[Chronique de Youv derrière les barreaux] « On est morts dans le film avant le début du tournage, on devait être que des simples figurants on a opté pour le premier rôle, ils n’étaient pas d’accord ils nous ont crevé les pneus on a fini sur la bande d’arrêt d’urgence à force de rouler sur les jantes LOL »

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/0513.jpg[1er décembre 2011]
Partie surprise bonus inclassable

Ma vie en ruines je me suis fait exploser dans une salle des coffres, regard noir cagoule sur le visage, une profonde inspiration puis je fonce je fais irruption dans la caverne d’Ali Baba une dizaine de coffres à vider, ce que je savais pas c’est que je venais de commettre le plus gros affront que l’on pouvait faire à ce système, je le comprendrai plus tard dans la fosse aux lions… en cour d’assises, j’avais osé toucher à leur oseille blasphème ils auraient été plus cléments si j’aurais violé ou commis des attouchements sur leur enfant, p’tit renoi dans le box des accusés à force qu’ils me disent que j’suis un monstre j’aurais pu finir par le croire à force si dans les yeux de ma mère au parloir y avait [pas] toute cette tendresse j’ai séché ses larmes avec les manches de mes pulls, l’addition était salée ils m’ont mis une peine éliminatoire un tsunami dans la vie d’un jeune de 20 ans ils m’ont fait porter un costume beaucoup trop grand pour le petit Oumar de Mantes-la-Jolie, le rêve a pris fin sous la semelle de dix keufs de la BRB qui m’ont foudroyé à coups de talons, j’rêve plus d’apothéose le lionceau a grandi derrière les barreaux entre chats et corbeaux j’compte plus mes nuits blanches les dents serrées car loin très loin était le million d’euros que la rue m’avait promis, elle m’a mis une grosse carotte pourtant j’étais le premier d’la classe le plus assidu à ses cours, c’est pour ça qu’ils m’ont condamné à une peine d’homme préhistorique LOL.

MES RÊVES JE LES AI LAISSÉS À LA FOUILLE DE LA PRISON JE LES RÉCUPÉRERAI LE JOUR DE MA SORTIE INCHALLAH.

On finit par s’habituer à la tragédie quand elle se répète pendant des années, j’ai fait un tour des profils sur le Net des mecs avec qui j’ai grandi y en a qui se sont mariés d’autres morts tués par le shit et l’alcool mais ils ne le savent pas encore la faucheuse de Babylone ne prévient pas elle vient elle te balaye même pas elle te laisse tirer une dernière latte de joint de iha « que Allah les facilite » j’ai pleuré des larmes de sang qui ont coulé à l’intérieur j’me suis construit assis sur une grenade dégoupillée poussé par la détermination de vouloir sortir des sous-sols du ghetto, j’ai trop bougé donc la grenade a explosé m’a amputé de dix ans d’une vie inrattrapable, pas grave j’leur laisse cadeau car le plus important c’est pas la chute mais l’atterrissage, ma vie est un éternel recom­mencement j’arriverai sur la ligne d’arrivée même avec un point de côté j’lâche pas.

QUAND J’ME REGARDE JE M’INQUIÈTE ET QUAND J’ME COMPARE J’ME RASSURE.

Qui va bouger pour toi si toi-même tu fais rien pour te sortir de ta salade ? On est morts dans le film avant le début du tournage, on devait être que des simples figurants on a opté pour le premier rôle, ils n’étaient pas d’accord ils nous ont crevé les pneus on a fini sur la bande d’arrêt d’urgence à force de rouler sur les jantes LOL vaut mieux en rire qu’en pleurer j’en ris, alors mais cela n’estompe pas la douleur elle le cache seulement.

L’ENCRE DE MA PLUME VIENT DES BAS-FONDS DE LA BANLIEUE PARISIENNE PUISE SON INSPIRATION DES PORTES QUI CLAQUENT OÙ TOUS LES JOURS SE RESSEMBLENT OÙ LA FOLIE EST À CHAQUE COIN DE PROMENADE.

Il fallait une pelleteuse pour déterrer mes angoisses ma cité pour bouc émissaire, j’ai dansé sur des braises pour des euros j’ai joué à la roulette russe le barillet plein un suicide pour certains un acte de bravoure pour d’autres, mais bon chacun son histoire on f’ra l’addition plus tard j’m’en suis sorti in extremis j’aurais pu me radicaliser finir en marge totale du système c’était une impasse un choix pour moi coriace, mais l’amour des miens m’a aidé à claquer la porte de l’illicite.

MA PLUME C’EST TOUT C’QUE J’AI SI J’LA PERDS J’PERDS TOUT C’QUE J’AI.

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle and tagged , . Bookmark the permalink.