[Dijon] Manif en réaction à l’expulsion des Greffes

Une centaine de personnes ont manifesté ce lundi soir contre l’expulsion du squat des Greffes le matin même.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/07/015.jpg

Rendez-vous était donné devant la préfecture, avec peu de migrant-e-s, occupés à retrouver un logement pour une bonne part et qui ont peu envie d’être à nouveau face aux CRS. Les banderoles [« contre toutes les expulsions » et « l’insalubrité est un prétexte » (en référence à la manipulation de la mairie qui a contribué à l’expulsion en publiant un arrêté de péril)] investissent la chaussée et bloquent la circulation. Alors que ce genre de blocage est une pratique courante devant la pref et se passe toujours sans problème, cette fois-ci les nombreux CRS présents ont tenté, sans succès, de virer les gens en poussant et mettant quelques petits coups de tonfa. Tout le monde aura remarqué le changement…

Une proposition de partir en manif est lancée, pour aller gueuler devant la mairie et à tou-te-s les Dijonnais-es qu’on laissera pas mettre 300 personnes à la rue sans réagir. Pour faire diversion la préfecture propose de recevoir une délégation (pour parler de quoi ?!) et ça discute pour savoir s’il faut y aller ou pas, pour finalement partir direction la mairie avec une bonne partie des personnes présentes.

Arrivés devant l’hôtel de Vogüe, on tombe sur une scène du festival DIESE largement organisé par la mairie. On gueule « non non non aux expulsions », « gauche droite, même arnaque, solidarité avec les sans-papiers », on monte sur scène avec la banderole et on met la pression aux organisateurs pour avoir une prise de parole. Le chanteur se plaint qu’on « vole son concert » (le pauvre) mais finit de mauvaise grâce par lâcher le micro, pour qu’on explique au public plutôt réceptif que pendant que la mairie finance leur concert « sympa », elle participe aussi à faire virer 300 migrant-e-s pour la plupart demandeurs d’asile et qu’elle le revendique. Après ça on part sur la mairie tout à côté, le flic municipal en poste ferme les portes à la hâte, et les CRS débarquent en fourgons pour nous empêcher de faire le tour. Ils sont plus énervés que devant la préfecture, et moins sous les objectifs des caméras, et gazent directement dans les yeux et balancent violemment une personne par terre. On se replie donc sur le concert, suivis par les flics, et c’est la fin de la manif. La personne blessée en tombant doit être prise en charge par les pompiers, avec l’épaule luxée et fracturée.

Au micro, un mec de Radio Campus Dijon, qui retransmet le concert en direct, explique aux auditeurs la situation, et interroge le groupe sur ce qu’il pense de la cause des sans-papiers. « On essaie de pas mélanger la musique et la politique ». Ben voyons, et surtout on prend les subventions sans poser de questions…

Espérons que les Dijonnais-es seront plus rancuniers, et sauront se rappeler que la gauche c’est comme la droite, les concerts gratuits en plus.

Brassicanigra, 2 juillet 2012


Dijon – Suite à l’expulsion des demandeurs d’asile
Manifestation à 18h30 ce lundi soir devant la Préfecture

Ce matin la préfecture a fait expulser les 300 demandeurs d’asile occupant le squat des « greffes » (bvd de la Marne) suite à un arrêté du Maire de Dijon « portant mise en demeure de quitter les lieux ».

http://juralib.noblogs.org/files/2012/07/022.jpg

Une compagnie de crs avait été appelé pour cette opération et la rue était bouclée. Les demandeurs d’asile présents sur les lieux ont été embarqué dans des bus pour les Casernes Vaillant en devant laisser derrière eux la plupart de leurs affaires. Rappelons que théoriquement le lieu n’était pas expulsable avant le 15 juillet. Mais la Mairie et la Préfecture ont préféré prendre les devants dans une opération concertée et s’asseoir sur le dialogue qui était en cours avec les associations de soutien, dialogue dont le but était de trouver des solutions de  relogement pour tous les demandeurs d’asile hébergés dans le squat. Un rv entre les 24 associations de soutien et la Préfecture devait avoir lieu ce jeudi à 14H. Nous ne savons pour l’instant pas encore quel sort sera réservé aux demandeurs d’asile expulsé ce matin.

Dans un communiqué la Préfecture fait de nouveau prétexte de question de sécurité et de soit-disant « rixes » et « violences communautaires » pour justifier cette opération. Ce alors que dans un commpuniqué publié il y a 10 jours les demandeurs d’asile occupants des greffes mettaient en avant l’entente et l’attention à l’entraide et aux bons rapports avec le voisinage qui dominait dans le squat malgré des conditions d’attente et de vie angoissantes et précaires. Derrière les légitimations publiques de la Préfecture et de la Mairie, cette expulsion marque une nouvelle étape dans la politique brutale de répression des demandeurs d’asile qui se perpétue aujourd’hui en France.

Une manifestation de protestation et de solidarité est appelée en réaction par les membres d’un certain nombre d’associations  qui se sont retrouvées ce matin devant le bâtiment lors de l’expulsion.

Ne les laissons pas seuls dans cette situation !

La manifestation aura lieu ce soir à 18h30 devant la préfecture, merci de relayer très largement cette information dans les heures qui suivent.

Des soutiens rassemblés ce matin…

Mailing, 2 juillet 2012

This entry was posted in Les révoltes des migrants, Luttes du logement and tagged , . Bookmark the permalink.