[Enfermé à Vincennes sur décision de la préfecture de police de Paris] Bas les pattes sur Moïse Diakité !

Appel à la libération de Moïse Diakité, père du 94, enfermé à Vincennes sur décision de la préfecture de police de Paris

Merci de mailer et faxer au maximum cet appel pour la libération de Moïse, l’un des anciens inculpés de Vincennes qui se retrouve de nouveau enfermé à Vincennes.

Décidément, le changement dans la continuité !

Fax : 01 53 71 67 23
Mail : prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr
Fax gratuit sur internet : http://www.faxgratuit.net/

Monsieur Moïse Diakité vit depuis 22 ans en France avec sa compagne Anaïs. Monsieur Diakité est d’origine malienne, sa compagne est française. Ensemble ils ont eu 8 enfants qui ont entre 2 et 15 ans. Malgré ses 22 ans de présence en France et ses 8 enfants français, Monsieur Diakité n’a toujours pas d’autorisation à séjourner dans cette forteresse qu’est le territoire français. Il vit cette situation d’autant plus comme une injustice que le fait de ne pas avoir de papiers l’a au cours de ces deux décennies conduit de centres de rétention en prisons à diverses reprises.

En effet, Moïse Diakité était enfermé au centre de rétention de Vincennes en juin 2008 quand un monsieur malade, Monsieur Salem Souli, y est mort après avoir en vain demandé des soins. Moïse Diakité fait partie des retenus qui ont été accusés d’avoir participé à la révolte qui a suivi ce drame et a abouti à l’incendie du centre de rétention. Il a déjà effectué 10 mois de prison pour cela. Aujourd’hui, 4 ans après y avoir vu laisser mourir l’un de ses compagnons d’infortune, Moïse Diakité est de nouveau enfermé au centre de rétention de Vincennes. Il a été arrêté dimanche au métro Bibliothèque nationale suite à l’un de ces banals contrôles de tickets où les agents de la ratp travaillent main dans la main avec la police pour qu’elle établisse ses quotas de sans-papiers arrêtés.

Nous ne pouvons pas accepter que Moïse Diakité se retrouve aujourd’hui de nouveau dans les geôles de la préfecture de police de Paris. Il doit retrouver au plus vite sa compagne et leurs 8 enfants et obtenir les papiers qui lui permettront enfin de vivre en toute sécurité, c’est-à-dire sans craindre d’être séparé des siens au moindre contrôle de police.

(Signature)

Infozone, 29 mai 2012

This entry was posted in Les révoltes des migrants and tagged , . Bookmark the permalink.