[Gafsa] Vive la vraie révolution ! À bas Ennahda et ses chiens !

Décès de Nasr Ben Amor à Gafsa : Réactions à chaud de Adnène Hajji

Suite au décès de Nasr Ben Amor, hier au soir à l’hôpital régional de Gafsa, et vu que le défunt était en grève de la faim devant le siège du Groupement Chimique Tunisien, entreprise d’où il avait été renvoyé. TunisieNumérique a contacté l’activiste Adnène Hajji, « Le lion des mines » de son surnom, qui a bien voulu nous donner son opinion de l’affaire qui risque d’embraser toute la région.

Pour Adnène Hajji, Gafsa vit dans une situation de « non-État » où l’État n’existe pas et le gouvernement en est absent, ou, au mieux, gère les affaires régionales par du mépris et de l’indifférence (Hogra).

Adnène Hajji déclare que la ville est actuellement calme, mais prévient qu’il s’agit du « calme qui précède la tempête ». Il avertit le gouvernement que s’il ne veut pas s’occuper de la région,  « c’est la région qui va s’occuper de lui » !

En attendant, il déclare que la région reste calme pour « économiser son énergie » !

Ça promet !

Commentaires choisis :

Lotfi Miled
Ce gouvernement est avverti à l’avance : Ou tu te bouges ou je te bouges. « Un homme avverti en vaut deux… » Attention à la tempête du désert.

Saladin Ayari
Vive la vrai révolution à bat Ennahda et ces chiens.

Publié par des ennemis de la révolution (Tunisie Numérique, 9 octobre 2012)

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites, La révolution tunisienne and tagged , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to [Gafsa] Vive la vraie révolution ! À bas Ennahda et ses chiens !

  1. A.D. says:

    Mort aux vaches : c’est-à-dire aux « falsches »= aux « faux », selon l’étymologie de Becker-Ho.
    « Ils ont des chiens parfois, compagnons de misère… » Les poètes : L.Ferré.

  2. Mort aux vaches ! says:

    « Combien y a-t-il d’hommes qui ont du rapport aux chiens ! Ils détruisent leur espèce ; ils chassent pour le plaisir de celui qui les nourrit ; les uns suivent toujours leur maître, les autres gardent sa maison. Il y a des lévriers d’attache, qui vivent de leur valeur, qui se destinent à la guerre, et qui ont de la noblesse dans leur courage ; il y a des dogues acharnés, qui n’ont de qualité que la fureur ; il y a des chiens, plus ou moins inutiles, qui aboient souvent, et qui mordent quelquefois ; il y a même des chiens de jardinier. »
    La Rochefoucault, « Réflexions diverses » : « Du rapport des hommes avec les animaux »

  3. A.D. says:

     » ces chiens. »Quoi les chiens ?
    Quelle manie de traiter d’animaux des politicien/nes, les policiers/ères, etc…
    Enhada sont des politiciens, les policiers sont policiers, c’est suffisant pour les enguirlander.

Comments are closed.