Mort aux vaches !

Un policier mulhousien passé à tabac

Un policier du commissariat de Mulhouse (Haut-Rhin) a été victime d’une violente agression dans la nuit de samedi à dimanche 16 septembre, alors qu’il rentrait à son domicile, a-t-on appris de sources syndicale et policière.

Le fonctionnaire de 37 ans, qui circulait en civil dans sa propre voiture vers 1h30 du matin, s’est vu barrer la route par un autre véhicule qui l’a obligé à emprunter une voie où l’attendaient une quinzaine d’individus cagoulés et armés de bâtons, a annoncé le syndicat Alliance.

Les agresseurs l’ont frappé à plusieurs reprises notamment au visage en criant « sale flic ». Le policier a perdu connaissance et s’est réveillé dans son véhicule auquel il avait été mis feu. Il aurait toutefois réussi à éteindre les flammes et à prévenir les secours.

Il souffre de brûlures aux mains et d’une fracture de la mâchoire et devait sortir de l’hôpital dimanche soir, a encore indiqué Alliance, qui s’alarme de « la multiplication ces derniers mois des agressions physiques envers les forces de l’ordre haut-rhinoises ». « Sa qualité de policier était connue des agresseurs », a confirmé à Reuters le directeur départemental de la sécurité publique, Alain Martinez. « Si les faits sont avérés, c’est gravissime », a-t-il ajouté.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (LeMonde.fr avec Reuters, 16 septembre 2012)


Les policiers craignent les agressions

Alliance, deuxième syndicat chez les gardiens de la paix, a protesté contre les violences qui ont visé récemment des policiers à Paris et à Aix-en-Provence, exigeant que l’État réponde « avec la plus grande fermeté à ces violences ».

Dans un communiqué, le syndicat policier dit « craindre que la disparition programmée des peines planchers et l’augmentation des libérations anticipées annoncées par le garde des Sceaux favorisent la multiplication de tels actes de violences contre les policiers ». « Face à de tels actes de violences », Alliance « exige de l’État qu’il y réponde avec la plus grande fermeté ».

Deux policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) d’Aix-en-Provence ont été hospitalisés dans la nuit de samedi à dimanche après avoir été agressés par de jeunes voleurs présumés, inconnus des services de police, qu’ils tentaient d’interpeller dans le centre-ville.

Trois policiers ont été blessés jeudi soir à Paris (XVIIIe) lors d’une intervention au cours de laquelle ils ont été pris à partie par une cinquantaine de personnes qui leur ont jeté des projectiles.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Agence Faut Payer, 13 septembre 2012)

This entry was posted in Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , , , . Bookmark the permalink.