[Argentine] Joyeux Noël ! Prenez tout, payez rien

[Bariloche] Le vrai visage du miracle argentin
11 ans après 2001, le retour des pillages dans les supermarchés

Au moment même où se déroulait la grande manifestation à Buenos Aires célébrant les 11 ans du 19 et 20 décembre, dates des protestations massives contre les politiques néo-libérales qui avaient entraîné la grave crise économique amenant le pays au défaut de paiement, des centaines de personnes ont dévasté des magasins et ont participé à de violents affrontements avec la police dans le sud de l’Argentine.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/12/0231.jpg

« Feliz Navidad, lleve todo pague nada » (Joyeux Noël, prenez tout payez rien)

Depuis de nombreuses semaines, la province de Bariloche est en ébullition suite aux coupes dans les plans sociaux décidés par le gouvernement provincial. Depuis quelques jours courrait le bruit que quelque chose de semblable aurait pu se passer : deux mois auparavant il y avait eu des affrontements entre les habitants des bidonvilles et la police locale, cette dernière étant bien connue pour son comportement extrêmement violent. Déjà la tension était vraiment élevée dans la région depuis 2010, depuis que lors d’une manifestation à Alto de Bariloche trois jeunes avaient été tués sous les balles tirées par la police anti-émeute. De plus la répression policière et judiciaire fut permanente ces deux dernières années à l’encontre des activistes qui n’ont jamais cessé de réclamer justice suite à ces événements.

Ce ne sont pas les coupes dans les budgets sociaux de la part du gouvernement qui risquaient de calmer les esprits : déjà depuis quelques jours, Omar Goye, le maire de la bourgade, avait demandé aux propriétaires de supermarchés de donner à quiconque en ferait la demande un paquet-cadeau contenant des aliments de base, certains de ces colis avaient commencé à être distribués pour calmer les choses.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/12/0525.jpg

Ce matin [jeudi 20 décembre], peu après 9h30, un groupe d’une centaine de personnes provenant des favelas adjacentes à la zone des centres commerciaux a affronté les forces de l’ordre après avoir pénétré dans un supermarché. En bref, la situation a dégénérée en une véritable révolte qui s’est déchaînée dans les rues de la ville obligeant la police à s’enfuir de la zone métropolitaine. Officiellement on ne compte aucun blessé, mais les supermarchés, les boucheries et les dépôts de marchandises pillés se comptent par dizaines. Bien que la propagande médiatique ait attribué les violences et les pillages à des bandes d’adolescents et à la criminalité organisée,  la composition sociale des prétendus “révoltés” se voit clairement à travers les images télévisées : il s’agit de familles entières, des femmes avec des enfants en bas âge serrant dans leurs bras des biens de première nécessité comme des pâtes et des paquets de gâteaux.

Voilà le vrai visage du miracle argentin.

Traduit de l’italien (dionisiaco&apollineo) par des camarades


Deux morts en Argentine après de violents pillages

VIDÉO – Le pays est en proie, depuis jeudi, à une série de violences visant les supermarchés. À Bariloche, près de la frontière avec le Chili, 400 gendarmes ont été envoyés en renfort.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/12/0137.jpg

VOIR LA VIDÉO

Des pillages de supermarchés ont éclaté jeudi à Bariloche, dans l’ouest du pays, Resistencia (nord-est), Rosario (centre-est) ainsi qu’à Campana et Zarate, deux villes situées dans la province de Buenos Aires. Matias Drivet, un responsable de la sécurité de la ville de Rosario, a annoncé ce vendredi la mort de deux personnes lors de ces attaques. L’une tuée par balles, l’autre à l’arme blanche.

À Bariloche, une ville de 50.000 habitants située près de la frontière avec le Chili, le gouvernement a envoyé quelque 400 gendarmes pour protéger un magasin de la marque Chango Mas.

Ces événements interviennent alors que les syndicats opposés au gouvernement ont manifesté mercredi pour la deuxième fois en un mois. Et le gouvernement n’a pas tardé à les accuser d’avoir organisé ces pillages.

« Des gouverneurs disent qu’il s’agit de groupes liés au syndicat des camionneurs », a lancé le chef du gouvernement, Juan Manuel Abal Medina, visant le responsable de la CGT dissidente, Hugo Moyano, un ancien allié passé à l’opposition.

Hugo Moyano a déclaré, lui, que « la population est dans le besoin », démentant que ces pillages puissent avoir été organisés. Plusieurs responsables ont toutefois relevé que les pilleurs prenaient rarement de la nourriture. « Ils prenaient des (télévisions) plasmas et des boissons et non de la nourriture », a affirmé Abal Medina. « Quelqu’un qui emporte un plasma n’est pas quelqu’un qui a faim », a renchéri le gouverneur de la province de Buenos Aires, Daniel Scioli.

Leur presse (Renaud Toffier, LeFigaro.fr, 21 décembre 2012)


Argentina looting spreads to Buenos Aires province

Argentine police have clashed with hundreds of people trying to loot a supermarket near Buenos Aires.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/12/0623.jpg

Police and looters clash in San Fernando Police fired tear gas and rubber bullets at looters in San Fernando

The incident took place in broad day light outside a Carrefour supermarket in San Fernando, in the outskirts of the capital.

Riot police used tear gas and managed to stop the attack. But in other parts of the country, supermarkets and shops have been looted.

The government says trade unions linked to the opposition are to blame.

« This has been orchestrated. Someone has started all this to create an atmosphere of fear, » said San Fernando mayor Luis Andreotti.

Argentine television showed images of people — many of them with their faces covered — throwing stones at the police and trying to break into shops and supermarkets.

The first looting incidents happened on Thursday in the southern resort city of Bariloche.

At least three supermarkets were looted there by more than 100 people, who left with electronics, toys, clothes and food.

Following a request from the provincial governor, the central government sent some 400 federal troops to Bariloche, in Santa Fe province.

Other attacks were registered overnight in the industrial cities of Campana and Zarate, in Buenos Aires province; Resistencia, in the north; and in Argentina’s third city, Rosario.

Two people were killed in Rosario as security guards tried to stop the looting.

At least 117 people were detained in Buenos Aires province and 128 in Santa Fe province, the authorities say. (…)

Leur presse (BBC.co.uk, 21 décembre 2012)

This entry was posted in General and tagged , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.