[Chronique de Youv derrière les barreaux] « Ton silence te rend complice de ta propre souffrance »

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/0513.jpg[15 mars 2012]
Partie : Femmes battues

Femmes battues

Beaucoup trop de femmes servent de punching-ball à leurs hommes cette triste réalité m’a inspiré ceci :

Par amour

Ne me parle pas d’amour s’il te plaît OK ? Une gifle suivie d’un silence puis une rafale de coups pleuvent ton fils comme bouclier humain mais dans sa folie il ne voit rien et toi aussi car il t’a mis l’œil au beurre noir donc me parlez pas d’amour s’il vous plaît, ouais ouais ouais il ose te dire qu’il t’aime après t’avoir piétinée le pire dans tout ça c’est que tu l’as cru et tu es restée, il te cogne matin midi et soir ton drame est devenu routine.

T’en viens même à croire que tu mérites ces coups de poing tu lui trouves des excuses frustré par sa médiocrité ton homme te fait subir un vrai calvaire alors que dehors avec ses potes c’est une vraie victime pas un mot plus haut que l’autre, en public au-dessus de tout soupçon c’est le gendre idéal quand tes proches te demandent d’où te viennent toutes ces marques sur ta peau tu leur mens tu protèges ton bourreau tu es devenue sa prisonnière sa chose sans valeur qu’il souille à sa guise. Ton silence te rend complice de ta propre souffrance. « Qui ne dit mot consent » c’est pas toujours vrai je le sais mais ça ne l’oublie jamais.

Certains te diront qu’il va changer avec le temps je suis sûr qu’ils ne subissent pas le quart du cauchemar d’une femme battue.

Il n’existe rien de pire au monde que d’être détruit par celui que t’aimes. Tu es prête à tout pour lui et lui aussi la preuve il est capable même du pire pour te le prouver il te donne des coups de ceinture il rentre ivre-mort et toi tu es déjà dans ton lit en sanglots en imaginant la prochaine raison de sa colère, pourquoi tu restes avec lui ne me dis pas que tu as peur car de toute façon des coups il va t’en donner, des fois tu arrives même à le trouver adorable et gentil pfff tu n’es pas rancunière t’as déjà oublié les coups de godasse en pleine tête qu’il va te mettre ce soir je ne dis pas que c’est facile de fuir mais pourquoi protéger un homme qui te détruit à petit feu ? Beaucoup de femmes se reconnaîtront dans ce texte j’aurais pu axer mon écrit sur les hommes qui battent leur femme et les critiquer pendant des heures mais j’ai préféré placer mon texte comme un miroir devant toutes ces femmes qui morflent au cœur de leur foyer pour qu’elles ouvrent les yeux et comprennent que l’amour est incompatible avec les coups il a beau te dire qu’il t’aime jusqu’aux étoiles ça sonne faux.

Suis mon dernier paragraphe attentivement si tu y arrives.

Une tasse se brise à tes pieds une chemise mal repassée et un bruit sourd claque sur ta joue une larme coule de tes yeux et te voilà sous ses semelles de lâche tu n’as rien fait mais c’est déjà trop. Tout est prétexte pour [qu’il] se vexe pas assez de kleenex tu éponges tes yeux gonflés avec des serviettes tétanisée tu es son objet son sac de frappe prisonnière d’un amour douloureux tu encaisses sans même te plaindre derrière les princes charmants des fois se cache le pire des crapauds je ne fais pas le moraliste mais j’ai un conseil à donner à toutes ces femmes qui tombent sous les coups de leur lâche compagnon si votre homme vous cogne prenez la fuite sans scrupule sauvez votre peau déjà marquée par la douleur et les bleus au-delà des coups il vous a marquée à vie.

Donc ne me parlez pas d’amour quand ça cogne si tu as le courage de le quitter ne vois pas en cet acte une défaite mais une grande victoire.

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle and tagged , . Bookmark the permalink.