[Le peuple veut une nouvelle révolution] Interception et confiscation des convois de phosphate à Gafsa

Gafsa : Interception et confiscation des convois de Phosphate

Des citoyens ont procédé ce jeudi 17 janvier, à l’interception des camions transportant le phosphate, dans le centre ville de Gafsa. Ils ont par la suite déversé la charge de ces camions, en signe de refus de voir leurs richesses transiter par la ville pour aller renflouer les caisses d’autres régions et d’autres parties.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/023.jpeg

Les citoyens de Gafsa ont renouvelé leurs revendications d’un réel développement régional, comme ils ont contesté la nomination du nouveau PDG de la Compagnie des phosphates proche d’Ennahdha.

Publié par des ennemis de la révolution (Tunisie Numérique, 17 janvier 2013)

 

Le bassin minier se mobilise contre le changement à la tête de la CPG

Plusieurs gros camions-bennes ont déversé ce jeudi leur chargement de minerai de phosphate en plein centre-ville de Gafsa en signe de protestation contre le limogeage de l’ancien PDG du tandem Groupe chimique tunisien-Compagnie des phosphates de Gafsa, Kaïs Dali, et la nomination d’un nouveau haut responsable pour lui succéder en la personne de Tahar Khouaja.

La circulation en ville a été fortement perturbée par ce mouvement qui, selon plusieurs informations concordantes, ne ferait que commencer. Les syndicats du bassin minier avaient marqué leur opposition au changement de PDG immédiatement après la nomination du nouveau responsable. L’objectif déclaré en est de faire pression sur le gouvernement afin de l’amener à reconsidérer la décision annoncée mardi par le ministère de l’Industrie.

Publié par des ennemis de la révolution (Leaders.com.tn, 17 janvier 2013)

 

Sit-in des victimes du bassin minier de Gafsa devant l’ANC

Les 34 blessés de la révolte du bassin minier en 2008 accompagnés des familles des martyrs et des citoyens venus de Gafsa et des délégations d’Om Laârayess, Metlaoui et Redeyef se sont rassemblés, ce matin jeudi 17 janvier 2013, devant le siège de l’Assemblée Nationale Constituante au Bardo.

Les participants à ce sit-in de protestation revendiquent une reconnaissance officielle pour les quatre citoyens tués par les forces de l’ordre en tant que « martyrs de la nation » et appellent à la révision du décret-loi n°97 relatif à l’indemnisation des familles des victimes du bassin minier et inscrire leurs noms parmi les blessés et martyrs de la révolution tunisienne.

Publié par des ennemis de la révolution (JawharaFM.net, 17 janvier 2013)

 

Tunisie : les habitants du bassin minier exigent l’indemnisation de leurs martyrs tombés en 2008

Les habitants du bassin minier de Gafsa (province du sud-ouest tunisien) ont organisé jeudi matin une manifestation de protestation face au siège de l’Assemblée constituante à Tunis pour revendiquer l’intégration les martyrs de leur région dans le processus d’indemnisation des martyrs et blessés de la révolution tunisienne du 14 janvier 2011.

Les martyrs du bassin minier tunisien ont été tués par les forces sécuritaires sous l’ancien régime de Ben Ali en 2008 suite à des violentes agitations sécuritaires dans la province de Gafsa sur la base de revendications sociales liés au développement, à la lutte contre le chômage et la marginalisation régionale.

D’après les manifestants, ces incidents étaient la première étincelle de la révolution du peuple tunisien contre l’ancien président Ben Ali.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/014.jpeg

Le « Lion » du Bassin Minier, Adnen Hajji devant la #TnAC

« La région du bassin minier ne va jamais retrouver son calme et sa paix sociale avant la reconnaissance par l’actuel gouvernement du militantisme de nos martyrs et nos blessés », a déclaré le représentant du bassin minier et syndicaliste tunisien Adnen Hajji.

M. Hajji a ajouté que « la révolution s’est déclenchée en 2008 et on n’a pas l’intention de laisser tomber les droits des martyrs et blessés du bassin minier dont les noms devront être intégrés dans la loi relative à l’indemnisation des martyrs et blessés de la révolution tunisienne ».

Parallèlement à ce mouvement de protestation dans la capitale Tunis, une pareille marche a été organisée dans la ville de Gafsa où bon nombre de citoyens ont empêché le passage d’engins transportant du phosphate, en les obligeant à décharger leur produit en plein centre-ville précisément face au siège régional du mouvement Ennahdha (parti islamiste au pouvoir).

Publié par des ennemis de la révolution (Fan Weiping, Chine Nouvelle, 17 janvier 2013)

 

(…) Les protestataires ont réclamé également la libération des détenus, arrêtés lors des récentes protestations sociales.

Publié par des ennemis de la révolution (MosaiqueFM.net, 17 janvier 2013)

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.