[Faits divers] Lille : Un gang armé dépouillait les macchabées

Un ordinateur volé retrouvé chez un officier, la « police des polices » saisie

Le parquet de Lille a ouvert une enquête préliminaire et saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN, la « police des polices »), après qu’un ordinateur volé s’est retrouvé en possession d’un capitaine de police, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

En mars 2011, des policiers sont envoyés au domicile d’une personne décédée de mort naturelle pour faire les constatations.

Peu après le décès, le fils de la victime se rend compte de la disparition de deux ordinateurs portables, retrouve la trace de l’un d’eux sur le site ebay et porte plainte, a-t-on indiqué de même source.

Fin 2011, l’enquête permet de déterminer que l’un des ordinateurs portables s’est retrouvé « à un moment donné » en possession d’un capitaine de police de Lille « dans des conditions qui restent à éclaircir », selon la source judiciaire.

Cet officier de police, qui dit avoir l’habitude d’acheter et de vendre des articles sur internet, nie avoir volé l’ordinateur portable et déclare l’avoir acheté sur le site leboncoin pour le revendre, a-t-on précisé de même source.

« L’enquête se poursuit pour savoir si l’ordinateur a pu être volé par quelqu’un d’autre » et s’il a été retrouvé par « hasard » en possession de l’officier de police, a poursuivi la source judiciaire. Ce policier « n’est pas soupçonné de vol », mais « quand un policier est mis en cause, il est préférable que l’IGPN soit saisie » pour « pas que l’on puisse soupçonner le commissariat de couvrir un policier », a encore dit cette source.

Cette affaire fait suite à d’autres mises en cause de policiers du Nord, sans lien avec celle-ci. Une enquête interne a ainsi été ouverte ces derniers jours concernant de « petits trafics » organisés par des policiers de Lille, Roubaix et Tourcoing avec des ferrailleurs, pour « améliorer l’ordinaire ».

Trois policiers du commissariat de Roubaix (Nord) ont par ailleurs été mis en examen pour « faux et usage de faux », après avoir tenté de dissimuler une conduite en état d’ivresse lors d’un accident de la route les impliquant.

Leur presse (Agence Faut Payer, 14 avril 2012)

This entry was posted in Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , . Bookmark the permalink.