[Bruxelles] « Maton suicidé, à moitié pardonné »

Tags anti-gardiens de prison très agressifs à la station Albert

La station de pré-métro Albert a été vandalisée la nuit dernière. Des individus y ont tagué des inscriptions très violentes visant des gardiens de la prison de Saint-Gilles.

De grandes inscriptions étaient visibles ce matin sur les murs dans la station de pré-métro Albert. « Maton suicidé, à moitié pardonné », « prisons en feu, matons au milieu », ainsi que les noms de deux porte-paroles de syndicats de la prison, traités de « charognes ». Ce sont quatre individus cagoulés qui auraient commis le méfait dans la nuit de lundi à mardi, juste avant la fermeture de la station. Ils n’ont pas encore été identifiés.

Ces tags ont fait très forte impression au sein de la prison, en ces temps de grève des gardiens. « Des menaces et insultes on en reçoit au quotidien. Mais quand la menace est proférée par quatre hommes, qu’elle est écrite et publique, ça lui donne une autre ampleur. Elle pèse sur la famille et il est difficile de ne pas avoir peur » confie un agent pénitentiaire.

En ce moment, trois jours par semaine les gardiens font grève et les conditions de détention au sein de la prison s’en ressentent. Des détenus ou ex-détenus peuvent être à l’origine de cette prose agressive.

La prison de Saint-Gilles a porté plainte contre X au nom des syndicalistes cités ad hominem. Plainte a aussi été portée par la STIB, mais contre l’acte de délinquance dans la station. Une enquête est ouverte. La station voisine, Horta, avait été entièrement tagguée fin janvier par huit jeunes gens encagoulés.

L’opération de nettoyage des graffiti est en cours.

Leur presse (Myriam Baele – K. D., RTBF.be, 24 juillet 2012)

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle, Graffitis divers and tagged , . Bookmark the permalink.