[Révolution tunisienne] Anarchie à El-Hancha

Hancha : Violences, arrestations, saccage du poste de police

Le “calvaire sfaxien” n’en finit pas et les actes de violence fustigent de toute part. Hier c’était le cas de la délégation d’El Hancha où des actes de violences et du grabuge ont éclaté durant la soirée de jeudi 23 août, suite à un différend entre deux clans de citoyens sur la procédure à entreprendre pour élire le comité de l’association de développement régionale.

Les actes de violence se sont développés en protestation contre l’arrestation de personnes impliquées dans les émeutes qu’a vécue la région hier, suite à l’annulation du congrès électoral de l’association de développement dans la région et à la suite des attaques contre le local d’Ennahdha et l’épicerie d’un membre du parti dans la ville.

Selon des témoins, le poste de police a été saccagé et plusieurs documents ont été détruits ce qui a poussé la sécurité à demander du renfort pour disperser les manifestants, et l’armée nationale est intervenue afin de contrôler la situation, au moment même où se tenait une réunion entre le gouverneur et les représentants des partis politiques pour discuter des solutions afin de calmer la situation dans la région.

La police a pu maîtriser la situation et continue les poursuites des individus impliqués dans ces violences.

Publié par des ennemis de la révolution (Tunivisions, 24 août 2012)


Un poste de police attaqué en Tunisie

En Tunisie, une soixantaine de manifestants ont attaqué un poste de police hier soir dans la région de Sfax, 270 km au sud de Tunis, à la suite d’un conflit avec des représentants du parti islamiste au pouvoir, Ennahda, a appris l’AFP auprès de la police. Les manifestants réclamaient la libération de trois personnes arrêtées jeudi à El Hencha, près de Sfax, après une bagarre la veille avec des représentants d’Ennahda accusés de tenter de prendre le contrôle d’une association locale, a indiqué une responsable policier.

Ils ont incendié une voiture de police et saccagé un commissariat avant que les forces de l’ordre n’interviennent, dispersant les manifestants à l’aide de gaz lacrymogène, sans faire de blessés. Les manifestations se sont multipliées cet été en Tunisie pour dénoncer aussi bien la politique économique du gouvernement, dominé par les islamistes, que le manque de mesures contre le chômage, les coupures d’eau ou d’électricité et les atteintes aux droits de l’Homme.

La semaine dernière, un local d’Ennahda avait ainsi été incendié dans le nord-ouest de la Tunisie après l’arrestation de deux chômeurs accusés d’avoir attaqué une administration en marge d’une action de protestation. Par ailleurs, mi-août, une série de manifestations ont été réprimées sans ménagement par la police dans le centre du pays, notamment à Sidi Bouzid, berceau de la révolution de 2011.

Publié par des ennemis de la révolution (Agence Faut Payer, 24 août 2012)


Affrontements à El Hencha entre partisans d’Ennahdha et de gauche

Des affrontements entre des partisans d’Ennahdha et des citoyens dans la délégation d’El Hencha dans le gouvernorat de Sfax, ont éclaté, mercredi soir, suite aux élections du nouveau bureau de l’association de développement de la région.

Les belligérants ont incendié le poste de police et une voiture de patrouille ce qui a nécessité l’intervention d’importantes forces de sécurité afin de rétablir l’ordre et le calme. À cette situation de panique et d’anarchie les forces de l’ordre ont maitrisé la situation en utilisant du gaz lacrymogène.

Le calme rétabli au cours de la journée du jeudi, la route de Jebeniani et celle de Tunis ont été rouvertes à la circulation après leur fermeture par la partie qui s’oppose à l’organisation de telles élections.

Des divergences politiques sont à l’origine du conflit. En effet, des citoyens proches du mouvement Ennahdha ont exigé le renouvellement du bureau de l’association de développement, qui a vu ses activités gelées depuis la révolution du 14 janvier. Une situation qui a causé, de leur point de vue, des pertes considérables pour la région.

En contrepartie, plusieurs partisans des courants de gauche se sont opposés à la tenue de cette élection, arguant que « les cartes d’adhésion n’ont été distribués qu’aux partisans d’Ennahdha et non pas à toutes les parties », tout en réclamant une solution basée sur le consensus en tant qu’alternative au scrutin.

Publié par des ennemis de la révolution (Espace Manager, 23 août 2012)


Ennahdha au cœur des violences, mercredi soir, à El-Hancha

Des citoyens du village d’El-Hancha (Sfax) ont refusé mercredi soir que l’Association du développement soit totalement gérée par des membres d’Ennahdha. Conséquence : des affrontements et des blessés.

Parce que le parti Ennahdha s’est accaparé de l’Association de développement qui aide à donner des prêts à court terme en nommant tous ses membres ainsi que le président pour gérer les prêts, les citoyens n’ont pas accepté la donne et des affrontements ont eu lieu entre les deux camps faisant plusieurs blessés, rapporte un témoin sur les ondes de Shems FM.

Selon la même source, contrairement aux rumeurs propagées par les Nahdahouis, le siège du parti de Rached Ghannouchi à El-Hancha n’a été ni incendié ni saccagé.

Du côté des Nahdhaouis, on affirme que, lors de la tenue du congrès de cette association, des « baltagia » (délinquants) et des anciens du Rcd, ainsi que des militants de gauche n’ayant pas adhéré à temps à l’association, ont semé des troubles, blessé des membres d’Ennahdha, saccagé et mis le feu à son bureau local…

Publié par des ennemis de la révolution (Kapitalis, 23 août 2012)

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites and tagged , . Bookmark the permalink.