[Vive la démocratie directe] Première phase d’affrontements à Athènes

Rapidement :

La grève générale de 48 heures a débuté ce matin. Environ 25’000 personnes à Athènes dont 12-15’000 staliniens, 3-4000 anarchistes avec qui se sont fédérés les combattants trotskistes anti-staliniens et le reste population de diverses tendances.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1328886765.jpg

Des affrontements ont éclaté et duré plus de trois heures dans le centre d’Athènes avec deux zones de combat principales. Cocktails contre grenades explosives ont tonné au bas de la place Syntagma (et non devant le Parlement) suite à une offensive répressive alors que l’initiative émanait des combattants anarchistes qui ont tenté d’incendier le ministère des Finances.

Une dizaine de « vraies » arrestations d’après nos premières sources locales et une cinquantaine d' »interpellations » temporaires. Mais plusieurs dizaines de blessés.

Une partie des combattants anarchistes se sont réfugiés à la fac de Droit occupée et reconvertie en centre médical pour les prochains jours, d’autres ont rejoint Exarchia.

Cependant, cette première bataille reste de « petite » échelle, par plusieurs facteurs : les staliniens ont sciemment bloqué tous les transports en commun pour éviter une trop grande masse au centre ; beaucoup de groupes de combattants se « préservent » pour dimanche qui sera assurément la journée de l’explosion avec le vote définitif des nouvelles mesures (les socialistes bloquent temporairement par intérêt politicard et par bluff la procédure).

Pour autant, de nombreuses mairies ont été attaquées ou occupées dans plusieurs quartiers excentrés d’Athènes. Et les dockers occupent « militairement » contre la police la zone du Pirée.

L’hôtel de ville est occupé dans la ville de Rethymnon. Plusieurs mairies occupées dans la ville de Holargos. Le siège régional de l’entreprise Veria est occupé avec un appel par les travailleurs-grévistes à la réappropriation autogestionnaire des lieux de travail. Une préfecture a été occupée pendant deux heures (à Athènes ??) avant l’intervention des flics.

Il est clair que la bataille décisive, dans la rue et dans les lieux de travail, aura lieu dimanche où il y aura avec certitude énormément de monde avec une probable explosion incontrôlable. Par anticipation, les flics annoncent qu’ils bloqueront les cortèges pour empêcher la convergence sur Syntagma et le KKE bloquera les transports en commun tout en mobilisant le maximum de ses troupes. D’ailleurs, KKE et PAME appellent au « soulèvement » pour… accélérer la nécessité de nouvelles élections.

Idem, appeler à la grève générale vendredi et samedi (quand on sait que le samedi est quasiment un jour férié en Grèce, un peu comme un dimanche) plutôt que lundi et mardi est une anticipation du PAME à éviter l’embrasement.

Deuxième round demain 11 heures.

Vendredi 10 février 2012, 15h57.


[Athènes] Vidéos du vendredi 10 février

http://www.youtube.com/watch?v=iPGP4_PsSeI&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=qmgjygTOcN0

http://www.youtube.com/watch?v=rPfNxgxuhRM&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?v=SzTmoKkiehE&feature=player_embedded#!

http://www.youtube.com/watch?v=aToAHGIAYvM&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?v=gdRYbMThmN0&feature=player_embedded

Au final 7 arrestations et 2 blessés graves dont un qui a le bassin cassé sur le côté gauche par les coups de matraques.

Et pour info : Occupation des préfectures de Larisa et Corfu ;

Déclaration du chef du syndicat des flics : « Vous ne pouvez nous contraindre à nous battre contre nos frères. Nous refusons de nous élever face à nos parents, nos frères, nos enfants ou tout citoyen manifestant ou exigeant un changement de politique »

Mais aucune illusion à se faire, ils ont ordre de frapper, et ils frapperont.

Vendredi 10 février 2012, 20h17.

This entry was posted in L'insurrection grecque de décembre 2008 et ses suites and tagged , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to [Vive la démocratie directe] Première phase d’affrontements à Athènes

  1. blbl says:

    Bla bla bla syndical pour ne pas perdre de fric… Si les flics lèvent la crosse et changent de camps on en reparle, pour l’instant blablabla et coup de tonfa.

  2. Chub says:

    Ow ! faudrait pas organiser quelque chose pour les soutenir ? Paris et Province.

  3. Hourra says:

    « Environ 25’000 personnes à Athènes dont 12-15’000 staliniens, 3-4000 anarchistes avec qui se sont fédérés les combattants trotskistes anti-staliniens et le reste population de diverses tendances. »

    Par pitié, faites que l’histoire ne se répète pas… Le POUM et les anars contre l’armée rouge on a déjà assez donné. S’agit que ça finisse pas pareil.

  4. Yof says:

    Autres infos glannées:
    Occupation des préfectures de Larisa et Corfu
    Déclaration du chef du syndicat des flics:
    « Vous ne pouvez nous contraindre à nous battre contre nos frères. Nous refusons de nous élever face à nos parents, nos frères, nos enfants ou tout citoyen manifestant ou exigeant un changement de politique »

Comments are closed.