[Vive l’Azawad libre !] Le MNLA passe à l’offensive

Le MNLA fait subir une défaite cinglante aux terroristes du MUJAO et d’AQMI

La journée de vendredi a été marquée par de violents affrontements entre le MNLA et le groupe terroriste du MUJAO (Mouvement pour l’Unicité du Jihad en Afrique de l’Ouest) supporté par d’impressionnants renforts d’AQMI (Al Qaeda au Maghreb Islamique). Après des heures de combats d’une extrême violence, le MUJAO abandonne la ville d’Ansongo pour se replier sur Gao.

Les combats du Vendredi qui se sont soldés par d’importantes pertes humaines et matérielles dans les rangs des terroristes semblent avoir eu pour origine une embuscade tendue par le MNLA Jeudi dans la soirée dans le cadre de ses opérations de récupération de son territoire et de nettoyage de l’Azawad de toute présence terroriste.

C’est la mort d’un combattant de ce groupe terroriste dès les premiers coups de feu qui embrasa la situation. Immédiatement, d’impressionnants renforts terroristes d’AQMI et du MUJAO ont quittés les villes de Gao et de Tombouctou pour se rendre à Ansongo afin de préparer une revenge contre le MNLA.

Tôt ce matin, les renforts du MUJAO sont sortis d’Ansongo en direction de Ménaka. Mais ils n’ont pas eu le temps d’aller loin car le Colonel Machkanani, numéro 2 de l’état-major militaire du MNLA leur tendit une autre embuscade dont la violence dépasserait celles des batailles de Tessalit entre le MNLA et l’armée Malienne.

Après des heures d’intenses combats, le MUJAO a fait un « repli tactique » (c’est-à-dire une fuite dans le vocabulaire de l’armée malienne) pour retourner à Gao. À 18 heures GMT, notre envoyé spécial n’a pu nous fournir un bilan définitif des combats. Néanmoins, une dizaine de morts du MUJAO ont été perçu sur le terrain de combats et un plus grand nombre de blessés furent transportés à Gao pour des soins. Au moins deux voitures de l’organisation terroriste ont été saisies et quatre autres ont été calcinées.

Du côté du MNLA, seuls 6 blessés légers sont actuellement soignés à Ménaka. Côté matériel, une voiture qui a rencontré un problème mécanique sur le champ des combats a été détruite par le MUJAO.

Dans les prochaines heures, Ikhlou Ag Azzezen, envoyé spécial de Toumast Press à Ménaka fournira d’ample sur cette défaite cinglante du MUJAO.

Toumast Press (16 novembre 2012)


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° 37 – CTEA DU 17 NOVEMBRE 2012

ÉTAT DE L’AZAWAD
Unité – Liberté – Justice
CONSEIL TRANSITOIRE DE L’ÉTAT DE L’AZAWAD / C-T-E-A

L’offensive du MNLA contre les narco-terroristes

Le 16 novembre vers 10 heures du matin GMT, une colonne du MUJAO est tombée dans une embuscade du MNLA à Tagarangabotte, à 50 km à l’est d’Ansongo (sur l’axe Ansongo – Ménaka).

Cet affrontement s’inscrit dans l’offensive lancée par le MNLA depuis le 13 novembre à partir de ses positions de Ménaka. Les forces du MNLA se dirigent sur Gao, dont elles veulent reprendre le contrôle, afin de libérer la zone de l’emprise terroriste.

À la suite de l’embuscade du 16 novembre, les éléments du MUJAO ont été forcés à la retraite et le bilan de l’affrontement est le suivant :

Du côté MUJAO : plus de Vingt (20) morts, plusieurs dizaines de blessés dont des cas très graves (évacués à Gao) et trois (03) véhicules détruits ;

Du côté MNLA : neuf (09) blessés et un véhicule détruit. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer.

Fier du courage de ses hommes, le commandement du MNLA se réjouit de ce premier succès. Après avoir tout fait pour éviter une effusion de sang, il lui est apparu que l’adversaire prenait cette humanité pour de la faiblesse. C’est donc avec regret, mais détermination, qu’il a décidé de s’appuyer sur la force de ses armes pour faire valoir la justice et ramener la sécurité.

Le MNLA appelle tous les Azawadiens et la communauté internationale à se joindre au combat du MNLA pour bouter hors du territoire de l’Azawad les terroristes et les narcotrafiquants qui sont leurs principales sources de financement.

Nous rappelons qu’il ne s’agit pas d’une guerre Touaregs et Arabes contrairement à ce que certains médias diffusent insidieusement dans l’opinion publique.

La stratégie adoptée par le MNLA consiste à attirer les ennemis hors des villes pour éviter des pertes en vies civiles et la destruction des biens des populations.

Fait le 17 Novembre 2012

Moussa Ag Assarid
Membre du Conseil Transitoire de l’État de l’Azawad (CTEA)
Le Chargé de la Communication et de l’Information


Azawad : le MNLA dénonce la désinformation orchestrée par l’AFP

Mossa Ag Attaher, Coordinateur de l’Action diplomatique du MNLA/CTEA en Europe, dénonce la désinformation orchestrée par l’AFP. Le MNLA qui a fait subir de lourdes pertes au groupe terroriste du MUJAO est faussement présenté par l’Agence de Presse Française comme ayant été défait par le MUJAO, traduisant ainsi sa volonté de minimiser les actions du MNLA après l’avoir condamné au silence médiatique.

Le MNLA a tendu, hier, une embuscade aux terroristes du Mujao et a fait plusieurs morts dans leurs rangs. Cette opération a été menée dans le cadre d’une offensive visant à récupérer les régions occupées par les hordes terroristes comme annoncé par le MNLA, il y a de cela quelques jours par la voix du responsable à l’information du MNLA/CTEA, Moussa Ag Assarid.

Cependant, l’Agence de Presse Française, reprise par l’ensemble des médias français, à l’exception de RFI, « en attendant qu’ils changent bien sûr de journalistes » souligne Mossa Ag Attaher, détourne l’information et fait état, au contraire, de lourdes pertes dans les rangs du MNLA.

Mossa Ag Attaher, Coordinateur de l’Action diplomatique du MNLA/CTEA en Europe, a réagi à la manipulation scandaleuse de l’information par certains médias français, principalement l’AFP, reprise en boucle par France 24 et, curieuse coïncidence, par la version qatari d’Aldjazira.

Rappelons que dès le début du déclenchement des opérations militaires du MNLA, en vue de reconquérir le territoire de l’Azawad, légué en 1958 à Bamako par l’administration coloniale française, certains médias français, et en particulier l’AFP, se sont tracé comme ligne de conduite une désinformation insidieuse qui présentait d’abord les touaregs du MNLA comme des islamoterroristes puis comme un groupe insignifiant ne méritant aucune couverture médiatique à l’inverse des groupes terroristes du MUJAO, d’Ansar Dine et de l’AQMI dont ils assurent, dans les faits, la promotion médiatique.

Nous reproduisons la déclaration du MNLA dans son intégralité.

« La version de France 24 et de l’AFP (reprise par l’ensemble des médias français à l’exception de RFI en attendant qu’ils changent bien sûr de journalistes) des combats qui nous ont opposé hier aux hordes terroristes est honteuse !

Nous savons la tendance partisane qui habite l’AFP qui fait et défait l’opinion en la manipulant et va jusqu’à inverser les victoires du MNLA en les attribuant aux hordes terroristes, contre qui la communauté internationale est censée être en guerre.

Visiblement cette manipulation de l’information ne vise qu’à légitimer la hasardeuse intervention militaire dont apparemment ils ne maîtrisent ni les enjeux, ni les conséquences !

Pour parvenir à leurs fins, sont-ils prêts à faire sur un média public français les éloges de ceux qui détiennent leurs otages, violent, détruisent le patrimoine de l’humanité et pire encore ?

Nous rappelons que le correspondant de l’AFP à Bamako constitue le meilleur attaché de presse du terrorisme international au détriment des combats démocratiques et légitimes comme celui du MNLA !

La lutte du MNLA et ses victoires vont continuer et s’enchaîner que certains médias français le veuillent ou pas !

Vive le MNLA
Vive l’Azawad libre et indépendant
La lutte continue

Mossa Ag Attaher
Coordinateur de l’Action diplomatique du MNLA/CTEA en Europe »

SIWEL (17 novembre 2012)


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° 38 – CTEA DU 18 NOVEMBRE 2012
Mise au point

Le 17 novembre, des informations erronées, et préjudiciables pour le MNLA, ont été publiées dans la presse s’inspirant d’une dépêche diffusée par l’AFP.

Nous confirmons les informations de notre communiqué N°37 et la victoire remportée par les hommes du MNLA contre ceux du MUJAO à Tagarangaboïte, le 16 courant. Nous démentons avoir eu des morts mais déplorons uniquement des blessés (9). Nos troupes ne se sont pas enfuies. Ce sont au contraire les narco-terroristes du MUJAO qui ont pris la fuite avec leurs blessés. Les dernières informations font état de 55 morts et plus d’une centaine de blessés côté MUJAO.

La désinformation proviendrait des sources sécuritaires maliennes. Nous appelons la presse à la plus grande vigilance et à une meilleure concertation avec nos correspondants chargés de la communication. Il y va de la crédibilité des médias.

Fait le 18 novembre 2012

Moussa Ag Assarid
Membre du Conseil Transitoire de l’État de l’Azawad (CTEA)
Chargé de la Communication et de l’Information

Contact


(…) Sur le terrain, des sources locales nous ont affirmé que l’opération menée par le MNLA contre le Mujao a poussé les membres de ce groupe à prendre la fuite vers la ville de Gao, où le gros de ses troupes y est installé. « C’est pratiquement une guérilla du désert qui s’opère actuellement. Les troupes du MNLA sont en train de pourchasser les terroristes qui ont pris la fuite après la défaite qu’ils ont essuyée. Nous avançons doucement vers Gao, où nous savons qu’ils ont leurs effectifs et leurs relais. Notre soutien sur place est la population. Nous espérons qu’elle n’aura pas à subir des dommages collatéraux. Pour cette raison, nous faisons tout pour pousser les terroristes à quitter la ville », a expliqué un officier du MNLA, à Ansongo, joint par téléphone. (…)

Leur presse (Salima Tlemçani, ElWatan.com, 18 novembre 2012)

This entry was posted in General and tagged , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.