelle Mandraud, envoyée spéciale à Tunis (Le Monde)

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/JEBALI-A-LA-TRAPPE-.jpg

Les Amis de l’Internationale,
publié par Le Jura Libertaire, 12 février 2013

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites and tagged , , , , . Bookmark the permalink.