[Chronique de Youv derrière les barreaux] Partie 11 – « Je pouvais maintenant me consacrer à mon organisation de malfaiteurs »

Partie 11

Je venais de déposer Élodie chez elle, elle avait cramé tout mon manège elle savait que je lui disais pas tout. Trop intelligente pour gober mes salades mais bon elle espérait qu’avec le temps je lui dirais et tout et moi pour la protéger je pouvais pas lui dire enfin pas encore il était trop tôt on était bien elle avait réussi à me poser me calmer, mais moi j’avais aucune envie de me poser c’était impossible j’étais d’accord pour qu’elle soit ma reine mais il me fallait mon palais.

Elle avait les mots pour me parler elle apaisait ma rage était temporaire contenue avec ma Élodie…

J’ai jamais trompé l’une de mes ex j’étais réglo en amour. Y avait pas de doute Élodie était la femme qu’il me fallait mais je pensais qu’elle était arrivée trop tôt dans ma vie j’avais la tête ailleurs j’avais misé sur l’oseille et après je me consacrais à l’amour on s’est aimés tout de suite elle était la voix de ma raison.

Un jour en fouillant dans ma veste elle trouve des liasses de billets tout neufs elle m’a réveillé vénère.

Élodie : C’est quoi tout cet argent t’es un voyou c’est ça ?!

Moi : Calme-toi bébé assieds-toi je t’explique et là je lui sors un gros mytho de plus du genre c’était l’argent que je gardais pour un pote etc…

Elle m’a pas cru mais elle s’est calmée. Il était hors de question que je lui dise que j’étais un braqueur je sais que je la faisais souffrir avec tous mes mythos. Y a des jours ou je rêvais d’être célibataire parce que « ACCEPTER D’AIMER C’EST ACCEPTER DE SOUFFRIR » combien ont découvert le divorce en écoutant leur boîte vocale…

À peine trois mois que l’on était ensemble qu’elle me fait part de son désir d’enfant OULALALAA je m’y attendais pas du tout je l’aimais mais de là à lui faire un enfant il y avait un boulevard.

J’ai essayé de négocier de reporter à plus tard mais ma belle blonde ne voulait rien entendre. Elle voulait qu’on fasse un bébé LOL j’ai fui comme un lâche par peur de pas assumer « ME VOILÀ SOLDAT CÉLIBATAIRE »…

Je me sentais mieux sans scrupule je pouvais maintenant me consacrer à mon organisation de malfaiteurs. Un jour je reçois un coup de téléphone de la femme d’un de mes meilleurs poteaux du 93 (AUBERVILLIERS).

Elle m’informe que son mec Hakim sortait dans l’après-midi, j’ai annulé tout ce que j’avais prévu et fonce comme une balle à la prison de Fresnes.

Hakim c’etait un pote que j’avais rencontré en prison c’est devenu un bon ami c’est un spécialiste des bracos.

Je me rends direct à la 6t à Hakim j’arrive avec un mec du quartier que j’avais amené avec moi pour le présenter à Hakim… Hakim était ce qu’on appelle dans le milieu un « ZINZIN » c’était un bousillé un mec déterminé qui ne reculait devant rien je l’avais rencontré en cour de promenade à Fresnes on avait une sacrée équipe à cette époque je marchais avec Claudio Ferrara (le frère à Nino Ferrara) Hakim etc.

Y avait les plus gros voyous de la banlieue sud en cour de promenade y avait que des gros CV en banditisme tout le monde avait fait ses preuves et moi le p’tit renoi du Val-Fourré je réussis à me faire respecter parmi les vrais de vrais avec mon culot ma tchatche et ma dinguerie je me suis fait un méchant carnet d’adresses parmi les youv.

Quelques années plus tard j’assiste même en direct de l’intérieur à l’évasion de Nino Ferrara mais ça je vous le raconterai plus tard…

Si ils libéraient tous les soldats qu’il y avait dans cette promenade OULALA y a le feu dans les salles des coffres.

Hakim me parlait de taper un fourgon de la Brink’s quand on parlait en promenade c’est tout ce que je voulais entendre un mec détère c’est ce que je cherchais.

C’est bon je l’avais trouvé dans cette ambiance qui me libère de Fresnes j’étais déconnecté à Mantes mes potes ne le savaient pas encore mais ça y est j’étais devenu un vrai « YOUV » avec les contacts que j’avais je pouvais ramener même un char d’assaut au quartier LOL…

Donc j’arrive dans la cité à Hakim qui était trop content de me voir je lui donne une enveloppe avec 4000 euros pour qu’il puisse se refaire j’ouvre mon coffre et lui donne deux paires de requins que j’avais achetées chez Foot Locker.

Il avait dit à tout le monde qu’il avait fini sa peine il me prend à part et me dit :

Hakim : Poteau je suis en perm pour trois jours mais je rentre pas.

Moi : Arrête tes conneries rentre moi je te gère jusqu’à tu sors t’inquiète fais pas le fou Hakim.

Hakim : Nan c’est mort wallah j’les baise je rentre pas d’ailleurs il faut qu’on se mette au boulot j’ai la dalle wallah.

Moi : T’es un niqué de la tête mais vas-y ce soir je ferai un tour sur les Champs-Élysées je regarde sûr y a des bureaux de change qui m’intéressent et on se les tape demain matin.

Hakim : OK Oumar là je te reconnais frérot…

Le lendemain matin Hakim et moi au volant d’un T-Max (scooter surpuissant) on tape deux bureaux de change en plein Champs-Élysées c’est ça que j’aime chez Hakim y a vingt-quatre heures il était en cellule et là le voilà au volant d’un T-Max et cagoule sur la tête en train de fracturer à la masse la vitre blindée d’un bureau de change c’est ce genre de mec qu’il me fallait pour constituer mon équipe de fêlés…

C’est sur ce coup d’éclat que je rentre sur Mantes la cavale de Hakim a duré un mois son ex avait balancé sa planque on avait une devise Hakim et moi c’était « SOIS RICHE OU MEURS EN LE DEVENANT ».

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle and tagged , . Bookmark the permalink.