[Les Courtillières, Pantin] Comment accommoder le journaliste, ou La critique des médias en actes

« C’est notre cité. Vous avez 5 minutes pour dégager, sinon… »

Des journalistes en reportage dans la cité des Courtillières à Pantin ont été agressés et dévalisés. L’un des deux a porté plainte.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/0224.jpg

La cité des Courtillières à Pantin (Seine-Saint-Denis).

« Ici, c’est notre cité. Vous avez cinq minutes pour dégager, sinon on va vous faire mal. » Au moins, le message est clair ! La scène se déroule la semaine dernière à la cité des Courtillières à Pantin (93). Des journalistes des Inrockuptibles sont pris à partie par une bande et victimes de vol avec violences.

Dans un premier temps, un homme à bord d’une Audi blanche vient à leur rencontre. Aussitôt, le ton monte, les journalistes ne sont pas les bienvenus, leur fait-on clairement comprendre. Puis, selon un policier, tout dérape. Plusieurs individus, non cagoulés [sic – NdJL], portent des coups de poing à la mâchoire et au visage de l’un des journalistes, puis lui dérobent des documents personnels et sa carte de presse.

Pour l’heure, le journaliste agressé a porté plainte. La police de la sûreté départementale est saisie de l’enquête.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Armel Mehani, LePoint.fr, 28 janvier 2013)

This entry was posted in Critique des médias and tagged , , . Bookmark the permalink.