[Mort aux El-Assad et à tous leurs complices !] « Ainsi beaucoup de productions locales quittent le marché pour se retrouver dans un circuit parallèle, clandestin et gratuit »

La société syrienne mobilisée pour faire vivre la révolution

Sous le titre « Activisme civil. La société syrienne mobilisée dans son ensemble », Ilham Al Issa, jeune activiste de la région de Damas, propose aux lecteurs intéressés par la situation en Syrie un témoignage concret et de première main sur l’implication de diverses couches et catégories de la population syrienne dans le soutien à la « révolution contre Bachar Al Assad ».

Traduit par Jihane Al Ali pour le site internet À l’encontre, ce texte offre une illustration concrète des éléments figurant dans l’article « Syrie, 2011. D’une société atomisée à une révolution organisée et citoyenne », déjà présenté sur ce blog. L’atomisation de la société syrienne y a fait elle aussi l’objet d’un article spécifique.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/09/145.jpg

Clinique clandestine

L’affrontement militaire, qui fait la une des médias internationaux, laisse dans l’ombre l’ampleur de la mobilisation civile, y compris celle sans laquelle la résistance armée, face à la dictature, serait impossible. Il est donc important de décrire ce type de résistance depuis l’intérieur pour le diffuser en dehors de la Syrie.

Après une année et demie de révolte contre le régime dictatorial du clan Assad, l’activisme civil en Syrie a dû s’adapter aux diverses formes de répression, à l’évolution de la situation sur le terrain et à l’urgence. Il s’est aussi spécialisé avec une répartition des tâches plus précise parmi des activistes toujours plus nombreux et divers : hommes, femmes, de toutes origines sociales et confessionnelles, malgré les risques encourus.

Dans le domaine dit humanitaire, la principale activité consiste actuellement à loger des familles ou des personnes en danger. Celles-ci ont la plupart fui la répression ou les zones de combat. Pour eux, il faut louer des appartements ou trouver des familles d’accueil, nourrir les familles, assurer leur habillement, les couches pour les enfants et les aliments pour bébés…

À Damas et sa région ceux qui détenaient une carte d’identité indiquant Homs comme origine avaient droit à un panier alimentaire quotidien du Croissant-Rouge, il y a encore quelques mois. Maintenant, après que des associations relais ont été désignées par les autorités pour se charger de ces distributions, les familles n’osent plus se présenter pour obtenir l’aide qui leur est octroyée et les paniers sont distribués aux mauvaises personnes… Ces associations sont en effet soupçonnées d’être infiltrées par les services de renseignement du régime. Un réseau parallèle, issu de la révolution, se charge donc de financer, préparer et distribuer d’autres paniers alimentaires aux personnes réellement déplacées de Homs qui sont dans le besoin.

L’activisme militant et politique reste quant à lui le domaine le plus secret et le plus dangereux. Des groupes clandestins se sont constitués et ont mis en place des systèmes de communication pour se donner des signaux par Internet indiquant les rendez-vous des manifestations « volantes ». Ces démonstrations pacifiques ont encore lieu quotidiennement dans la plupart des quartiers et banlieues, malgré la répression. Elles se déroulent dans le plus grand secret, par surprise et très rapidement. Le temps de filmer les slogans, faire passer le message dans le quartier mais aussi sur la Toile et garder la mobilisation active.

Certains produisent des tracts ou des journaux, les impriment et les distribuent. Parfois les journaux émanent simplement d’initiatives individuelles… d’autres sont édités par des groupes qui se sont organisés et qui ont des parutions plus au moins régulières. Des dizaines de titres circulent actuellement sur la région de Damas. Ils traitent tous, exclusivement, de la révolution et de la situation du quartier, de la ville ou de la région. Ils ne sont, pour la plupart, liés à aucun parti ni organisme, mais sont l’émanation de simples citoyens et citoyennes engagés dans la contestation et avides de s’exprimer après quarante années de silence forcé.

La distribution se fait de nuit ou de jour selon qu’il s’agisse de quartiers calmes ou surveillés de près, en suivant des stratagèmes toujours plus inventifs pour ne pas éveiller les soupçons. Les femmes jouent évidemment un rôle très important dans tous les déplacements, puisqu’elles bénéficient d’une marge de manœuvre bien plus grande que les hommes. Il existe pourtant maintenant des barrages de l’armée exclusivement dévolus à l’arrestation des femmes et à leur fouille minutieuse, comme à Qudsaya dans la banlieue de Damas, dernièrement.

Certains activistes se sont spécialisés dans les médias. Il s’agit pour eux de faire le travail des journalistes étrangers ou indépendants qui n’ont pas accès au terrain, puisque interdits de séjour par le régime, et de témoigner. Journalistes citoyens, ou simples filmeurs de vidéo… chaque quartier en compte un certain nombre, mais peu sont ceux qui couvrent plusieurs quartiers. En effet, les déplacements avec matériel, même de petite taille, sont extrêmement risqués. L’armée et les forces de l’ordre traquent en tout premier lieu chaque personne susceptible de faire sortir l’information vers l’extérieur du pays. Par conséquent ceux qui passent d’un quartier à l’autre se mettent particulièrement en danger et mettent en danger les personnes qu’ils filment.

Par ailleurs, chaque brigade de l’ASL (Armée syrienne libre) compte en son sein plusieurs membres qui se consacrent exclusivement à l’information et à la communication. Ceux-là ne sont armés que de caméra.

Par conséquent, un large réseau de militants/militantes s’occupe de fournir du matériel de communication simple et léger à ces activistes de l’information, qu’ils soient dans les quartiers ou au sein d’une brigade ASL : caméra, ordinateurs, téléphones… etc. Ces équipements, non sophistiqués, sont achetés en Syrie par les activistes grâce aux dons ; le peu de vie économique encore en cours fonctionne ainsi pour moitié grâce à la révolution et ses besoins !

La frontière entre résistance armée et activisme civil reste mince dans ces conditions.

Bien souvent, l’ASL est l’héritière des Tansiquiyat (coordinations locales qui organisaient la contestation pacifique, encore actives dans certains quartiers). Ainsi à Mazzeh (au sud-ouest de Damas) la coordination est restée secrète et organisait les grandes manifestations de 2011 dans ce grand quartier de Damas, sans que personne ne sache qui la composait. Quand ses membres ont décidé de prendre les armes, ils sont apparus masqués, armés… reconnus par certains et victimes de délation. Ils sont pour la plupart morts, tués ou torturés par les services du régime, à l’heure qu’il est.

C’est donc très logiquement qu’une part de l’activisme civil s’est tourné vers le soutien à la résistance armée. Aider au déplacement des combattants, faire passer leurs messages et surtout effectuer le lien avec les acteurs du domaine médical afin de déterminer, entre autres, où envoyer les blessés, dans quels hôpitaux. Où et comment ériger les cliniques clandestines ? Quel chemin emprunter pour éviter les barrages de l’armée régulière ? Sachant que les blessés civils sont la plupart du temps arrêtés, voire achevés, quand ils sont repérés par les forces de sécurité.

À partir du moment où le nom d’un activiste est connu des services du régime, il ne peut plus se déplacer et doit vivre caché, terré. C’est pour cette raison que des activistes civils se décident bien souvent à prendre les armes et à rejoindre l’ASL, car une fois recherchés par les forces de sécurité, ils risquent la pire des tortures et bien souvent la mort. Ils n’ont alors plus que le choix des armes pour continuer à agir pour la révolution.

Les familles de déplacés à l’intérieur du pays comptent très peu d’hommes : ils sont soit à l’ASL, soit en fuite. Ceux qui restent avec leurs familles doivent vivre cachés pour la plupart. Très peu travaillent et nourrissent des familles nombreuses, des familles élargies. D’autres n’ont pas de sources de revenus et finalement se consacrent exclusivement au soutien civil à l’ASL.

Le domaine médical est celui dont les activistes sont le plus exposés aux dangers immédiats puisque leur activité est essentiellement liée aux zones de répression ou de combats et à l’évacuation des blessés. C’est parmi eux que l’on compte le plus de morts et de blessés.

Les dons concernant le domaine médical proviennent essentiellement des ONG internationales qui envoient de l’argent clandestinement ou parfois tout à fait officiellement grâce à certaines complicités. Il est en effet difficile d’empêcher un hôpital d’être solidaire avec la population: même dans les hôpitaux de l’État, le personnel travaille en parallèle, clandestinement, à soigner les blessés.

Ainsi des patients sont soignés dans les structures d’État ou privées, gratuitement, qu’il s’agisse de blessures directes ou de maladies chroniques de personnes déplacées, etc.

Avant la révolution le système de santé en Syrie était gratuit pour tous, mais gangrené par la corruption, le système connaissait des failles terribles dans son fonctionnement. Aujourd’hui il est devenu réellement gratuit pour la population en souffrance bien que de manière cachée et au risque et péril du corps médical, surveillé de près par un appareil répressif ne reculant devant rien.

En effet le régime n’a pas hésité à Homs à entrer dans les hôpitaux, à achever blessés et malades, à arrêter ou tuer les médecins, à torturer des blessés… etc. La politique de la terreur, sous toutes ses formes, n’a fait qu’inciter encore plus la population à s’engager dans la résistance.

Les problèmes les plus importants concernent les déplacements, quels que soient les niveaux ou domaines de l’activisme civil en Syrie. Les barrages de sécurité érigés par le régime quadrillent intensément certaines zones ou régions. Une bonne part de l’énergie de tous est dépensée à éviter ces barrages en les repérant afin de pouvoir les contourner ou les passer dans des conditions moins dangereuses. La diversité d’origine des activistes crée la possibilité d’un éventail assez large d’actions, sans pour autant pouvoir éviter l’implacable répression quand elle s’abat. Quant à la communication entre les groupes et pour coordonner les opérations, elle est aléatoire en fonction des connexions internet. Mais elle reste possible.

Enfin, toutes ces activités sont financées par des dons essentiellement en provenance de l’intérieur ou de la diaspora syrienne à l’extérieur. Les classes moyennes n’ont plus de quoi donner après une année et demie de « ralentissement » de l’activité économique. Ce sont maintenant des fractions des classes supérieures qui se mobilisent : commerçants, hommes d’affaires importants, gros exploitants. Par exemple, dernièrement, on a assisté au don de la totalité de la production de la saison d’une très grande exploitation agricole ! Ainsi beaucoup de productions locales quittent le marché pour se retrouver dans un circuit parallèle, clandestin et gratuit. Ainsi la moitié de la production d’une usine de vêtements entre actuellement dans ce circuit. La mobilisation est dans ces cas-là verticale : patrons et employés sont impliqués ; l’entreprise ou l’exploitation se consacre alors entièrement à la révolution.

L’activisme civil dépend des dons de tous pour survivre et continuer sa lutte pour une Syrie libre et démocratique. Il fait face à un appareil répressif implacable. Des hommes et des femmes tombent chaque jour en essayant d’agir par des moyens souvent très modestes. Le peuple syrien tient bon, malgré l’horreur, mais a besoin de la solidarité internationale pour continuer sa lutte et survivre : une solidarité morale et politique, mais aussi matérielle, financière et médicale.

Leur presse (Ignace Leverrier, blog du Monde Un œil sur la Syrie, 21 septembre 2012)

Ce contenu a été publié dans La révolution syrienne, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à [Mort aux El-Assad et à tous leurs complices !] « Ainsi beaucoup de productions locales quittent le marché pour se retrouver dans un circuit parallèle, clandestin et gratuit »

  1. Encore et toujours plus de massacres en Syrie
    Solidarité avec le prolétariat en lutte

    Au début du mois de février 2012, nous avons publié un tract en plusieurs langues pour adresser notre salut internationaliste aux prolétaires en lutte en Syrie, Égypte, Tunisie,… et partout dans le monde ! Ce tract participait du mouvement de commémorations en Syrie du trentième « anniversaire » du soulèvement dans la ville de Hama et de sa terrible répression.

    Mais, au moment même où les prolétaires continuaient de descendre massivement dans les rues et d’occuper les places publiques des différentes villes et villages de Syrie contre la dégradation de leurs conditions de vie, contre l’exploitation et contre la répression, au moment même où ils se souvenaient également de ce terrible massacre de 1982 et organisaient des cortèges pour honorer la mémoire de leurs frères et sœurs de lutte assassinés, l’État syrien planifiait une nouvelle offensive meurtrière et une réponse implacable afin de tenter d’étouffer la rébellion qui se développe actuellement. Quasiment trente ans jour pour jour après le soulèvement dans la ville de Hama, l’armée syrienne a brutalement bombardé à l’artillerie lourde la ville de Homs, ville symbole de la rébellion des prolétaires aujourd’hui, faisant plus de 260 morts en une seule journée. L’armée syrienne et les milices étatiques en ont fait le siège pendant près d’un mois, affamant ses habitants, pour finir par écraser les derniers insurgés au combat dans le quartier de Bab Amr.

    Depuis lors, les manifestations de colère n’ont fait que s’intensifier, les prolétaires continuent d’exprimer leur mépris envers ce régime sanguinaire et cette société de misère. Rien ne semble plus arrêter notre classe, ni la faim, ni les arrestations, ni les tortures, ni les bombardements, ni l’indifférence du monde, ni la mort… Depuis plus d’un an et demi, jour après jour, le mouvement de notre classe se développe, les soldats désertent les rangs de l’armée bourgeoise par milliers, forment des réseaux, s’allient avec d’autres groupes de prolétaires « civils » qui s’arment contre la répression, qui défendent les manifestants dans les rues. Qui donc pourrait mettre en doute l’importance d’un tel phénomène ? Depuis quand des prolétaires se sont-ils ainsi affrontés aussi longuement contre des forces étatiques qui déploient toute l’étendue des moyens capitalistes pour réprimer et contrer un soulèvement ? Depuis quand la force des contradictions sociales ont-elles si puissamment déchiré la société pour que tant de soldats, de prolétaires sous l’uniforme, rompent ainsi les rangs et se joignent à leurs frères et sœurs de classe ?

    A partir du 15 juillet, le mouvement a exprimé un saut qualitatif dans l’affrontement dans le sens où les insurgés se sont rapprochés des appareils centraux du pouvoir, tant au niveau politique qu’économique et militaire, à travers le double soulèvement dans les quartiers ouvriers des villes de Damas et Alep. Rapidement, la capitale a été semble-t-il reprise par les forces étatiques, bien qu’encore aujourd’hui plusieurs quartiers soient incontrôlés par ces dernières. Le soulèvement d’Alep semble perdurer malgré le fait que les insurgés aient été obligés de se retirer de plusieurs quartiers où ils étaient fortement implantés (ex : le quartier de Salaheddine).

    Cette guérilla quotidienne qui est menée contre l’armée syrienne, les milices gouvernementales et leurs tortionnaires, l’exécution de dignitaires du régime baasiste, les objectifs pris pour cibles par les déserteurs et les groupes armés (que ceux-ci agissent ou non sous le label « Armée Syrienne Libre »), sont la matérialisation objective d’un prolétariat en lutte, qui doit s’organiser contre toutes les fractions bourgeoises qui tentent de restaurer l’ordre et la sécurité capitalistes dans la région. Il est encore difficile de juger de l’autonomie de notre classe par rapport à ces forces bourgeoises qui essayent d’encadrer notre colère contre l’exploitation et la répression. Fondamentalement, les actes de sabotages, les attentats, les manifestations « sauvages » (le prolétariat ne demande aucune autorisation pour exprimer sa rage de classe), les occupations, les grèves ne sont pas le fait d’islamistes, de nationalistes ou de « militants pro-démocratie », comme nous le claironne le discours dominant qui veut absolument enfermer la lutte de notre classe dans un simple changement de régime ou de politique.

    Et c’est ici que tout va se jouer… Les prolétaires, de fait (et peu importe à ce niveau la conscience qu’ils ont ou non de ce qu’ils sont socialement déterminés de faire), doivent s’opposer à toutes les fractions mondiales du capitalisme, en tant que contradiction mortelle de celui-ci. Mais auront-ils la force de rejeter l’islamisme radical, le nationalisme ou le parlementarisme, qui dès aujourd’hui s’expriment comme forces matérielles d’encadrement de notre mouvement ? Nos frères et sœurs en lutte en Syrie auront-ils la force de ne pas s’embourber dans une guerre populaire de libération nationale ?

    S’il n’y a pas d’extension du mouvement, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières, si c’est la répression qui l’emporte, alors les différentes structures de lutte dont les prolétaires se sont dotés (comités de coordinations, réseaux de déserteurs, groupes armés…) ne peuvent que s’institutionnaliser comme fractions d’opposition au régime.

    La réponse ne viendra pas du seul prolétariat en Syrie qui, tant qu’il restera aussi dramatiquement isolé, aura bien du mal à ne pas finir dans les bras de l’une ou l’autre des fractions bourgeoises qui tentent de l’enrôler comme chair à canon sous une de ses bannières. Tout dépend avant tout du rapport de force entre prolétariat et bourgeoisie au niveau le plus global, au niveau mondial. Pour que ces massacres en Syrie cessent, pour que les prolétaires en Syrie ne tombent pas dans les pièges bourgeois, il est nécessaire que nos frères et sœurs de classe à travers le monde réagissent, s’agitent, s’organisent et commencent sérieusement à lutter contre ce monde de misère, pour la satisfaction de leurs besoins, contre leur propre exploitation, contre leur propre bourgeoisie, pour la satisfaction des besoins de l’humanité…

    Non seulement il y a aujourd’hui encore trop peu de luttes prolétariennes importantes au niveau international, mais en plus l’isolement du prolétariat en Syrie est renforcée par l’occultation idéologique systématique de tout ce qui s’y passe. La bourgeoisie mondiale s’assure que dans le monde on ne parle pas de lutte prolétarienne ni de révolution en Syrie, mais bien de chaos, d’islamistes, ou encore de « lutte pour la démocratie »… Il suffit de voir comment les médias parlent de « l’alternance démocratique » dans certains villages et villes « libérés » (par exemple Azzaz, au nord d’Alep) où de « nouveaux » conseils municipaux, de « nouvelles » unités de police, de « nouveaux » tribunaux sont mis en place pour maintenir l’ordre des affaires… La paix sociale internationale pèse d’un terrible poids sur le mouvement du prolétariat en Syrie qui a besoin d’étendre la lutte internationalement. Mais il ne trouve ni l’appui ni la compréhension nécessaire auprès du reste du prolétariat mondial (sauf peut-être dans certains pays de la région comme la Tunisie, l’Égypte, etc.) qui, abruti par la campagne internationale de la bourgeoisie, ne se reconnaît pas dans la lutte de ses frères et sœurs de classe en Syrie, et imagine encore moins la force réelle des ruptures qui y ont lieu.

    C’est la tâche du prolétariat mondial et de ses minorités agissantes de briser l’isolement dans lequel est plongé notre classe en Syrie et de faire ainsi apparaître, de faire exploser au grand jour, le contenu puissamment universel de la lutte du prolétariat en Syrie, comme de toute lutte de notre classe, qui est avant tout, et contre les mensonges et déformations de la contre-révolution, non pas une lutte pour la démocratie, pour la nation ou pour l’islam, mais bien une lutte POUR LA VIE, contre la misère et l’exploitation…

    La lutte pour la vie, pour une société sans classes, sans États et sans exploiteurs, passe par l’élimination de toutes les fractions bourgeoises qui gèrent notre quotidien et nous maintiennent dans la misère : les « dictateurs » comme les « démocrates », la droite comme la gauche, les militaires comme les civils, les ultralibéraux comme les sociaux-démocrates, les islamistes comme les laïcs…

    Guerre de Classe
    20 août 2012
    http://autistici.org/tridnivalka
    tridnivalka@yahoo.com

    « A bas le régime et l’opposition, à bas la nation arabe et musulmane,
    à bas le Conseil de sécurité, à bas le monde, à bas tout ! », Kafranbel, 14-10-2011.

    Nous publions ce tract simultanément en trois langues : anglais, français et tchèque, non parce que nous disposerions de traducteurs efficaces, mais par souci d’internationalisme d’une part, et parce qu’il est le fruit d’une activité commune entre des camarades de plusieurs expressions linguistiques d’autre part.

Les commentaires sont fermés.